Conure veuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Myiopsitta monachus

Description de cette image, également commentée ci-après

Myiopsitta monachus adulte

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae
Genre Myiopsitta

Nom binominal

Myiopsitta monachus
(Boddaert, 1783)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Veuve.

La Conure veuve (Myiopsitta monachus) est encore appelée Perriche veuve[1], Perruche moine, Perruche-souris ou encore Perruche jeune-veuve (cottora en Argentine), est une espèce d'oiseaux de l'ordre des Psittaciformes et de la famille des psittacidés.

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce est de couleur verte, avec le front et la poitrine gris pâle, les couvertures sus-alaires bleues et le dessous des rémiges bleu foncé. Elle mesure environ 29 cm de longueur pour une envergure de 48 cm et une masse de 100 g.

Dimorphisme[modifier | modifier le code]

Le dimorphisme sexuel de cette espèce est inexistant, il faut donc pratiquer un test ADN pour déterminer le sexe d'un individu.

Répartition[modifier | modifier le code]

La Conure veuve est originaire du Brésil, du Paraguay et de l'Argentine. L'espèce est désormais implantées dans l'est des États-Unis, au nord jusqu'à Chicago et au Massachusetts[2]. Des colonies, généralement issues de lâchers sauvages, sont installées dans certaines régions d'Europe (notamment en Espagne (facilement observables au parc Montjuic à Barcelone) et en Belgique (en particulier à Bruxelles, place Guy d'Arezzo) et dans le sud de la France (notamment à Montpellier dans le quartier des Aubes, et à Marseille depuis plusieurs années dans les quartiers arborés) mais également en région parisienne près de l'aéroport d'Orly (Wissous, L'Haÿ-les-Roses...) dès les années 1990.

Comportement[modifier | modifier le code]

Son vol rectiligne rapide de cime en cime peut le rendre difficile à observer. Lorsqu'elle est au sol, elle présente une démarche caractéristique et maladroite.

Nidification[modifier | modifier le code]

L'espèce a ceci de remarquable qu'elle est la seule parmi les perruches à construire de vastes nids collectifs à entrées multiples, faits de branches et brindilles, lesquels peuvent atteindre plusieurs mètres d'envergure. La femelle pond de 4 à 6 œufs par ponte. La durée d'incubation est de 23 à 25 jours.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Sa sous-espèce Myiopsitta monachus luchsi est désormais considérée comme l'espèce à part entière Myiopsitta luchsi[3].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après la classification de référence (version 5.1, 2015) du Congrès ornithologique international, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes (ordre phylogénique) :

  • Myiopsitta monachus cotorra (Vieillot, 1818) ;
  • Myiopsitta monachus monachus (Boddaert, 1783) ;
  • Myiopsitta monachus calita (Jardine & Selby, 1830).

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Josep del Hoyo, Nigel J. Collar ; avec David A. Christie, Andrew Elliott, Lincoln D. C. Fishpool, Illustrated Checklist of the Birds of the World, volume 1 (Non-passerines), HBW & BirdLife International, Barcelona : Lynx Edicions, 2014. (ISBN 9788496553941).
  2. Sibley D.A. (2006) Le guide Sibley des oiseaux de l'est de l'Amérique du Nord. Ed. Michel Quintin, Waterloo, Canada, 433 p.
  3. Congrès ornithologique international, version 5.1