Corée marginée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coreus marginatus

La corée marginée, Coreus marginatus, est une punaise de la famille des Coreidae, de la sous-famille des Coreinae, de la tribu des Coreini et du genre Coreus. Elle est très commune en Europe.

Historique et dénomination[modifier | modifier le code]

L'espèce Coreus marginatus a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Cimex marginatus. Elle a été transférée dans le genre Coreus par le zoologiste danois Johan Christian Fabricius en 1794[1]. L'épithète marginatus se réfère aux marges importantes de l'abdomen. Coreus est dérivé du latin coriaceus, au sens de ressemblant au cuir.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Cimex marginatus Linné, 1758 Protonyme
  • Mesocerus marginatus

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces
  • Coreus marginatus marginatus (Linnaeus, 1758)
Synonymie pour cette sous-espèce
Cimex auriculatus De Geer, 1773 [2]
Cimex rostratus Goeze, 1778 [3]
Copium serratum Thunberg, 1825 [4]
Coreus fundator Herrich-Schäffer, 1833 [5]
Syromastes marginatus var. syriacus Blöte, 1935 [6]
Syromastes longicornis Costa, 1842 [7]
Coreus marginatus var. inermis Kolenati, 1845 [8]
  • Coreus marginatus orientalis (Kiritshenko, 1916)
Synonymie pour cette sous-espèce
Mesocerus marginatus orientalis Kiritshenko, 1916[9] Protonyme
Mesocerus omoxys Kiritshenko, 1916 [10]

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une punaise assez grande, de 13 à 15 mm (hors antennes et pattes), de couleur brune, au corps allongé ou ovale de forme très variée avec des épines sur la tête et le pronotum. Le pronotum est en forme d'écusson. Les antennes ont quatre articles, le dernier étant noir. Nombreuses nervures sur la membrane[11].

Habitat et biologie[modifier | modifier le code]

On la rencontre sur diverses plantes du genre Rumex (les oseilles, famille des Polygonaceae), près de l'eau, dans les haies, en lisière des forêts et dans les prairies humides. Hiverne à l'état adulte. Se nourrit de fruits ou de graines[12].

Lutte biologique[modifier | modifier le code]

La corée marginée peut s'attaquer aux cucurbitacées. On peut s'en protéger par compagnonnage botanique en plantant près des courges au choix des répulsifs tels que la menthe, l'herbe aux chats (cataire), des Nasturtium ou des Tagetes (œillet d'Inde et rose d'Inde).

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Europe et Sibérie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian, Johan (1794). Entomologia systematica emendata et aucta secundum classes, ordines, genera, species adjectis synonymis, locis, observationibus, descriptionibus
  2. De Geer. 1773. Mémoires pour servir à l'Histoire des insectes 3:272-273
  3. Goeze. 1778. Entomologische Beyträge zu des Ritter Linné zwölften Ausgabe des Natursystems 2:242
  4. Thunberg. 1825. Insectorum hemelytrorum tria genera illustrata 2-3,9
  5. Herrich-Schäffer. 1833. Faunae Insectorum Germanicae initia oder Deutschlands Insekten 117
  6. Blöte. 1935. Zoölogische Mededeelingen 18:190, fig. 1
  7. Costa, Achille. 1842. Esercitazioni Accademiche degli Aspiranti Naturalisti, Napoli 2(2):140
  8. Kolenati. 1845. Meletemata Entomologica II. Hemiptera Caucasi Tesseratomidae monographice dispositae 52
  9. Kiritshenko. 1916. Fauna Rossii. Nasekomye poluzhestkokrylye (Insecta Hemiptera) 6(2):203, 215
  10. Kiritshenko. 1916. Fauna Rossii. Nasekomye poluzhestkokrylye (Insecta Hemiptera) 6(2):203-204, 217-218, pl. 3 fig. 23
  11. Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion,‎ août 2012, 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 74-75
  12. Michael Chinery, Insectes d'Europe en couleurs, Bordas,‎ novembre 1987, 486 p. (ISBN 9 782040 125752 et 2-04-012575-2), p. 132

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]