Consultation populaire de 2011 en Équateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La consultation populaire de 2011 en Équateur est un référendum tenu le 7 mai 2011 en Équateur. Le président de la république d'Équateur Rafael Correa a affirmé que les 10 questions avaient été approuvées sur la base d'un sondage à la sortie des urnes le samedi 7 mai. Les résultats définitifs sont connus le jeudi 19 mai 2011 : l'ensemble des questions sont approuvées[1].

Propositions[modifier | modifier le code]

Parmi les dix propositions soumises au vote du peuple équatorien, toutes ont été acceptées. Ces propositions incluent :

  • un durcissement des conditions de prison préventive ;
  • une limitation des opérations bancaires par les entreprises de services financiers ;
  • une interdiction pour les entreprises de médias d'être propriétaires d'entreprises non médiatiques ;
  • une restructuration du système judiciaire sous la supervision de membres de l'exécutif et de la majorité parlementaire ;
  • une interdiction des casinos et des jeux d'argent ;
  • une interdiction de la tauromachie et des combats de coqs (décision canton par canton);
  • la création d'une entité administrative destinée à réguler les publications dans les médias.

Positions du partis[modifier | modifier le code]

Les partis politique pour approuver le référendum étaient:

Les partis pour qui étaient opposés au référendum étaient :

  • le Parti communiste
  • Gauche Marxiste-léniniste démocratique d'Équateur,
  • le Mouvement des Démocrates,
  • Éthique et Réseau de la Démocratie,
  • Rupture des 25,
  • Concentration des Forces de Gens,
  • Coalition Démocratique Nationale,
  • parti du janvier 21 de la Société Patriotique,
  • parti du Renouvellement Institutionnel d'Action Nationale,
  • parti chrétien Social et Union Démocratique chrétienne[2].

Réactions[modifier | modifier le code]

Opposition[modifier | modifier le code]

L'opposition dénonce les questions relatives à la presse comme des atteintes à la liberté de presse (Contrôle des contenus par l'administration) et à l'indépendance des médias (financement des médias). Elle dénonce méthode de réforme de la justice comme mise en dépendance du pouvoir judiciaire sous la coupe de l'exécutif. Dans l'ensemble, ce référendum est décrit comme une dérive autoritaire.

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultat globaux[modifier | modifier le code]

En mai des 2011, le résultat final est de 53,1 % (approuvé) contre 46,9 % (rejeté).

Résultats détaillés par question[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]