Contado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ambrogio Lorenzetti, Effetti del Buon Governo in campagna, Palazzo Pubblico de Sienne, vers 1340, détail (vue du contado siennois).

Le contado (ou contea, terme dérivé du latin comitatus dans la signification de territoire dépendant de l'administration d'un comes ou comte à l'époque carolingienne) désigne dans l'Italie du nord médiévale, l'étendue territoriale sur laquelle chaque cité exerçait, au moins théoriquement, son contrôle et dont l'extension maximale correspondait généralement aux frontières d'une circonscription ecclésiastique (diocèse). C'est aussi l'espace rural où la commune exerce son pouvoir public. Il peut ainsi être perçu comme un espace plus ou moins sauvage, délimité de la vie citadine par les murailles.

Du terme contado naitra contadino, le paysan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la période de l'incastellamento, les cités italiennes eurent pour projet de dominer leur arrière-pays, soit pour constituer des verrous défensifs, soit pour le contrôle des routes et des voie d'eau, soit encore pour des motivations agricoles[1]. C'est l'espace où les autorités exercent un contrôle économique et où va se jouer la compétition entre pouvoirs communaux et pouvoirs laïcs et ecclésiastiques au Trecento. Le contado met aussi en prise la commune avec la commune voisine. Il est souvent source de litige.

Avec la désintégration des institutions de l'époque carolingienne (dont les districts de base, comitati ou contee, coïncidaient avec ceux des villes où les comtes ou comites avaient établi leur résidence) et avec l'émergence de nouveaux pouvoirs (comme ceux des évêques, particulièrement importants) et de nouvelles classes au gouvernement, l'ancienne forme d'organisation du territoire en districts placés sous l'autorité présente dans la ville la plus proche traversa une crise, et l'ancien équilibre des forces allait éclater en une myriade de petits centres de pouvoir en continuelle friction[2].

La naissance des communes a favorisé le processus de recomposition de la géographie fragmentée des pouvoirs enracinés dans les campagnes de l'Italie médiévale. En atteignant une stabilité politique intérieure suffisante et une certaine puissance économique, elles devaient bientôt tourner leurs regards vers les territoires environnants, ce qui est perçu comme le prolongement naturel et l'intégration de et par la ville, comme si la ville et son contado, pour utiliser une métaphore qui apparaît souvent dans les sources de l'époque, étaient la tête et les membres d'un même corps[2].

Ce processus d'extension des pouvoirs, politique et économique, de la ville sur la région au détriment des communautés et des petits seigneurs locaux est appelé comitatinanza. Son but ultime était de réussir à étendre le contrôle communal jusqu'aux frontières diocésaines, considérées comme les seules véritables limites au-delà desquelles commençait le territoire d'une autre ville[2].

Toutes les villes n'ont cependant pas réussi à soumettre à leur contrôle la totalité du territoire de l'episcopato (autre terme désignant le contado communal, en référence au territoire diocésain) : dans certaines régions où les pouvoirs seignoriaux locaux étaient particulièrement enracinés, à la fois pour des raisons historiques et pour des raisons géographiques (zones marginales, montagneuses, d'accès et de transit difficile), le processus de comitatinanza rencontra des obstacles insurmontables et des villes comme Novara, Parme, Plaisance et beaucoup d'autres, n'ont jamais été en mesure d'atteindre les objectifs qu'elles s'étaient proposé[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Crouzet-Pavan, Enfers et Paradis, L’Italie de Dante et Giotto, Albin Michel, Histoire, 2001, p. 57 - 58.
  2. a, b, c et d (it) Giorgio Chittolini, 1979, op. cit.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-Olivier Touati (sous la direction de), Vocabulaire historique du Moyen Âge, La Boutique de l'Histoire, 1997.
  • Jean-Claude Maire-Vigueur, « Les rapports ville-campagne dans l'Italie communale : pour une révision des problèmes » in La ville, la bourgeoisie et la genèse de l'État moderne, XIIe-XVIIIe siècle, Paris, 1988.
  • (it) Giorgio Chittolini, La formazione dello Stato regionale e le istituzioni del contado (secoli XIV-XV), Torino, Einaudi, 1979, (ISBN 880614118X)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Odile Redon, « Seigneurs et communautés rurales dans le Contado de Sienne au XIIIe siècle », Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 1979, 91, pp. 149-196, (lire en ligne).