Copenhagen Suborbitals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Copenhagen Suborbitals est une organisation sans but lucratif dont l'objectif est de réaliser un vol suborbital avec équipage. En juin 2011 (no jobs), l'équipe a lancé un prototype de fusée depuis une plateforme située en mer Baltique, qui a atteint une altitude de 2,8 km. Copenhagen Suborbitals est une organisation basée à Copenhague, au Danemark, qui déclare travailler selon les principes de l'open source tout en utilisant des solutions simples et existantes, privilégiant les solutions mécaniques aux solutions électroniques. Le financement du projet est assuré par des sponsors et des dons de matériel ou d'argent.

Lancement du HEAT 1X Tycho Brahe le 3 juin 2011.

Le projet[modifier | modifier le code]

Le projet est lancé en 2008 par Kristian von Bengtson et Peter Madsen, qui s'y consacrent désormaisà temps plein. Von Bengtson est chargé de la conception et de la construction de la charge utile. C'est un architecte qui a déjà participé à des projets tel la conception de rovers lunaires et il est coauteur du manuel de la NASA "new Human Integration Design Handbook". Peter Madsen est responsable du lanceur. C'est un inventeur, artiste et entrepreneur qui a sur le même modèle de projet, réalisé 3 sous marins : Freya (2002), Kraka (2005) et UC3 Nautilus (2008). Ils sont épaulés par 20 spécialistes en physique, pyrotechnique, télécommunication, mécanique[1].

Le 23 février 2014, Copenhagen Suborbitals a annoncé le retrait du projet de son co-fondateur Kristian von Bengtson en raison de difficultés relationnelles avec Peter Madsen. Copenhagen Suborbitals précisant toutefois que les objectifs du projet restaient inchangés.

Vol spatial suborbital[modifier | modifier le code]

La fusée que l'organisation souhaite développer doit pouvoir lancer la capsule baptisée MiscroSpaceCraft (MSC) avec un homme à bord à 100 km d'altitude. Lors de sa descente, le module ouvrira des parachutes, freinant ainsi sa descente dans l'atmosphère avant de poser sur l'eau. Si cet objectif est atteint, le Danemark deviendra la quatrième nation à envoyer des humains au delà de la ligne de Kármán, suivant ainsi la Russie, les États-Unis et la Chine. Peter Madsen est prévu pour être le premier à embarquer dans le module, Kristian von Bengtson attendant la mission de vol en basse orbite terrestre.

Scénario de lancement[modifier | modifier le code]

L'équipe projet pensait au départ effectuer les lancements depuis une base de lancement tel Andøya, Kiruna ou NASKEF. Ils changèrent ensuite d'avis pour un lancement marin, hors des eaux territoriales du Danemark. Une permission fut accordé par les autorités danoises, mais leur première demande de lancement depuis la mer du Nord fut rejetée en 2009 par l'autorité maritime danoise. Ils préférèrent la zone de lancement situé en mer Baltique aux coordonnées 55° 02′ 57″ N 15° 36′ 11″ E / 55.04917, 15.60306 L'équipe construisit une plateforme de lancement mobile (mobile launcher platform ou MLP) baptisé Sputnik. Il s'agit d'un catamaran avec en son centre, une tour permettant d'y attacher les différents éléments. Les différentes missions ont été menées avec le concours de différents bateaux :

  • MLP-Sputnik, la plateforme de lancement, originalement tracté par un autre navire, désormais équipé avec des moteurs diesel la rendant ainsi autonome.
  • MHV Hjortø, un bateau des gardes côtes servant de base de contrôle de la mission ainsi qu'au repêchage du module MSC lors de sa chute dans l'eau en fin de mission.
  • Deux canots à moteur.

2010 (no jobs) : premier test[modifier | modifier le code]

Le premier test prévoyait d'atteindre une altitude de 30 km et était planifié entre le 30 août et le 13 septembre 2010. Le module de vie transportait un dispositif anthropomorphe d'essai. Les objectifs étaient la réussite du lancement ainsi que de la descente, le repêchage étant considéré comme un objectif secondaire. Le mardi 31 aout 2010, le sous-marin UC3Nautilus poussa la plateforme de lancement Sputnik, à laquelle était arrimé la fusée, jusqu'à la zone de tir au large de Nexø, sur l'île de Bornholm.

L'essai de tir eu lieu le dimanche 5 septembre 2010 à 14:43 CEST, mais le moteur ne put démarrer à cause d'une panne sur la valve d'oxygène liquide (LOX) qui, suite aux 5 jours en mer, avait gelé. La conception avait pourtant prévu l'utilisation d'un sèche-cheveux fixé près de la valve afin de la dégivrer. Ce dernier ne put remplir son rôle car l'alimentation ne tint pas la durée.

2011 : premier vol du HEAT 1X Tycho Brahe[modifier | modifier le code]

Ils firent plusieurs modifications sur la fusée, la valve, ainsi que la MLP-Sputnik désormais auto-propulsé. L'équipe se réunit alors au spatio-port Nexø le 28 mai 2011 à 4 h 50 où ils retrouvèrent le MHV Hjortø, navire des gardes côtes utilisé comme centre de contrôle et navire de repêchage. Ce deuxième vol eut lieu le 3 juin 2011 à 16h32 heure locale (14h32 CEST). La fusée ne s'éleva qu'à 2,8 km d'altitude car le contrôle de la mission stoppa le propulseur au bout de 21 secondes. Ce vol produisit néanmoins une grande quantité de données utiles à la continuité du programme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Copenhagen Suborbitals » (voir la liste des auteurs)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :