Contes et légendes inachevés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Contes et Légendes inachevés
Auteur J. R. R. Tolkien
Directeur de publication Christopher Tolkien
Genre fantasy
Version originale
Titre original Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth
Éditeur original George Allen & Unwin
Langue originale anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 1980
Version française
Traducteur Tina Jolas
Éditeur Christian Bourgois Éditeur
Date de parution 1982
Chronologie
Précédent Le Silmarillion Le Livre des contes perdus Suivant

Contes et Légendes inachevés (Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth) est un recueil de J. R. R. Tolkien édité à titre posthume par son fils Christopher Tolkien en 1980. Les textes qu'il contient, de nature purement narrative[1], détaillent des éléments mentionnés dans ses précédents romans, Le Hobbit, Le Seigneur des anneaux et Le Silmarillion. Selon Christopher Tolkien,

« [Contes et Légendes inachevés] n'est guère qu'un recueil de textes disparates quant à la forme, le dessein, le degré d'achèvement et la date de composition (et quant au traitement que je leur ai fait subir), où il est question de Númenor et de la Terre du Milieu[2]. »

Le travail de Christopher Tolkien s’inscrit dans la continuité de celui qu’il a fourni pour Le Silmarillion : il s'agit, au terme d'une étude en profondeur, de présenter les textes sous une forme aussi cohérente que possible, si besoin est en procédant à des modifications de fond ou de forme. Toutefois, là où ce travail éditorial était passé sous silence dans Le Silmarillion, il est présenté de façon beaucoup plus explicite dans les Contes et légendes inachevés, à travers un commentaire et des notes qui accompagnent la plupart des textes. Cette démarche est encore prolongée dans les douze tomes de l’Histoire de la Terre du Milieu, où Christopher Tolkien revient parfois avec un regard critique sur certains des choix éditoriaux du Silmarillion et des Contes et Légendes inachevés.

En français, le livre est paru chez Christian Bourgois Éditeur, couplé avec Le Silmarillion en un volume unique et de façon séparée. L'édition au format poche, chez Pocket, est divisée en trois volumes, selon le découpage intérieur du livre (la quatrième partie étant couplée avec la troisième).

Contenu[modifier | modifier le code]

Première partie : le Premier Âge[modifier | modifier le code]

La première partie, consacrée au Premier Âge, se compose de deux textes.

De Tuor et de sa venue à Gondolin est une réécriture de La Chute de Gondolin, le tout premier texte narratif écrit par Tolkien sur la Terre du Milieu (v. 1916-1917). Cette nouvelle version, rédigée dans les années 1950, s'intitule en réalité De Tuor et de la chute de Gondolin, mais Christopher Tolkien lui a donné un autre titre parce qu'elle s'interrompt au moment où le personnage de Tuor arrive à Gondolin. Tolkien n'a laissé que quelques notes sur ce qui aurait suivi[3].

Le Narn i Hîn Húrin est le matériau sur lequel s'est basé Christopher Tolkien pour le chapitre « Túrin Turambar » du Silmarillion. Le début et la fin de l'histoire sont complets, mais la partie centrale, relatant le séjour de Túrin à Bar-en-Danwedh et à Nargothrond, n'est composé que de brouillons hâtifs et brefs, donnés en appendice. Le contenu du Narn a été largement repris dans Les Enfants de Húrin, avec quelques différences dues à la meilleure compréhension des brouillons de son père par Christopher Tolkien dans ce dernier ouvrage[4].

Deuxième partie : le Second Âge[modifier | modifier le code]

La seconde partie, consacrée au Second Âge, est subdivisée en quatre sections.

Une Description de l'île de Númenor, comme l'indique son titre, fournit un aperçu, essentiellement géographique et botanique, de Númenor, probablement rédigé vers 1960[5]. Christopher Tolkien y joint une carte de l'île redessinée par ses soins à partir d'un croquis de son père, absente de la traduction française.

Aldarion et Erendis est le seul récit écrit par Tolkien (probablement vers 1960) se déroulant sur Númenor. Il n'existe que sous la forme de chronologies à la narration développée, et Christopher Tolkien a dû fournir un lourd travail éditorial pour le présenter sous la forme d'un texte unique[6]. Il y joint un arbre généalogique des descendants d'Elros sur sept générations.

La Lignée d'Elros est une liste des rois de Númenor.

L'Histoire de Galadriel et Celeborn est une réunion de divers textes concernant Galadriel, Celeborn, la Lothlórien et l'Elessar. Ils se contredisent parfois ouvertement, notamment sur le sujet des origines de Celeborn. Christopher Tolkien y joint en appendices divers textes sur les Elfes Sylvains et la Terre du Milieu au Second Âge.

Troisième partie : le Troisième Âge[modifier | modifier le code]

La troisième partie présente cinq récits :

  • Le Désastre des Champs d'Iris décrit la mort d'Isildur.
  • Cirion et Éorl rassemble plusieurs textes sur l'histoire des relations entre le Gondor et les Rohirrim et leurs ancêtres.
  • L'Expédition d'Erebor voit Gandalf raconter comment il mit en branle les événements décrits dans Le Hobbit, qui aboutirent à la reconquête d'Erebor par les Nains et la mort de Smaug.
  • La Quête de l'Anneau décrit les mouvements des Nazgûl durant l'époque qui précède Le Seigneur des anneaux. Ce texte est accompagné d'un commentaire de Christopher Tolkien exposant des versions alternatives de l'histoire, et d'un court texte sur Gandalf, Saroumane et l'herbe à pipe de la Comté.
  • Les Batailles des gués de l'Isen est un récit des batailles entre les Rohirrim et Saroumane au début de la guerre de l'Anneau, qui ne sont qu'évoquées dans Le Seigneur des anneaux.

Quatrième partie[modifier | modifier le code]

La dernière partie se compose de trois sections qui sont plus des études que des récits, d'où leur rejet en annexe :

  • Les Drúedain est une description des Hommes Sauvages, le peuple de Ghân-buri-Ghân qui est brièvement croisé dans Le Seigneur des anneaux. Ce texte est en fait un extrait de Of Dwarves and Men, étude publiée par la suite en intégralité dans The Peoples of Middle-earth.
  • Les Istari est un rassemblement de divers textes et brouillons concernant les cinq Mages.
  • Les Palantíri est un regroupement en une seule études de divers fragments sur les Pierres de Vision.

Rédaction et travail éditorial[modifier | modifier le code]

Les textes publiés dans les Contes et légendes inachevés ont des dates et des contextes de rédaction différents.

Christopher Tolkien fit le travail d'édition.

Publication traduction[modifier | modifier le code]

Le livre parut en anglais le 2 octobre 1980 chez Allen & Unwin (ISBN 0048231797). Il y eut sept réimpressions jusqu'en 1984 pour un total de 44 000 exemplaires pour cette édition. Il existe une vingtaine d'éditions en anglais.

Contes et légendes inachevés a été traduit en français par Tina Jolas, qui avait précédemment traduit les appendices du Seigneur des anneaux, et est sorti en 1982 chez Christian Bourgois Éditeur.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Si aucun des récits des Contes et légendes inachevés n'a été adapté à la radio, au cinéma et à la télévision, ils ont inspiré de nombreux dessinateurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Consultez la liste des éditions de cette œuvre :
Contes et légendes inachevés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Contes et Légendes inachevés, Le Premier Âge, Pocket, 2001, p. 13
  2. Contes et Légendes inachevés, Le Premier Âge, Pocket, 2001, p. 9-10
  3. Hammond & Scull, p. 1052.
  4. Les Enfants de Húrin, p. . 265
  5. Hammond & Scull, p. 208-209.
  6. Contes et Légendes inachevés, Le Premier Âge, Pocket, 2001, p. 20

Bibliographie[modifier | modifier le code]