Consommation responsable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La consommation responsable ou Consommation soutenable est un comportement qui intègre le fait que les ressources sont limitées, et correspond à un engagement civique actif en vue de la qualité de vie personnelle et collective.

Préalable sur la consommation[modifier | modifier le code]

La consommation est l'affaire de tous, et pour s'en convaincre, il n'est qu'à retenir que les taxes à la consommation (TVA en France, TPS au Canada, ...) que nous payons tous représente une part considérable de budget de l'État puisque cet impôt sur la consommation représente environ 30 % des recettes du budget général de l'État et représente pour les ménages environ 7 % des revenus (chiffre moyen, variable en fonction des revenus)[1]. On comprend immédiatement la profusion d'offre politique visant à développer, relancer, stimuler la consommation. Pourtant, consommer n'est pas un geste anodin et ne se limite pas à une transaction financière entre offre et demande. Consommer est un geste militant et, si l'industrie marketing l'a bien compris, nous, consommateurs, devons affirmer par l’orientation de nos achats une politique en faveur d'une consommation responsable. Notre consommation influe non seulement sur les recettes générales de l'État mais également sur notre santé, l'état de nos ressources, les orientations politiques, l'aménagement du territoire,...

La consommation est un outil dont nous disposons pour revendiquer une société durable[modifier | modifier le code]

Il est également important ici de définir le consumérisme. Ce mot recouvre deux définitions bien ambigües. D'un côté, le consumérisme définit l'ensemble des actions visant à la défense des consommateurs. D'un autre côté, le consumérisme définit l'idéologie économique défendant la place structurante de la consommation dans la société. On parle aussi de société de consommation.

La consommation durable s'inscrit en faux et ne peut être envisagée comme un allié objectif de cette dernière définition. Bien au contraire, la consommation durable ne concourt pas au développement de la société de consommation mais plutôt au développement d'une société durable, responsable où l'équité, l'humain et le respect de son cadre de vie sont les piliers incontournables.

La consommation durable[modifier | modifier le code]

  • disposer de produits conçus dans des conditions sociales dignes : pas de travail des enfants, respect de la personne humaine, conditions de travail non dégradantes,...
  • développer des produits ayant le moindre impact environnemental : circuit court, produits de saison, moindres déchets, moindre consommation de ressources pour la fabrication, moindre impact carbone, ...
  • avoir le choix de signifier aux distributeurs notre refus de produits ne répondant pas à cette double exigence
  • développer une consommation respectueuse des inégalités d'accès aux ressources et orientée vers une juste répartition des bénéfices de l'exploitation des ressources (coopération nord-sud réelle, maintien d'une agriculture et d'une industrie de proximité, localisation des productions en équilibre entre acteurs de la filière depuis la production jusqu'à la consommation,...)
  • lutte contre la spéculation sur les biens de consommations et notamment ceux de première nécessité
  • lutte pour le recyclage et la réutilisation des matières premières qui sont autant de ressources

La consommation responsable : avenir de la consommation et des consommateurs[modifier | modifier le code]

La consommation responsable ne correspond pas uniquement à entretenir un modèle avec les précautions exposées ci-dessus. Il s'agit d'un comportement qui intègre ces préalables mais qui s'inscrit dans un mouvement destiné à dépasser et à rendre caduque le consumérisme. Cela passe, par exemple par l'acceptation que les ressources sont limitées, qu'elles soient naturelle (pétrole, surface au sol, capacité au rendement,...) ou humaines (les journées ne font que 24H, vivre et travailler doivent se conjuguer et non pas se combattre,...). La consommation responsable correspond finalement à un engagement civique actif en vue de la qualité de vie personnelle et collective : bien dans sa tête, bien dans son corps, bien sa société et bien sur la terre. L'utopie de la consommation responsable correspond finalement au dépassement de la société de l'avoir au profit de la société de l'être dans les limites des besoins légitimes de chacun permis par le progrès (technique, humain, intellectuel,...)et dans le respect de l'avenir de chacun. D'un point de vue opérationnel, cela signifie, par exemple :

  • préférer les circuits courts,
  • lutter contre la surexploitation des terres (appauvrissement des sols et des ressources par la course au rendement et à la concentration des productions),
  • préférer les produits fabriqués dans le respect des êtres humains (pas de travail des enfants, droit au respect et à la parole pour les employés et salariés,...),
  • être conscient de sa consommation et la maitriser,
  • défendre le modèle de consommation responsable et lutter pour son développement,
  • penser l'argent comme un moyen d'échange et non comme une fin ou une valeur,
  • éviter la concentration commerciale qui contraint l'emploi et le choix de consommation,
  • éviter tout gaspillage alimentaire ou surconsmation (chaîne aval de la consommation responsable),
  • ...

La consommation responsable se développera grâce aux consommateurs responsables qui refusent les produits aux marges insupportables, réalisés dans des conditions scandaleuses et ne rentrant pas dans des logiques de diminution des impacts destructeurs sur l'environnement et les liens sociaux.

Les consommateurs n'ont pas toujours le temps ni l'information nécessaire pour effectuer des choix raisonnable qui, rappelons le sont aussi des choix économes. De meilleurs produits sont meilleurs pour la santé, pour l'environnement et pour le portefeuille. L'éducation à la consommation permet également très rapidement de se situer face à la distribution comme un acteur de la consommation et pas uniquement une cible markepting.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 7 % correspond au taux de TVA apparent qui rapporte le montant de TVA acquittée par le ménage à l’ensemble de ses dépenses

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]