Constitution de l'Afrique du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Constitution de l'Afrique du Sud

Présentation
Titre Constitution de la République d'Afrique du Sud de 1996
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Type Constitution
Branche Droit constitutionnel
Adoption et entrée en vigueur
Adoption 11 octobre 1996
Promulgation 10 décembre 1996
Entrée en vigueur 4 février 1997

Lire en ligne Lire sur le site du Gouvernement

La Constitution de l’Afrique du Sud (en afrikaans Grondwet van Suid-Afrika, en anglais Constitution of South Africa) est la norme suprême d'Afrique du Sud. Elle est la base de l’existence de la république, énonce les droits et devoirs de ses citoyens, et définit la structure du gouvernement. L'actuelle constitution, la cinquième de l’État sud-africain, fut élaborée par le Parlement élu en 1994 lors des premières élections non-discriminatoires. Elle fut promulgué par le Président Nelson Mandela le 10 décembre 1996 et est entré en vigueur le 4 février 1997, afin de remplacer la Constitution provisoire de 1993[1].

Depuis 1996, la Constitution a été amendée 16 fois.

Précédentes Constitutions[modifier | modifier le code]

Le South Africa Act, une loi du Parlement du Royaume-Uni qui unifia quatre colonies britanniques–la Colonie du Cap, la Colonie du Transvaal, la Colonie de la rivière Orange et la Colonie du Natal–dans l'Union d'Afrique du Sud, un Dominion autonome.

La Constitution sud-africaine de 1961 transforma l'Union en République, remplaçant la Reine par un Président de l'Afrique du Sud mais maintenant le système de gouvernement.

La Constitution sud-africaine de 1983 créa le Parlement tricaméral, avec une chambre séparé pour les Blancs, les Coloured et les Indiens mais sans chambre pour les Noirs. Le président et le Premier ministre furent remplacé par un Président de l’exécutif.

La Constitution de la République d'Afrique du Sud de 1993 ou la Constitution intérimaire fut introduite à la fin de l'apartheid et toutes les discriminations y compris, culture, langue, sexe, handicap et orientation sexuelle pour gouverner la période de transition[2]. Elle introduisit le suffrage universel, la suprématie de la Constitution et la Charte des droits et libertés.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « The Constitution: The certification process », Constitutional Court of South Africa (consulté le 13 octobre 2009)
  2. Constitution de l'Afrique du Sud, chapitre II, section 9

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]