Continvoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Continvoir
Image illustrative de l'article Continvoir
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Bourgueil
Intercommunalité C.C. du Pays de Bourgueil
Maire
Mandat
François Grandemange
2014-2020
Code postal 37340
Code commune 37082
Démographie
Gentilé Continvoironais
Population
municipale
470 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 20″ N 0° 13′ 17″ E / 47.3888888889, 0.221388888889 ()47° 23′ 20″ Nord 0° 13′ 17″ Est / 47.3888888889, 0.221388888889 ()  
Altitude Min. 47 m – Max. 109 m
Superficie 41,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Continvoir

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Continvoir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Continvoir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Continvoir

Continvoir est une commune française du département d'Indre-et-Loire dans la région Centre.

Ses habitants sont appelés les Continvoironais, Continvoironaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la Touraine angevine, anciennement province d'Anjou jusqu'à la Révolution française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Partie intégrante de la province d'Anjou et de son histoire, Continvoir et la région de Bourgueil (y compris le domaine du château de Gizeux et jusqu'à Château-la-Vallière) furent rattachées en 1790 au tout nouveau département de l'Indre-et-Loire.

En 1343, le sel devient un monopole d'État par une ordonnance du roi Philippe VI de Valois, qui institue la gabelle, la taxe sur le sel. L'Anjou fait partie des pays de « grande gabelle » et comprend seize tribunaux spéciaux ou « greniers à sel », dont celui de Bourgueil.

Le 24 mai 1589, Duplessis-Mornay gouverneur de Saumur (1589-1621) ne commande pas seulement la ville de Saumur, il prend la tête d'un gouvernement spécial qui est détaché de l'Anjou. Cette sénéchaussée de Saumur, englobe au nord de la Loire le pays de Bourgueil.

Continvoir et le pays bourgueillois (s'étendant jusqu'à Ingrandes vers l'Est et jusqu'au château de Gizeux au Nord) dépendra de la sénéchaussée de Saumur jusqu'à la Révolution française.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Continvoir (Indre-et-Loire).svg

Les armoiries de Continvoir se blasonnent ainsi :

Écartelé: au 1er de gueules au kiosque à musique du lieu d'or, au 2e d'argent à la feuille de châtaignier de sinople posée en bande, au 3e d'argent à la fleur de lis d'azur, au 4e de gueules à l'épée basse d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1793 Michel-François Beaugé    
1793 1795 Charles Guitton    
1795 1800 Joseph Jusseaume    
1800 1843 Louis Assier    
1843 1860 Louis-Mathias Paps    
1860 1864 Pierre Coudray    
1864 1894 Jude Jusseaume    
1894 1897 Étienne Tessier    
1897 1921 Auguste-Prosper Robin    
1921 1947 Élie-Pierre-Clément Lochet    
1947 1961 Jean-Baptiste David    
1961 1971 Georges Perrichet    
1971 1977 Henri Rémy    
1977 1983 André Guin    
1983 1989 Marcel Besnard    
1989 2001 Michel Brunet Divers droite  
2001 2003 Jacques Magonnet    
2003 2008 Jean-Michel Mauduit    
2008 2010 Élizabeth Camus    
2010 en cours François Grandemange    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 470 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
808 733 872 900 940 1 001 1 010 1 036 1 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 043 978 988 926 882 828 824 831 812
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
789 788 783 696 718 641 662 701 647
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
605 570 439 479 420 449 463 458 467
2011 - - - - - - - -
470 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Kiosque à musique construit en 1910 lors de la création de la Société de Musique qui a connu ses heures de gloire dans les années 1920 en comptant près de 50 musiciens. Actuellement, chaque été, Continvoir fête son kiosque en organisant des animations qui font revivre le cœur du village.
  • Manoir du début du XXe siècle, bâti en pierre de taille, qui abrite actuellement la mairie.
  • Un monument mégalithique, unique en Touraine[réf. nécessaire], un cromlech composé d'un ensemble de huit blocs de pierre disposés en cercle dont l'origine remonte au néolithique.
  • L'étang du "pré de la Cure". Créé en 1982, ce plan d'eau accueille les amateurs de pêche et de tranquillité. Pour les pêcheurs, l'accès se fait en achetant une carte auprès de l'association "les Martins Pêcheurs".
  • Ancienne gare de Gizeux-Continvoir: souvenir de l'époque où la commune était desservie par la Compagnie de chemins de fer départementaux. Inaugurée le 8 mars 1885 cette ligne mètrique disparaîtra en 1949 pour des raisons économiques.

En traversant le bourg, depuis l'étang pour aller vers l’église, se trouvent trois maisons anciennes dont la construction semble remonter au XVe ou XVIe siècle[réf. nécessaire].

L'édification de l'Église remonte autour de 1050. Son clocher sera renversé par un ouragan le 15 mars 1751 et elle subira un incendie en 1777 dont on trouve encore des traces sur la charpente. Elle sera restaurée entièrement entre 1856 et 1863. Le vitrail au-dessus de l'autel représente Saint-Martin prêchant sous un châtaignier en l'an 388. Dans le chœur on peut remarquer un bas-relief représentant l'Adoration des Mages attribué au sculpteur Simon Guillain dit de Cambrai. Cette église dédiée à Saint-Martin dépendait du Prieuré Saint-Cosme, près de Tours. De la construction primitive il reste sa façade romane avec sa porte en plein cintre surmontée d’une fenêtre.

  • Lavoir communal, alimenté par la Branne, datant du XIXe siècle et entièrement restauré en 1997.
  • Le château des Ricordières édifié à partir de 1585 par Philippe Sorée, conseiller du Roi.
  • Les landes Saint-Martin. Ce site propose au promeneur de découvrir les différentes essences qui composent les bois de Continvoir. Parmi celles-ci, des châtaigniers aux formes étonnantes. Au cœur de ces landes, surplombant l'étang du Vau Rozet, se trouve un logis seigneurial datant du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notice historique sur Gizeux et les communes environnantes par J. Guérin ISBN 2-7428-0030-1 ISSN 0993-7129

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011