Constitution d'Athènes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Répartition des pouvoirs politiques dans l'Athènes démocratique au IVe siècle

La Constitution des Athéniens (en grec ancien : Ἀθηναίων πολιτεία / Athênaíôn politeía ; en latin : Athenensium respublica) est une œuvre antique attribuée à Aristote et ses élèves, décrivant le régime politique dans l'Athènes antique. Elle aurait été rédigée entre le milieu des années -330 et la fin de l'année 322 av. J.-C (il est fait mention de l'archonte Céphisophon, or cet archonte est en fonction en 329/8, donc le texte a été écrit au moins après cette date)[réf. nécessaire].

Le texte est issu d'un papyrus trouvé en 1879 en Égypte, dans la région d'Hermopoulis. Acheté par le Musée égyptien de Berlin, puis par le British Museum en 1889, le texte, de piètre allure mais bien conservé, fut immédiatement attribué à Aristote. Certains auteurs antiques, dont Diogène Laërce[1], témoignent en effet que le philosophe fit rédiger une monographie par ses élèves décrivant 158 constitutions de cités grecques, parmi lesquelles une Constitution des Athéniens. Le texte fut édité pour la première fois en 1891 par Frederic G. Kenyon. Peu de temps après naquit une polémique sur la paternité de l'œuvre, polémique qui à l'heure actuelle n'est toujours pas apaisée. Si, pour la plupart des commentateurs, l'œuvre est d'Aristote, pour d'autres, elle relève d'un travail collectif, d'usage au sein de l'école péripatéticienne[2].

Le texte est composé de deux parties. La première (du chapitre I au chapitre XLI) constitue un récit des différentes évolutions de la constitution des Athéniens, du procès des Alcméonides jusqu'en 403 av. J.-C. La seconde décrit les institutions de la cité : d'abord les conditions d'accès à la citoyenneté, puis la Boulè, les magistratures et enfin les tribunaux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diogène Laërce/Péripatéticiens/Aristote in Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, traduction Robert Genaille, 1933.
  2. Michel Sève, introduction à la Constitution d'Athènes, Le Livre de Poche, n°4688, p. 14 et s.

Lien externe[modifier | modifier le code]