Conservatoire botanique national de Bailleul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conservatoire botanique national de Bailleul
Région Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Haute-Normandie
Type Association
Siège Bailleul
Coordonnées 50° 44′ 48″ N 2° 45′ 11″ E / 50.74666667, 2.7530555650° 44′ 48″ N 2° 45′ 11″ E / 50.74666667, 2.75305556  
Effectifs 49
Présidente Pascale Pavy
Directeur général Jean-Marc Valet
Affiliation Conservatoire botanique national
Site web http://www.cbnbl.org
A disposition des chercheurs, le CBNBl abrite l'une des bibliothèques francophones les plus complètes en matière de botanique et phytosociologie, et de nombreux herbiers, cartes, archives, etc.
La conservation de semences de plantes menacées est une des missions des Conservatoires botaniques nationaux

Le conservatoire botanique national de Bailleul (CBNBl) est l’un des 11 conservatoires botaniques nationaux de France. C’est un centre de ressources dans le domaine de la botanique, créé en 1975 au Hameau de Haendries à Bailleul, en région Nord-Pas-de-Calais. À l'initiative, le professeur Jean-Marie Géhu et son équipe, avec le soutien de collectivités locales et régionales. Aujourd'hui, le CBNBl,également connu sous le nom de « Centre régional de Phytosociologie » (ou CRP), bénéficie du statut d'association loi 1901.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Centre régional de Phytosociologie (CRP) était un établissement consacré à l’étude et au sauvetage des espèces régionales menacées ainsi qu'au développement et au rayonnement de la Phytosociologie fondamentale et appliquée. Il fut créé en 1987 par les Professeurs Jeanne Géhu-Franck et Jean-Marie Géhu dans une ancienne ferme flamande où ils s’étaient installés dans les années 1970.
Le CRP, association loi 1901 soutenue par le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, les Conseils Généraux du Nord et du Pas-de-Calais et la ville de Bailleul, est rapidement devenu une référence dans le monde francophone, en raison notamment de sa bibliothèque spécialisée.
Au sein du CRP, le "Centre de recherche phytosociologique et d'investigation systématique appliqué à la nature et à l'environnement" a été chargé de réaliser ou coordonner les inventaires ZNIEFF et fiches ZNIEFF pour le compte de la DRAE (devenue DIREN puis DREAL) ;
Le CRP a été agréé comme conservatoire national en 1991 par le ministère chargé de l'environnement, devenant ainsi l’un des grands établissements français chargés de la protection de la biodiversité végétale.
Il a fêté ses 20 ans en 2007
Il dispose d’un Conseil scientifique et peut s’appuyer sur un large réseau de correspondants (botanistes amateurs ou professionnels) et de 2 antennes ;

  • en Haute-Normandie ; au Jardin des plantes de Rouen (Service des espaces verts)
  • en Picardie, au Centre Oasis Dury (à Amiens)

Aire de compétence[modifier | modifier le code]

Le CBNBl est compétent pour le quart nord-ouest du territoire français métropolitain, qui comprend les régions Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute-Normandie

Missions[modifier | modifier le code]

Comme les autres conservatoires botaniques nationaux, celui de Bailleul assure une quadruple mission

Connaissance[modifier | modifier le code]

Elle se fait par la conservation d’archives (Bibliothèque, herbiers, plantes et semences conservées in situ et ex-situ…) et par le recensement régulier de la flore sauvage des milieux naturels ou sub-naturels. Le conservatoire dresse des cartes de répartition géographique, et contribue à la cartographie des corridors biologiques. Il met également à jour les atlas floristiques en évaluant la rareté et les menaces pour environ 1500 espèces de plantes supérieures (sur son territoire de compétence, en 2007).
Il produit aussi, avec les universités et chercheurs, des études phytosociologiques sur la génétique des plantes et de leurs populations, sur leur mode ou conditions de germination et de pollinisation, sur la biologie des populations, sur les réseaux écologiques, la Trame verte régionale, sur les études d'impacts, sur l'évaluation des mesures compensatoires, etc...

Conservation[modifier | modifier le code]

Le CBNBl contribue en premier rang à la protection, gestion et restauration de la biodiversité végétale (y compris diversité génétique) sur son aire de compétence, en lien avec les experts belges voisins et européens. Il établit avec l’Etat et l’Europe des stratégies de conservation pour le patrimoine végétal sauvage. Cette mission est particulièrement importante dans une région où l'industrialisation, l'urbanisation et l'agriculture sont particulièrement intensives. En moyenne, plus d'une espèce végétale disparaît tous les ans du territoire de compétence du conservatoire[1].

Le CBNBl travaille aussi avec les conservatoires des sites et du littoral, l’ONF, le CRPF, etc.

La conservation du patrimoine végétal agricole ne relève pas des missions directes du CBNBl, hormis pour quelques espèces ayant de proches parents sauvages (Carotte de Tilques par exemple). Le CBNBl peut néanmoins y travailler avec des partenaires tels que le BRG (Bureau des ressources génétiques) en France, ou le CRRG (Centre régional des ressources génétiques).

Conseil[modifier | modifier le code]

En s'appuyant sur sa connaissance des milieux et de la flore, le CBNBl a aussi une mission d'expertise, d’aide et conseil auprès des collectivités territoriales.

Il intervient par exemple pour le ministère de l'environnement sur les dossiers ZNIEFF et Natura 2000. Il produit également des diagnostics de végétation, produit ou valide des plans de gestion de réserves naturelles, des plans de conservation d’espèces patrimoniales ou menacées (cas de la Germandrée des marais - Teucrium scordium pour la région Nord-Pas de Calais). Cette mission se traduit aussi par l'établissement et la mise à jour des listes rouges d'espèces menacées et protégées et des guides (ex : guide des plantes protégées de la région Nord-Pas-de-Calais et de la région Picardie). ou encore par une aide dans la construction de la Trame verte régionale.

Publications[modifier | modifier le code]

Le CBNBL publie des ouvrages de synthèse, des référentiels scientifiques ainsi qu'une lettre d'information annuelle à destination de ses partenaires (le Jouet du vent). La plupart sont téléchargeables sur le site web du CBNBl.

Quelques exemples :

  • Jean-Christophe Hauguel (coord.) et Benoît Toussaint (coord.), Inventaire de la flore vasculaire de la Picardie (Ptéridophytes et Spermatophytes) : raretés, protections, menaces et statuts., Amiens, Centre régional de phytosociologie agréé Conservatoire botanique national de Bailleul, Société Linnéenne Nord-Picardie,‎ , 4d éd., 132 p. (lire en ligne)
  • Benoît Toussaint (coord.), Inventaire de la flore vasculaire du Nord-Pas-de-Calais (Ptéridophytes et Spermatophytes) : raretés, protections, menaces et statuts., Centre régional de phytosociologie agréé Conservatoire botanique national de Bailleul, avec la collaboration du Collectif botanique du Nord-Pas-de-Calais,‎ , 4b éd., I-XX ; 1-62 p. (lire en ligne)

Information pédagogie[modifier | modifier le code]

Le CBNBl joue un rôle pédagogique important avec la sensibilisation d’une grande diversité de publics aux menaces qui pèsent sur la biodiversité et plus particulièrement sur les végétations du Nord-Ouest de la France.

Pour cela, il dispose des équipements adéquats:

  • Le Jardin des plantes sauvages est un véritable musée à ciel ouvert d'un hectare. 1000 espèces végétales y sont regroupées et réparties en 4 grandes parties thématiques:

1) Les familles botaniques (Géraniacées, Astéracées, Euphorbiacées, Liliacées, Renonculacées, Rosacées...)

2) La plante et son habitat: reconstitution de milieux naturels (tourbière, dune et sa panne, prairie de fauche, prairie calcicole, mare...)

3) La plante: un organisme vivant ingénieux (adaptation morphologique, stratégies de séduction des pollinisateurs, de conquête de l'espace, de défense...)

4) La plante et l'Homme: végétaux cultivées à des fins alimentaires, ornementales, industrielles...

  • L'atelier de botanique est situé dans le Jardin des plantes sauvages. Equipé de paillasses, de matériel de projection et d'outils scientifiques (loupes binoculaires, microscopes...), il permet d'étudier le monde végétal dans ses moindres détails.
  • Le Jardin des plantes médicinales. 500 espèces y sont représentées, en provenance de toute l'Europe. Elles sont réparties dans des parcelles selon leur milieu de vie.

À destination du grand public, il existe de nombreuses formules de visite pour les 2 Jardins:

  • Les visites libres (à l'aide d'un plan reprenant le parcellaire)
  • Les visites semi-guidées (à l'aide d'une trame de jeu: plusieurs jeux d'enquête en fonction des niveaux)
  • Les visites guidées par un éducateur nature du CBNBl. Dans le cadre de ces visites, nous adaptons les thématiques à vos souhaits.

Un programme semestriel d'animations est également édité à la fin de l'hiver et en plein été.

Par ailleurs, le CBNBl s'exporte volontiers sur son territoire d'agrément pour réaliser des animations, tenir des stands, intervenir lors de conférences... À destination des scolaires, des publics spécialisés, des acteurs de l'environnement, de nombreux programmes d'animations et projets écocitoyens existent. Pour plus de renseignements, prendre contact.

Enfin, le CBNBl accueille et coorganise fréquemment de nombreuses formations (il est agréé organisme de formations professionnelles, notamment en corrélation avec le Centre National de la Fonction Publique Territorial) ainsi que des colloques et séminaires.

Bibliothèque de graines[modifier | modifier le code]

Mis en place en 2011, ce dispositif outille les citoyens dans leur démarche éco-responsable. Son principe est simple et basé sur celui du troc :

  1. Le participant emprunte les graines des espèces qui l'intéressent et qui correspondent aux conditions écologiques de son jardin, puis signe une charte qui le lie moralement à la structure.
  2. Il les sème, profite de la floraison, puis de la fructification.
  3. Il prend le soin de récolter une partie des graines formées, puis la retourne au Conservatoire afin de réalimenter son stock.

Neuf espèces sont disponibles:

Publications[modifier | modifier le code]

Le CBNBl édite régulièrement des documents à destination du grand public.

Dernièrement, un guide de bonnes pratiques (respect d'une cohérence écologique) pour la récolte de graines et 9 fiches "écologie et conseil de culture" ont vu le jour. Ces dernières correspondent aux 9 espèces de la bibliothèque de graines.

Outils et moyens[modifier | modifier le code]

Le CBNBl contribue à ces missions par l’entretien

  • d’une base de données (nommée « Digitale 2 »)
  • d’une banque de semences (30 millions de graines pour 500 espèces),
  • de 2 Jardins pédagogiques (le Jardin des plantes sauvages et le Jardin des plantes médicinales) et d'un atelier de botanique (équipé de matériel scientifique),
  • de collections d’herbiers (L'herbier général assure la conservation patrimoniale de 75 000 planches dont certaines ont plus de 100 ans. L'herbier de référence est limité à la flore sauvage vasculaire du territoire d'agrément) ,
  • d'une bibliothèque spécialisée parmi les plus riches d'Europe. Elle regorge de plusieurs dizaines de milliers d'ouvrages dont les plus anciens datent du 16ème siècle. Créé à partir de la documentation personnelle collectée par M. et Mme Géhu depuis les années 60, ce fond documentaire s’est

considérablement enrichi grâce au soutien des collectivités locales (Conseil Régional du Nord/Pas-de-Calais, Conseils Généraux du Nord et du Pas-de-Calais et la ville de Bailleul) et au legs de la bibliothèque de la SIGMA (Station Internationale de Géobotanique Méditerranéenne et Alpine, dont le fondateur est Braun-Blanquet) Le CBNBl accueille régulièrement de nombreux étudiants et chercheurs étrangers, botanistes et phytosociologues.

Partenariats[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, le CBNBl est partenaire de très nombreux projets scientifiques portant notamment sur l'évaluation environnementale et l'aménagement du territoire (des plans de gestion restauratoire, de réintroduction, plans de restauration, etc.)

Ces projets s'appliquent à toutes les échelles: locale, régionale et internationale (via les programmes Interreg - cas du Kent, région située de l'autre côté du pas de Calais).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du Conservatoire

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :