Coperario

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Cooper (ca.1570 - Londres, 1626), plus connu sous le nom de Giovanni Coperario ou John Coprario, est un compositeur anglais, violiste et luthiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né John Cooper, il italianisa son nom en Giovanni Coperario vers 1601. La petite histoire dit que ce changement a eu lieu après un voyage en Italie, sans que ceci soit réellement prouvé. Cooper peut avoir succombé à la mode italienne en italianisant son nom et son style. De 1605 à sa mort, il fut au service de la cour anglaise comme luthiste, gambiste et compositeur. Il fut également professeur du futur roi Charles Ier d'Angleterre. Il eut pour protecteur Edward Seymour, comte d'Hertford pour le compte duquel il enseigna à William Lawes. De 1605 à 1608, il eut pour protecteur Sir Robert Cecil, premier comte de Salisbury.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Coperario a avant tout composé des Fantaisies pour violes, Ernst Meyer en a comptabilisé 96 de trois à six voix, la plupart dans les deux collections d'Oxford et du Royal College of Music. Meyer considère que la plupart des fantaisies pour 5 ou 6 voix de Coperario sont des transcriptions ou reprises de ses madrigaux. Par contre, ses fantaisies à 3 ou 4 parties sont d'intéressantes créations.
  • Coperario a également composé des suites et autres pièces pour viole de gambe ou violon.
  • Pour ce qui est de la musique vocale, deux recueils de chansons avec accompagnement de luth : Funeral Teares (1606) et Songs of Mourning: Bewailing the Untimely Death of Prince Henry (1613).
  • Enfin, il a écrit un traité de composition, sous le titre Rules how to Compose (avant 1627).

Discographie[modifier | modifier le code]

Funeral Teares, par l'Ensemble Céladon et les Jardins de Courtoisie (Anne Delafosse -Quentin, soprano ; Paulin Bündgen, contre-ténor ; Florence Bolton, Eleanor Lewis-Cloué et Luc Gaugler, violes de gambe ; Rémi Cassaigne, luth ; Angélique Mauillon, harpe. Édité chez Zig Zag Territoires.

Bibliographie[modifier | modifier le code]