Controverse sur les plans d'offensive soviétiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La ligne de démarcation germano-soviétique lors de la campagne de Pologne de 1939.
Soldats de l'Armée rouge en 1941.
La frontière entre l'Allemagne et l'URSS sur le San à Sanok (Pologne) en 1939-1940.

La controverse sur les plans d'offensive soviétiques fait référence au débat parmi les historiens sur la question de savoir si Staline planifiait ou non d'envahir le Troisième Reich avant le déclenchement de l'opération Barbarossa lors de l'été 1941.

Arrière-plan[modifier | modifier le code]

Afin de justifier l'invasion allemande, Adolf Hitler mettait en avant le fait que l'Armée rouge se préparait à une grande offensive en Europe et que l'opération Barbarossa fut mise au point en tant que guerre préventive[1]. Après la Seconde Guerre mondiale, cette vision est également soutenue par plusieurs commandants de la Wehrmacht, tels que Wilhelm Keitel[2].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Forces déployées près de la frontière soviétique occidentale avant le déclenchement de l'opération Barbarossa, 22 juin 1941
Allemagne et ses alliés URSS Ratio
Divisions 166 190 1 : 1.1
Soldats 4 306 800 3 289 851 1.3 : 1
Canons et mortiers 42 601 59 787 1 : 1.4
Chars et blindés 4 171 15 687 1 : 3.8
Aéronefs 4 389[3] 11 537[4] 1 : 2.6

Les différents points de vue[modifier | modifier le code]

Selon Viktor Souvorov dans son œuvre Le Brise Glace publiée en 1989, Staline avait toujours voulu exploiter la guerre entre les pays occidentaux à son avantage. En effet, celui-ci aurait compté sur une guerre d'usure identique à celle de 1914-1918 qui épuiserait tellement les pays capitalistes qu'il pourrait envahir l'Europe sans aucune opposition, thèse appuyée lors de son discours d'août 1939[5].

Cette théorie est néanmoins rejetée par la plupart des historiens en dehors de la Russie[6]. Cynthia A. Roberts indique que cette thèse ne repose « virtuellement sur aucune preuve probante[7] » et pour Jonathan Haslam, la théorie de Souvorov selon laquelle l'Allemagne empêcha la guerre de Staline « serait comique si elle n'était pas autant prise au sérieux[8] ». Certains spécialistes considèrent néanmoins qu'un conflit entre les deux pays était inévitable mais rejettent l'idée d'une guerre préemptive. Pour l'historien Martin van Creveld, « Staline n'avait peut-être pas prévu d'attaquer l'Allemagne à l'automne 1941. Mais il serait difficile de croire qu'il n'aurait pas saisi l'occasion de poignarder le Reich dans le dos un jour ou l'autre[9] ».

Discours de Staline du 19 août 1939[modifier | modifier le code]

Le 19 août 1939, Staline aurait prononcé un discours devant les membres du Politburo lors duquel il aurait décrit la stratégie de l'URSS sur une éventuelle entrée du pays dans la Seconde Guerre mondiale contre l'Allemagne[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) R.C Raack, Did Stalin Plan a Drang Nach Westen?, World Affairs. Vol. 155, Issue 4. (été 1992), pp. 13–21.
  • (de) Fälschung, Dichtung und Wahrheit über Hitler und Stalin, Olzog, München 2004. (ISBN 3-7892-8134-4)
  • (en) Stalin's Plans for World War Two Told by a High Comintern Source, The Historical Journal, Vol. 38, No. 4. (Décembre 1995), pp. 1031–1036.
  • (en) Albert L. Weeks, Stalin's Other War: Soviet Grand Strategy, 1939–1941. Lanham, MD: Rowman & Littlefield, 2002. (ISBN 0-7425-2191-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Teddy J. Uldricks, The Icebreaker Controversy: Did Stalin Plan to Attack Hitler? Slavic Review, Vol. 58, No. 3 (Automne 1999), pp. 626-643
  2. (en) André Mineau, Operation Barbarossa: ideology and ethics against human dignity, Rodopi, 2004. (ISBN 978-90-420-1633-0).
  3. (de) Bundesarchiv-Militararchiv, Frieburg; Luftfahrtmuseum, Hannover-Laatzen; WASt Deutsche Dienststelle, Berlin
  4. (ru) Rosvoyentsentr, Moscow; Russian Aviation Research Trust; Russian Central Military Archive TsAMO, Podolsk; Monino Air Force Museum, Moscow.
  5. (en) Richard Pipes, Communism: A History, 2001, pages 74–75. (ISBN 0-8129-6864-6)
  6. David M. Glantz, Stumbling Colossus: The Red Army on the Eve of War, Lawrence, Kansas, University Press of Kansas,‎ 1998 (ISBN 0-7006-0879-6), p. 4
  7. Cynthia A. Roberts, « Planning for War: The Red Army and the Catastrophe of 1941 », Europe-Asia Studies, vol. 47, no 8,‎ 1995, p. 1293–1326 (DOI 10.1080/09668139508412322, JSTOR 153299)
  8. Jonathan Haslam, « Soviet-German Relations and the Origins of the Second World War: The Jury Is Still Out », The Journal of Modern History, vol. 69, no 4,‎ 1997, p. 785–797 (DOI 10.1086/245594)
  9. « SERIE Teil VI: Ans Hakenkreuz geschlagen – Archiv »,‎ 11 mars 2005
  10. (en) Stalin's speech to the Politburo on 19 August 1939, consulté le 2 février 2013