Consualia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la Rome antique, Les Consualia sont une fête célébrée le 21 août et le 15 décembre en l'honneur de Consus[1], ou Neptune[2].

Elle aurait été créée par Romulus et c'est au cours de cette fête, à laquelle les peuples voisins avaient été conviés, que les Romains enlevèrent les Sabines[3],[4],[5],[6]. D'où l'idée que ce stratagème (consilium en latin) a donné son nom au dieu Consus, assimilé à Neptune, et à la fête[2].

Plutarque [7] et Denys d'Halicarnasse[8] indiquent cependant que Neptunus Equestris et Consus ne sont en fait que deux noms différent d'une même divinité.

Elle était célébrée chaque année, le 21 Août, dans le Circus Maximus. On faisait alors semblant de découvrir dans le sol un autel dédié au dieu (l'Autel de Consus), autel préalablement enterré sous terre. La fête comprenait des libations de vins offertes sur l'autel de Consus, ainsi que des courses de chevaux et de chars. Durant ces jeux festifs, on ne devait pas faire travailler les chevaux et les mules, et ils étaient ainsi décorés de guirlandes de fleurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ovide, Fasti, III, 199
  2. a et b Tite-Live, Ab Urbe Condita, I, 9
  3. Varron, De Lingua Latina, VI.20
  4. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, I, 33, 2
  5. Cicéron, De Republica, II, 7
  6. Virgile, Énéide, VIII, 636
  7. Plutarque, Quaestiones Romanae, 45
  8. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 31

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Capdeville, « Jeux athlétiques et rituels de fondation », Publications de l'École française de Rome, Rome, École Française de Rome, vol. 172 « Actes de la table ronde de Rome (3-4 mai 1991): Spectacles sportifs et scéniques dans le monde étrusco-italique »,‎ 1993, p. 141-187 (lire en ligne)
  • (en) Agnes Kirsopp Michels, « The Consualia of December », Classical Philology, vol. 39, no 1,‎ janvier 1944, p. 50
  • (en) J. D. Noonan, « Livy 1.9.6: The Rape at the Consualia », The Classical World, vol. 83, no 6,‎ 1990, p. 493-501

Voir aussi[modifier | modifier le code]