Convention de Seneca Falls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Convention de Seneca Falls, tenue les 19 et 20 juillet 1848 à Seneca Falls (New York), fut la première convention pour les droits des femmes à se dérouler sur le sol des États-Unis[1]. Elle réunit environ deux cents personnes parmi lesquelles Elisabeth Cady Stanton et Lucretia C. Mott, deux figures marquantes du mouvement féministe américain, et plusieurs représentants du mouvement abolitionniste tel l'orateur Frederick Douglass. Il y avait en tout trente-deux hommes présents[2]. Elle s'acheva par la signature de la « déclaration de sentiments », considérée comme l'acte fondateur du mouvement féministe américain.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La déclaration de sentiments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Déclaration de sentiments.

Construit sur le modèle de la Déclaration d'indépendance, le texte final de la convention, la « Déclaration de sentiments », affirmait le droit pour les femmes d'accéder au statut plein et entier de citoyenne des États-Unis d'Amérique. Elle listait l'ensemble des griefs reprochés aux hommes, tout comme les colons américains l'avaient fait dans la Déclaration d'indépendance pour les colonies. Les hommes y remplaçaient le roi George III en tant qu'accusé principal, de l'oppression des femmes cette fois. Le texte souligne ainsi la sévère limitation des droits légaux des femmes dans les États-Unis de l'époque : les femmes étaient privées du droit de vote et de participer à l'élaboration de lois qui s'imposaient pourtant à elle ; elles étaient, malgré cette absence de droits civiques, soumises à l'impôt. Lors des rares cas de divorce, la garde des enfants était automatiquement confiée au père ; l'accès à l'éducation supérieure leur était interdit, leur rendant inaccessibles les postes qualifiés sur le marché du travail. Enfin, la majorité des églises empêchaient aux femmes l'accès aux ministères ecclésiastiques.

La déclaration proclamait que « hommes et femmes avaient été créés égaux » et que les signataires emploieraient tous les moyens à leur disposition pour corriger l'inégalité de fait qui persistait entre les deux catégories. Cent des quelque trois cents personnes qui assistèrent à la convention signèrent finalement cette déclaration de sentiments[3].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

The Distillers, un groupe australien de punk rock, a enregistré, en hommage aux participants de la convention, une chanson intitulée Seneca Falls sur leur album Sing Sing Death House (2002).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Oxford Encyclopedia of American Social History, Oxford University Press,‎ 2012, 1100 p. (ISBN 0199743363, lire en ligne), p. 56
  2. Declaration of Sentiments and Resolution: by the Woman's Rights Convention july, 1848 p. 77
  3. Voir la liste de signataires sur le site du Women's Rights National Historical Park.

Lien externe[modifier | modifier le code]