Consuelo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Consuelo
Image illustrative de l'article Consuelo

Auteur George Sand
Genre roman
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur L. de Potter
Date de parution 1843
Chronologie
La Comtesse de Rudolstadt Suivant

Consuelo est un roman de George Sand, paru en 1843.

Résumé[modifier | modifier le code]

Consuelo, le personnage éponyme du roman, surnommée la Zingara[1], est une cantatrice italienne de Venise, élève du célèbre maître Porpora. Elle fuit Venise après la trahison de son amant Anzoleto, et les tentatives de séduction d'un riche vénitien Zustiani. Son maître Porpora l'envoie alors servir de professeur de chant dans la famille des Rudolstadt, en Bohême. Elle y rencontre le Comte, personnage étrange et tout d'abord inquiétant, servi par Zdenko un bohémien simple d'esprit, tous deux apparaissant et disparaissant à leur gré dans le château. Finalement il tombe follement amoureux de Consuelo qui doit, quant à elle, prendre en compte le fossé social qui les sépare malgré les sentiments qu’elle éprouve pour lui. C'est alors que son ancien amant Anzoleto se présente au château : Consuelo décide de fuir malgré l'amour de moins en moins réprimé qu'elle éprouve pour le Comte de Rudolstadt. Elle part alors chanter à Vienne. Le Comte tombant malade, elle retourne le voir, agitée par des pressentiments, et l'épouse juste avant qu'il ne meure, affaibli par une maladie étrange. Mais Consuelo semble douter de la mort de son mari, surtout depuis le déplacement d'une ombre dans le château qu'elle croit être Zdenko…

Thème[modifier | modifier le code]

À travers toutes ces péripéties, Consuelo devient une figure incontournable du paysage artistique européen du XVIII siècle grâce à la musique et au soutien de son maitre le Popora. Les deux ouvrages, Consuelo et La Comtesse de Rudolstadt ont été édités séparément mais constituent une seule et unique œuvre. Les aventures de Consuelo se poursuivent dans La Comtesse de Rudolstadt où elles prennent une dimension plus ésotérique et philosophique. Avec la Correspondance, ces deux ouvrages immenses de George Sand sont considérés comme ses chefs-d'œuvre, bien que Consuelo soit trop peu lu et trop peu connu.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La bohémienne

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :