Consuelo Vanderbilt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Vanderbilt.
Le duc et la duchesse de Marlborough et leurs enfants (portrait de John Singer Sargent).

Consuelo Vanderbilt, née à New York le 2 mars 1877 et morte à Southampton, près de New York, le 6 décembre 1964, est une femme du monde, richissime héritière et philanthrope américaine, dont le mariage avec le 9e duc de Marlborough fut un événement pour la société du Gilded Age et de l'Europe aristocratique et dont le divorce après la Première Guerre mondiale scandalisa tout autant les milieux mondains.

Biographie[modifier | modifier le code]

La jeune duchesse et ses deux enfants

Consuelo Vanderbilt est la fille du milliardaire américain, William Kissam Vanderbilt (1849-1920), roi des chemins de fer, et de sa première épouse Alva Erskine Smith (1853-1933).

Elle a deux frères cadets, William Kissam et Harold Stirling et reçoit son nom de baptême en l'honneur de sa marraine, Lady Mandeville (en), duchesse de Manchester, née Consuelo Yznaga del Valle (1859-1909).

Elle reçoit une parfaite éducation et maîtrise dès son jeune âge les règles de la bonne conduite dans les milieux les plus huppés. Eduquée à demeure avec des gouvernantes et des précepteurs, elle s'intéresse particulièrement à la géographie et à l'histoire et excelle en mathématiques. Elle apprend aussi la danse, le dessin et la musique et parle parfaitement le français, l'italien et l'allemand, en plus de l'anglais sa langue maternelle. Plus tard, elle critiquera cette éducation tournée avant tout vers la représentation sociale.

Les somptueuses réceptions, bals, banquets, fêtes costumées et parties de chasse de cette haute société américaine, alors la plus fortunée du monde, attiraient évidemment l'aristocratie européenne, en particulier britannique, qui cherchait de riches alliances pour ses rejetons, héritiers de grands domaines fonciers et de coûteuses demeures à l'entretien dispendieux.

Consuelo fit son entrée dans le monde à New York en 1894, et quelques mois plus tard, participe à la saison de Londres. Elle est "chaperonnée" par Lady Mary Paget (selon les recommandations de ses parents), qui est chargée de lui trouver des partis honorables. Les candidats se font connaître, parmi lesquels sont préférés le prince François-Joseph de Battenberg et Charles Spencer-Churchill, 9e duc de Marlborough (1871-1934).

Palais de Blenheim
La duchesse de Marlborough et Winston Churchill.

Le choix de la mère de Consuelo se porte sur ce dernier, et le 6 novembre 1895 elle épouse le jeune duc de Marlborough, surnommé « Sunny », à New York en l'église épiscopalienne Saint-Thomas. Leur lune de miel se passe dans le luxueux château de marbre de la famille Vanderbilt, Marble House (en), à Newport dans le Rhode Island.

De cette union naissent deux fils : John Spencer-Churchill (1897-1972) et Ivor Spencer-Churchill (en) (1898-1956).

La dot de l'épousée est de vingt millions de dollars de l'époque (environ quatre milliards d'euros aujourd'hui), mais la mésentente ne tarde pas à régner dans ce ménage des plus en vue de l'Europe de la Belle Époque. Ils habitent à Londres et au palais de Blenheim, qui est restauré et dont le parc est dessiné par Achille Duchêne.

La jeune duchesse s'engage dans des œuvres de charité et fait des dons pour l'enseignement et les malades. Le duc et la duchesse appartiennent au cercle d'amis du Prince de Galles, futur George V et de la princesse de Galles.

Elle est aussi proche du cousin de son mari, Reginald Ailwyn Fellowes, dont elle favorise le mariage - contre l'avis de sa famille - avec Marguerite Decazes (1890-1962), dite « Daisy », fille du duc Decazes de Glücksberg et héritière de la famille Singer.

Elle apprécie aussi l'amitié d'un autre cousin de son mari, le futur Premier Ministre Winston Churchill. Son mariage sombre peu à peu, son mari ayant de nombreuses liaisons, dont celle qu'il entretient avec la jolie miss Gladys Deacon (en) (modèle de Miss Forster dans À la recherche du temps perdu)[1], qui finira par l'épouser.

Finalement le couple ducal se sépare après 1906, le divorce est prononcé en 1921 et l'annulation accordée par la Rote de Rome en 1926, le duc ayant demandé cette procédure à son ancienne épouse, du fait qu'il s'était converti au catholicisme.

Photographie de Jacques et Consuelo Balsan, peu après la Seconde Guerre mondiale.

Consuelo épouse à Londres le 4 juillet 1921 un élégant aviateur français, le colonel Jacques Balsan, dont le frère Étienne fut l'amant et le protecteur de Coco Chanel.

Elle continue d'entretenir des relations amicales avec les membres de son ex-belle-famille et reçoit ainsi plusieurs fois Winston Churchill dans son château de Saint-Georges-Motel, près de Dreux dans les années 1920-1930.

Elle possède aussi une villa à Èze et le couple, qui habite un hôtel particulier, 9 avenue Charles-Floquet à Paris, aime recevoir la société élégante de l'époque en menant une vie plutôt paisible.

Consuelo Balsan retourna vivre définitivement aux États-Unis après la mort de son second époux (1956) et y mourut huit ans après ; elle fut inhumée au cimetière de Bladon, dans l'Oxfordshire en Grande-Bretagne, auprès de son fils cadet Ivor.

Consuelo Balsan est notamment à l'origine de la collecte de fonds pour la construction de l'hôpital Foch, à Suresnes[2].

Décorations[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Proust avait essayé de susciter une liaison entre elle et le prince Léon Radziwill après son divorce, mais elle fit la connaissance du duc de Marlborough peu après
  2. http://www.fondation-foch.org/L-histoire-de-la-Fondation.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]