Conte di Cavour (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavour.
Conte di Cavour
Image illustrative de l'article Conte di Cavour (cuirassé)
Conte di Cavour (état d'origine)

Histoire
A servi dans Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
Commanditaire Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Quille posée 1910
Lancement 1911
Mise en service 1915
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 168,9 m
Maître-bau 28 m
Tirant d'eau 9,4 m
Tonnage 23 088
Propulsion Vapeur, 20 chaudières Blechhynden, 3 turbines, 4 hélices
Puissance 31 000 chevaux vapeur
Vitesse 21,5 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage pont = 111 mm
ceinture = 254 mm
tourelle = 254 mm
casemate = 127 mm
kiosque = 279 mm
Armement 13 canons de 305 mm
18 canons de 120 mm
22 canons antiaériens de 76 mm
3 tubes lance-torpilles de 450 mm
Rayon d'action 4 800 miles à 10 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 1 000 hommes
Chantier naval La Spezia

Le Conte di Cavour fut un navire de guerre italien de la classe Conte di Cavour, en service dans la Regia Marina durant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Il fut baptisé ainsi en l'honneur de l'homme d’État Camillo Cavour. Construit à l'arsenal de La Spezia, la quille fut posée en 1910 et le navire lancé en 1911[1].

La devise du navire, écrite par D'Annunzio, était Personne second.

La Première Guerre mondiale et l'après guerre[modifier | modifier le code]

Avec l'imminence de la participation de l'Italie à la Première Guerre mondiale, le 23 mai 1915, le Conte di Cavour est rapidement mis en service le 16 avril 1915. Il est basé à Tarente. Son premier pavillon national est offert par la ville de Turin et remis à La Spezia en présence du duc de Gênes, Thomas de Savoie. il est actuellement conservé au monument à Victor-Emmanuel II à Rome.

À la déclaration de guerre contre l'Empire austro-hongrois, il porte la marque du vice-amiral Louis-Amédée de Savoie. Durant la guerre, il ne participe pas aux combats, en raison de la politique passive adoptée par les marines italienne et austro-hongroise, passant 966 heures en exercices et seulement 40 heures en trois actions de guerre.

Après la guerre, le Conte di Cavour prend part à une mission de représentation en Amérique du Nord, touchant les ports de Gibraltar, Ponta Delgada Faial[2], Halifax, Boston Newport, Tompkinsville, New York, Philadelphie, Annapolis et Hampton Roads.

Au cours de l'été 1922, le roi Victor-Emmanuel III d'Italie s'embarque pour visiter les villes italiennes libérées sur l'Adriatique.

Le 27 août 1923, une mission militaire italienne, dirigée par le général Enrico Tellini et mandatée par la Conférence des Ambassadeurs pour délimiter la frontière gréco-albanaise, tombe dans une embuscade à Ioannina où le général est assassiné avec les quatre autres membres de la délégation par des tueurs inconnus. Le chef du gouvernement italien, Mussolini, demande que la flotte grecque rende les honneurs au drapeau italien au cours d'une cérémonie. La proposition est rejetée par le gouvernement grec et Mussolini répond par l'envoi d'une division navale composée du Conte de Cavour, du Giulio Cesare, sister-ship du précédent, de Doria et du Duilio pour occuper Corfou. Le 29 août, les navires italiens bombardent le vieux fort de la ville de Corfou et le gouvernement grec doit accepter les honneurs au drapeau italien, que l'escadre italienne reçoit à Paléo Falirou, l'un des ports d'Athènes.

En 1924, avec le Dante Alighieri et le Duilio, il effectue une mission de représentation dans les eaux espagnoles à l'occasion de la visite en Espagne du roi d'Italie. En avril 1925, Mussolini embarque à son bord pour se rendre à Tripoli.

Eu cours des années 1920, le navire subit des travaux de modernisation pour la modification de son armement antiaérien et le remplacement de six canons de 76 mm par 6 autres d'un calibre identique mais de conception plus moderne. L'ancien mât tripode est remplacé par un mât quadripode.

En 1925, le Conte di Cavour et le Giulio Cesare embarquent un hydravion de reconnaissance M.18 : l'avion est mis à la mer et hissé à bord avec une grue. En 1926, une catapulte est installée sur le pont pour son lancement.

Le 12 mai 1928, le navire est désarmé à Tarente en attente d'être radié puis envoyé à la démolition. Mais, au début des années 1930, son réarmement est décidé et, cinq ans après avoir été envoyé au désarmement, en octobre 1933, le navire est renvoyé aux chantiers San Marco de Trieste pour une très importante refonte.

La refonte[modifier | modifier le code]

RN Conte di Cavour
Image illustrative de l'article Conte di Cavour (cuirassé)
Conte di Cavour

Histoire
A servi dans Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
Armé 1er juin 1937
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 186,4 m
Maître-bau 28 m
Tirant d'eau 10,4 m
Tonnage 28 800
Propulsion 8 chaudières Yarrows
2 turbines Belluzzo/Parsons
2 hélices
Puissance 93 000 chevaux vapeur
Vitesse 28 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage Vertical: 250 mm
horizontal: 135 mm
artillerie: 280 mm
Tourelles : 260 mm
Armement Canons:
  • 10 canons de 320 mm/44
  • 12 canons de 120/50mm
  • 8 canons de 100/47mm
  • 8 canons de 37/54mm
  • 12 mitrailleuses de 20/65mm
Rayon d'action 3 100 miles à 20 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 1 200 marins
36 officiers
Chantier naval Trieste

La refonte, qui a lieu entre 1933 et 1937 dans les Chantiers réunis de l'Adriatique de Trieste, transforme la coupe du navire, ne conservant que 40 % de la coque et des superstructures d'origine, avec des modifications majeures des formes du flotteur, dont la longueur est augmentée de 10,30 m avec une nouvelle étrave à guibre.

Le navire est protégé par de nouveaux ponts blindés et les deux cheminées sont plus courtes et plus proches que les deux anciens tuyaux. Une tour en forme de cône, peu élevée, remplace l'ancien mât quadripode. La direction de tir de l'artillerie principale, avec ses télémètres qui calculent la distance des objectifs, est installés au sommet de la tour.

L'artillerie principale[3] est revue par la suppression de la tourelle centrale et, pour les autres tourelles, par le remplacement des 305 mm par des 320 mm[4], constituée de quatre tourelles. Une tourelle triple et une tourelle double en chasse sont installées sur l'avant et en fuite sur l'arrière.

L'artillerie secondaire est totalement modifiée en remplaçant les vieux canons par 12 canons de 120 mm[5], en 6 tourelles doubles, trois de chaque bord.

L'artillerie antiaérienne est constituée de 8 canons de 100 mm[6] quatre sur chaque bord, complétés de 16 canons de 37 mm[7] et douze de 20 mm[8]. Les tubes lance-torpilles sont débarqués.

De nouvelles turbines et des chaudières chauffant au mazout d'une puissance de 93 000 CV sont installées, permettant d'atteindre une vitesse de 28 nœuds.

Cette profonde refonte transforme le Cavour en un navire de guerre moderne malgré une faible protection anti-sous-marine qui trahit sa conception ancienne et une défense antiaérienne insuffisante (comme d'ailleurs dans toutes les autres marines de cette époque, sauf la marine nippone)

Le retour au service[modifier | modifier le code]

À la fin des travaux, le Conte di Cavour entre en service le 1er juin 1937 et rejoint sa base de Tarente.

Le navire participe, avec toutes les principales unités de l'escadre, à la revue navale de Naples le 5 mai 1938, au cours de laquelle il reçoit à son bord le roi Victor-Emmanuel III, Hitler et Mussolini. À cette occasion, le régent de Hongrie, l'amiral Horthy, est présent bien que cela ne soit mentionné dans aucun document historique, mais un film de l'Istituto Luce dans lequel on le voit converser avec le roi, le prince héritier Humbert II et le Duce dans un documentaire réalisé par History Channel sur la visite de Hitler en Italie le confirme.

En avril 1939, le Conte di Cavour participe à l'invasion italienne de l'Albanie. La Regia Marina déploie au large des côtes de l'Albanie une escadre sous le commandement de l'amiral Arturo Riccardi, avec le Giulio Cesare, deux croiseurs lourds Zara et Fiume, des croiseurs légers Abruzzi, Garibaldi et Bande Nere, 13 contre-torpilleurs, 14 torpilleurs et plusieurs transports de troupe sur lesquels sont embarqués environ 11 300 hommes, 130 chars et du matériel divers[9]. Malgré le déploiement massif de forces, l'action des navires italiens contre les timides tentatives de réaction de la partie albanaise se limite à quelques salves tirées sur Durrës et Saranda. Les forces italiennes rencontrent peu de résistance, et bientôt toute l'Albanie est sous le contrôle italien et le roi Zog contraint à l'exil.

L'occupation de l'Albanie place l'Adriatique sous le contrôle exclusif de l'Italie, avec la possibilité d'en fermer définitivement l'accès. Du point de vue politique, elle répond à l'occupation allemande des Sudètes anticipant la « guerre parallèle » de la première période de la Seconde Guerre mondiale et, en même temps, elle est destinée à faire comprendre au reste de l'Europe, et en particulier à la France, que les Balkans rentrent dans la sphère d'influence exclusive de l'Italie.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 10 juin 1940, avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le navire est placé dans le Ve Division des navires de combats au sien de la Ie escadre navale basée à Tarente. Son rôle est celui de navire enseigne de l'amiral Brivonesi, tandis que le cuirassé Giulio Cesare devient navire amiral sous les ordres de l'amiral Inigo Campioni.

Le 9 juillet 1940, sous le commandement du capitaine de vaisseaux Ernesto Ciurlo, il participe à la première bataille entre la marine italienne et de la Royal Navy, la bataille de Calabre.

Le 30 août, il prend part, avec une grande partie des unités de la Ie escadre, à une action qui l'oppose à une tentative britannique d'approvisionnement de Malte depuis Alexandrie, connu par les Britanniques sous le nom d'Opération Hats[10]. La flotte italienne, qui emploie pour la première fois ses deux nouveaux cuirassés de la classe Littorio, ne réussit pas à entrer en contact avec la flotte britannique, en partie à cause d'une violente tempête qui oblige les navires italiens à se mettre à l'abri, les destroyers ne pouvant supporter l'état de la mer.

La nuit de Tarente[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 11 au 12 novembre 1940, le navire est gravement endommagé par une torpille lancée par un bombardier-torpilleur britannique Swordfish, décollé du porte-avions HMS Illustrious. Il s'échoue droit, posé sur le fond.

L'explosion provoque la mort de 17 hommes d'équipage, Le Conte di Cavour est touché par une seule torpille dans une soute à munitions proche de l'arrière et, en raison de la faible résistance du blindage, le bordé bâbord est arraché provoquant une brèche de 12 × 8 mètres et une importante voie d'eau. Pour éviter qu'il ne coule, le navire est remorqué pour être échoué en eaux peu profondes, submergé jusqu'au pont.

L'attaque anglaise met en évidence l'insuffisance de la défense aérienne et la conception ancienne de la protection qui n'a pu être améliorée, malgré la refonte importante du cuirassé.

La même nuit, mieux connue comme la nuit de Tarente, trois vagues de bombardiers britanniques endommagent également les destroyers Libeccio et Pessagno, les cuirassés Caio Duilio et Littorio et le croiseur Trento. Le bilan de l'action anglaise est de 85 morts, dont 55 civils, et 581 blessés ; en plus des navires de guerre, divers navires de commerce sont endommagés et les dépôts de carburant bombardés.

Renfloué le 22 décembre, l'armement et les instruments de navigation sont démontés, et le navire envoyé en cale sèche. À la fin de 1941, il est transféré au chantier naval de San Marco de Trieste pour compléter les réparations et effectuer des travaux de modernisation, en particulier de la défense aérienne qui est renforcée. L'armement antiaérien comprend douze canons de 135 mm[3],[11] en six tourelles doubles, douze canons de 65 mm[12] et de vingt trois canons de 20 mm[13] ainsi qu'une nouvelle direction du tir et un radar.

Les exigences de la Regia Marina se portant sur des unités d'escorte comme les contre-torpilleurs et les torpilleurs, plus utiles à l'effort de guerre, les travaux de réparation sont ralentis et le Conte di Cavour ne reprend plus le service actif, les travaux n'étant pas achevés lors de l'armistice du 8 septembre 1943.

L'armistice[modifier | modifier le code]

Après l'armistice, le navire n'est pas en état d'appareiller. Le 10 septembre, l'équipage débarque et, le lendemain, le cuirassé est capturé par les Allemands, qui occupent Trieste et ont pris possession des chantiers navals. Le navire fait dès lors partie de la zone d'opération Adriatisches Küstenland.

Les Allemands se désintéressent de terminer les travaux, se limitant à déplacer le navire de façon à laisser le quai de construction libre pour d'autres travaux.

Le 20 février 1945, lors d'un bombardement des Alliés sur Trieste, le Conte di Cavour est à maintes reprises l'objectif de bombes, deux d'entre elles le touchent sans le couler.

Après la fin de la guerre, le Conte di Cavour est définitivement radié le 27 février 1947 et commencent alors les opérations de démolition de l'épave et de récupération des métaux.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :