Convergence démocratique de Catalogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CDC.
Convergence démocratique de Catalogne (CDC)
(ca)Convergència Democràtica de Catalunya
Image illustrative de l'article Convergence démocratique de Catalogne
Logo officiel
Présentation
Président Artur Mas
Fondation 1974
Secrétaire général Josep Rull i Andreu
Lluís Corominas i Díaz
Adresse Barcelone, Catalogne
Idéologie Catalanisme, Centrisme, Progressisme, Libéralisme
Affiliation européenne Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs
Affiliation internationale Internationale libérale
Couleurs bleu et blanc
Site web www.convergencia.cat
Convergence démocratique de Catalogne (en Catalogne nord)
Présentation
Président Jordi Vera
Vice-président Donald Smith
Vice-présidente Marie-Claude Grégoire
Site web www.cdccat.com/

Convergence démocratique de Catalogne (CDC), en catalan Convergència Democràtica de Catalunya, est un parti politique centriste (marqué par l'influence du social-libéralisme) autonomiste, créé en 1974 en Catalogne du Sud par Jordi Pujol i Soley. Allié depuis 1979 avec Union démocratique de Catalogne au sein d'une coalition Convergence et Union (CiU), il est le premier parti politique de la Catalogne en termes de résultats électoraux.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières années : CDC devient un grand parti[modifier | modifier le code]

CDC se présenta aux premières élections législatives espagnoles le 15 juin 1977 en intégrant la coalition Pacte Democràtic per Catalunya. La liste obtint 522 060 voix, 11 députés et 5 sénateurs. Jordi Pujol et Pere Pi-Suñer, fondateurs de CDC intègrent comme ministres le Consell Executiu de la Generalitat provisoire présidée par Josep Tarradellas.

Le 19 septembre 1978 CDC crée une coalition électorale avec Unió Democràtica de Catalunya et forme Convergència i Unió, une alliance qui devient le 2 décembre 2001 une fédération.

Miquel Roca i Junyent, dirigeant de CDC participa à l'élaboration de la Constitution espagnole de 1978, et tenta d'introduire dans le texte la notion de pluri-nationalité de l'État espagnol.

Aux législatives espagnoles de 1979 la coalition CiU obtint 484 154 voix, soit 8 députés et 1 sénateur, puis en 1982 772 673 voix (12 députés et 5 sénateurs).

Les années Pujol : CDC aux commandes de la Généralité[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives catalanes de 1980, CiU s'allie au Parlement avec les députés d'ERC et des centristes. Ainsi Jordi Pujol i Soley est élu président de la Généralité de Catalogne. CiU conserve le pouvoir jusqu'en 2003, durant 23 ans au cours de six législatures, dont trois avec une majorité absolue (1984, 1988 et 1992) et trois autres avec une majorité relative (1980, 1996 et 1999).

En 1985, Miquel Roca et CDC tentent de fonder un parti centriste dans toute l'Espagne, le Parti réformiste démocratique (PRD) pour influencer l'évolution du modèle d'État en Espagne vers une plus large décentralisation (opération Roca). Aux législatives espagnoles de 1986, CiU obtient 1 012 054 voix, 18 députés et 8 sénateurs, mais le PRD seulement 194 538 voix et aucun élu.

La relève générationnelle : CDC dans l'opposition[modifier | modifier le code]

Après le retrait du devant de la scène de Pujol, Artur Mas devient le candidat de CiU à la présidence de la Généralité pour les élections catalanes de 2003, où CiU obtient 46 sièges. Cependant, trois autres partis, le PSC, ERC et ICV, s'étant coalisés pour gouverner, CiU se retrouve dans l'opposition. Lors des élections suivantes, en 2006, CiU demeure la première formation politique catalane avec 48 sièges, mais doit rester dans l'opposition au gouvernement de coalition reconduit.

En 2006, le Bloc Català décide d'intégrer CDC, dont il devient la première fédération territoriale hors de la communauté autonome de Catalogne. En 2008, CDC a obtient 15 conseillers municipaux dans les Pyrénées-Orientales.

Lors du XVe congrès, en juillet 2008, CDC renforce son ancrage souverainiste (indépendantiste modéré) en approuvant le droit à l'autodétermination de la Catalogne.

Le retour aux commandes : CDC parti de gouvernement[modifier | modifier le code]

En décembre 2010 ont eu lieu les élections au parlement de Catalogne. Les listes des candidats à la présidence de la Generalitat de Catalunya de la fédération CiU et militants des CDC Artur Mas i Gavarró, ont obtenu 62 députés sur 135 sièges à pourvoir. Ne disposant pas de majorité absolue, Artur Mas a été investi 129e Président de la Generalitat de Catalunya par majorité simple au second tour et grâce à l'abstention du groupe parlementaire du PSC-PSOE. Finalement, Artur Mas a pris possession de son mandat le 27 décembre 2010 au salon Sant Jordi du Palau de la Generalitat de Catalunya. CDC dispose de quatre ministres (consellers) au Gouvernement de Catalogne : Irene Rigau, ministre de l'Éducation, Felip Puig, ministre de l'Intérieur, Lluís Recoder, ministre du Travail et du Développement durable, et Josep Lluís Cleries, ministre des Affaires Sociales et de la Famille.

Actuellement, la fédération CiU gouverne dans plus de 450 communes, compte 3.384 conseillers municipaux, 62 députés au Parlement catalan, 10 députés au Congrès, 6 sénateurs et 1 député européen.

Au niveau européen CDC est membre du Parti libéral démocrate et réformiste européen ELDR et son unique député intègre son groupe parlementaire à Strasbourg.

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Pour les élections européennes de juin 2009, elle fait partie de la Coalition pour l'Europe, avec d'autres partis régionalistes. Ramon Tremosa, le candidat tête de liste de la coalition, appartient à CDC.

Pour les élections européennes de mai 2014, CDC se présente de nouveau sous l'étiquette Coalition pour l'Europe, avec notamment le Parti nationaliste basque comme partenaire. La Coalition obtient trois sièges, dont un pour Ramon Tremosa, qui est ainsi réélu.

Organisation[modifier | modifier le code]

Structuration territoriale[modifier | modifier le code]

CDC dans les Pyrénées-Orientales[modifier | modifier le code]

Convergence démocratique de Catalogne est une fédération indépendante de CDC. En effet, pour CDC, les habitants de la Catalogne du Nord (département des Pyrénées-Orientales) forment "une communauté de destin". CDC prône une démocratie de proximité proche des citoyens et des problématiques des territoires européens. Dans ce sens, la principale revendication de CDC est la création, en France, d’une région Catalogne du Nord, comme le permet l'article 72 de la Constitution française.

Convergence démocratique de Catalogne est issue de la transformation du Bloc Català, parti nord-catalan fondé le 20 octobre 2002 à Thuir (Catalogne Nord / Pyrénées-Orientales), en Fédération indépendante de Convergència Démocratica de Catalunya. Le congrès de transformation du Bloc Català en Convergence démocratique de Catalogne s'est déroulé au Mégacastillet de Perpignan le 3 décembre 2006. Le second congrès c'est tenu à Perpignan le samedi 31 janvier 2009 à Perpignan.

Les principales figures de ce parti sont Jordi Vera, président, conseiller municipal à Perpignan (depuis 2008), Alexandre Puignau, maire des Cluses, Pierre Bataille, maire de Fontrabiouse-conseiller général de Mont Louis, Roger Segura, conseiller municipal de Thuïr (président du conseil fédéral), Yves Porteix, maire de Sorède, Donald Smith, vice-président.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ca) Jesús Mestre i Campi (dir.), Diccionari d'història de Catalunya, Barcelone, Edicions 62,‎ 2004, 6e éd. (1re éd. 1992), 1147 p. (ISBN 978-84-412-1885-7), p. 297

Liens externes[modifier | modifier le code]