Conservatoire botanique national de Brest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conservatoire botanique national de Brest
Logo de l'organisation

Région Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire
Création 1975
Ancien nom Conservatoire botanique du Stangalarc'h
Type Syndicat mixte
Siège Brest
Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 24′ 19″ N 4° 26′ 57″ O / 48.4052, -4.449348° 24′ 19″ N 4° 26′ 57″ O / 48.4052, -4.4493  
Budget 2 millions d'euros
Effectifs 40
Président Eric Guellec
Directeur Dominique Dhervé
Affiliation Conservatoire botanique national
Site web http://www.cbnbrest.fr/

Établissement public, scientifique et technique, le Conservatoire botanique national de Brest travaille pour préserver la diversité végétale sauvage de l’ouest de la France (régions Basse-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire, hors Sarthe) et des hauts lieux de biodiversité mondiaux (Méditerranée, Asie du sud-est, Madagascar…).

Créé en 1975, il fut le premier établissement au monde entièrement consacré au sauvetage des espèces menacées. Aujourd’hui, il a le statut de syndicat mixte regroupant Brest métropole océane, le Conseil général du Finistère, le Conseil régional de Bretagne et l’Université de Bretagne occidentale[1]. Il s'intéresse non seulement aux espèces végétales sauvages mais aussi aux milieux naturels.

Il fait partie d’un réseau de 11 Conservatoires botaniques nationaux qui ont vocation à couvrir le territoire français.

En 2013, son équipe comprend 40 personnes réparties sur trois sites : Brest (siège, antenne de Bretagne, service international, service interrégional, jardin, services communs), Nantes (antenne des Pays de la Loire) et Villers-Bocage (antenne de Basse-Normandie). Il est présidé par Eric Guellec et dirigé par Dominique Dhervé.

Aujourd'hui, l'inventaire et la conservation de la flore du Massif armoricain constitue un pan essentiel de ses activités statutaires.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Vallon du Stang-Alar.

Historiquement, ce projet a été porté par Jean-Yves Lesouëf et Bretagne Vivante, une association régionale de protection de la nature. Il est le fruit d'une collaboration entre cette association, la communauté urbaine de Brest et le ministère de l'environnement.

Après une étude menée pour l’installation de l’établissement en France, le Vallon du Stang-Alar à Brest apparaît comme le lieu adéquat. Cette ancienne carrière nécessitait une réhabilitation. Ce vallon, parcouru par un ruisseau, avait comme avantage d'offrir des zones abritées et un micro-climat très doux dans le contexte climatique de la pointe de Bretagne.

L'ensemble du vallon a donc été aménagé, 31 ha dans la partie sud étant consacrés au Conservatoire botanique et 16 ha au nord transformés en parc public.

En 1987 le Conservatoire est devenu un syndicat mixte regroupant la Communauté urbaine de Brest, la ville de Brest, la Ville de Guipavas, l'Université de Bretagne occidentale et le Parc naturel régional d'Armorique.

Depuis 1990, le Conservatoire botanique est agréé comme Conservatoire botanique national responsable du territoire du Massif armoricain correspondant aux régions administratives Bretagne, Basse-Normandie et Pays de la Loire à l'exception de Sarthe.

Le développement des activités du Conservatoire botanique l’amène, dans les années 2000, à installer deux antennes régionales à Nantes et Villers-Bocage afin d’être au plus près des acteurs.

Missions[modifier | modifier le code]

Siège du Conservatoire botanique à Brest

Dans le cadre de son agrément ministériel, le Conservatoire botanique national de Brest assure 4 missions[2] :

  • Inventorier et suivre l’état et l’évolution de la flore et des milieux naturels ;
  • Conserver les éléments les plus menacés dans la nature et en banque de graines ou en culture ;
  • Conseiller les acteurs de l’aménagement du territoire et les gestionnaires d’espaces naturels ;
  • Sensibiliser les publics à la préservation de la biodiversité.

Il met en œuvre ses missions sur un territoire d’agrément : régions Basse-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire (hors Sarthe qui fait partie du territoire d’agrément du Conservatoire botanique national du Bassin-Parisien). Sur les 2500 espèces que compte le Massif armoricain, territoire d'agrément du conservatoire, 504 sont considérées comme rares, menacées ou disparues[3].

En cohérence avec la vocation maritime brestoise, le Conservatoire s'est particulièrement intéressé à la sauvegarde de la flore des îles océaniques ou plus particulièrement dans les hauts lieux de biodiversité mondiaux comme Madagascar, le Maroc, la Sicile ou encore le Chili. En 2012, il a lancé un programme de réintroduction de plantes menacées à l’île Maurice, dont fait partie Cylindrocline lorencei.

Liste d'espèces végétales[modifier | modifier le code]

La liste rouge du Massif armoricain[modifier | modifier le code]

La liste rouge armoricaine ou liste rouge du Massif armoricain ou Liste rouge des espèces végétales rares et menacées du massif armoricain recense en deux annexes principales les plantes du Massif armoricain ayant disparu lors des dernières prospections ou susceptibles de disparaître. La première liste de 502 taxons a été compilée par Sylvie Magnanon et publiée en 1993 dans le numéro 4 de la revue du Conservatoire botanique national de Brest, la revue ERICA (Échos du Réseau pour l'Inventaire et la Cartographie Armoricaine) :

  • Annexe 1 : taxons considérés comme rares dans le Massif armoricain ou subissant une menace générale très forte. 333 taxons en 1993.
    • Annexe des taxons à rechercher : taxons armoricains présumés disparus et qui, s'ils sont retrouvés, doivent être insérés à l'Annexe 1. 57 taxons en 1993.
  • Annexe 2 : taxons rares sur une partie du territoire et plus communs ailleurs mais paraissant néanmoins menacés et/ou plantes en limite d'aire, rares dans le Massif armoricain mais assez communes à l'extérieur. 112 taxons en 1993.

Des mises à jour ont été prévues en fonction des progrès de la connaissance de la flore du Massif armoricain.

Cette liste a été méthodiquement exploitée par Louis Diard au long des travaux portant sur les 1373 taxons de l'Ille-et-Vilaine[4].

La liste des plantes vasculaires invasives[modifier | modifier le code]

Le conservatoire botanique de Brest a réalisé en 2011 une liste des plantes vasculaires invasives en Bretagne, de 102 taxons classés entre les catégories suivantes :

  • Invasive avérée
  • Invasive potentielle
  • À surveiller

Le Jardin du Conservatoire botanique[modifier | modifier le code]

À Brest, le Jardin du Conservatoire botanique présente sur 30 hectares des plantes menacées et des plantes d’ornement regroupées par grandes régions du monde, quand leurs affinités écologiques le permettent. Avec plus de 1800 espèces en culture, il abrite l'une des plus importantes collections vivantes de plantes menacées.

En 2009, il est classé Jardin remarquable. En 2013, il obtient le label Jardins botaniques de France et des pays francophones.

En fonction des exigences écologiques des différentes espèces, celles-ci sont cultivées et présentées au public en extérieur ou dans les serres tropicales.

Le Jardin accueille parfois des expositions temporaires. D'avril à novembre 2013, l'exposition « Mémoire de Villages » propose aux promeneurs de découvrir les œuvres de Maitre LI XiaoChao, artiste contemporain chinois. 13 sculptures en bronze et 26 encres sont exposées au Pavillon d’accueil, dans le jardin conservatoire et dans les serres tropicales[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les serres tropicales[modifier | modifier le code]

L’intérieur des serres tropicales.

Les serres, sur une surface de 1 000 m2, présentent quatre climats différents (avec des espèces provenant de régions diverses):

  • Les montagnes tropicales humides
  • Les îles océaniques subtropicales
  • Les zones tropicales sèches
  • Les forêts tropicales humides

Quelques espèces cultivées dans les serres tropicales :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conservatoire botanique national de Brest, plaquette publiée par le Conservatoire - Juillet 2012
  2. Article L 414-10 du code de l’environnement
  3. Le Conservatoire botanique national de Brest fête ses 30 ans, plaquette publiée par le conservatoire - Juin 2006
  4. Travaux synthétisés dans La flore d'Ille-et-Vilaine, publié en 2005
  5. Présentation de l'exposition « Mémoire de Villages » de Maitre LI XiaoChao

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bougrain Dubourg A., 2011 - Les Héros de la biodiversité. Editons Ouest-France. 302 p. ISBN 978-2737353161
  • Dautheville A.-F., 2009 - L'intelligence du Jardinier. Éditions Arthaud. 228 p. (Collection : Essai écologie). ISBN 978-2700301670
  • Diard L., 2005 - Atlas de la flore d'Ille-et-Vilaine. Nantes ; Laval : Éditions Siloë. 670 p. (Collection : Atlas floristique de Bretagne). ISBN 978-2842313456
  • Lesouëf J.-Y., 1977 - Le Conservatoire botanique du Stangalarc'h. Penn ar bed, no 89 : 57-69
  • Pellerin P., 1985 - Sauvons la nature, source de notre vie. St Jean de Braye : Éditions Dangles. 510 p. (Collection : Écologie et survie).
  • Quéré E., Magnanon S., Ragot R., Gager L., Hardy F., 2008 - Atlas de la flore du Finistère. Nantes ; Laval : Éditions Siloë. 693 p. (Atlas floristique de Bretagne). ISBN 978-2842314422
  • Quéré E. Ragot R. Geslin J. Magnanon S. Liste des plantes vasculaires invasives de Bretagne, 2011. 33p.

Liens externes[modifier | modifier le code]