Contre la montre : combattre le sida en Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Contre-la-montre : combattre le sida en Afrique
Auteur Stephen Lewis
Genre Essai
Version originale
Titre original Race Against Time: Searching for Hope in AIDS-Ravaged Africa
Éditeur original House of Anansi Press
Langue originale Anglais
Pays d'origine Canada
Lieu de parution original Canada
Date de parution originale 18 octobre 2005
ISBN original 0887847331
Version française
Traducteur Lori Saint-Martin
Paul Gagné
Éditeur Actes Sud
Nombre de pages 242
ISBN 2742765425

Contre-la-montre : combattre le sida en Afrique (titre original : Race Against Time: Searching for Hope in AIDS-Ravaged Africa) est un essai du canadien Stephen Lewis réalisé dans le cadre des conférences Massey qui se déroulent chaque année à l'Université de Toronto. Écrit durant le premier semestre de l'année 2005, il est sorti la même année chez l'éditeur canadien House of Anansi Press. Une campagne de conférences, animées par l'auteur lui-même, a conjointement été organisée à travers le Canada, chaque chapitre du livre donnant lieu à un sujet de conférence dans une ville différente. Elle s'est déroulée du 18 octobre à Vancouver au 28 octobre à Toronto, et les discours enregistrés furent ensuite diffusés, du 7 au 11 novembre, sur la radio publique canadienne CBC Radio One. L'auteur, Stephen Lewis, social-démocrate canadien, avait les fonctions, au moment de l'écriture du livre, d'envoyé spécial de l'ONU pour le VIH/sida en Afrique, et d'ambassadeur du Canada aux Nations Unies. Les critiques et accusations qu'il livre à l'égard des Nations Unies, des organisations internationales et de diplomates qu'il désigne nommément furent qualifiés par certains commentateurs de contraires à ses fonctions diplomatiques, certains allant jusqu'à exiger son éviction des postes qu'il occupait.

Tant dans son livre que dans ses interventions, Stephen Lewis affirme que des changements significatifs sont indispensables à la réalisation, à l'échéance de 2015, des objectifs fixés par l'ONU concernant le développement, connus sous le nom de « Objectifs du millénaire pour le développement ». L'auteur explique notamment le contexte historique, depuis les années 1980, dans lequel l'Afrique se trouve, citant les différentes politiques successives désastreuses de certains institutions financières qui ont contribué à augmenter plus qu'a réduire la pauvreté. Il met en relation les programmes de réforme structurelle des politiques de prêt, et notamment leurs conditions quant aux dépenses de santé et d'infrastructures scolaires, avec la propagation incontrôlée du virus du SIDA et son incidence économique. Lewis traite également de la discrimination envers les femmes et de l'éducation des enfants. Pour résoudre ses problèmes, il propose, entre autres solutions potentielles, une augmentation significative des budgets versés par les pays du G8.

Sources[modifier | modifier le code]