Conservateur des bibliothèques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conservateur.

Un conservateur des bibliothèques est un cadre supérieur de la fonction publique française (statutairement cadre A+), chargé de la direction et de l'encadrement des bibliothèques d'État ou territoriales.

Statut[modifier | modifier le code]

Le corps des conservateurs des bibliothèques (fonction publique d'État) est encadré par le décret no 92-26 du 9 janvier 1992 modifié par le décret no 2001-946 du 11 octobre 2001, le décret no 2007-653 du 30 avril 2007 et le décret no 2010-966 du 26 août 2010. Il s'agit du corps du personnel scientifique des bibliothèques, appartenant à la catégorie A+ de la fonction publique[1]. C'est un corps à vocation interministérielle relevant, pour l'État, du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche[1].

Le cadre d'emplois des conservateurs des bibliothèques (fonction publique territoriale) est encadré par le décret no 91-841 du 2 septembre 1991 modifié à plusieurs reprises. Le cadre d'emplois présente des caractéristiques similaires à celles du corps homologue de l'État.

Les conservateurs sont recrutés sur concours, organisé par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche pour les conservateurs d'État et par le CNFPT pour les conservateurs territoriaux. Il existe aussi un concours réservé aux anciens élèves de l'École nationale des chartes. Tous ces conservateurs suivent 18 mois de formation rémunérée à l'École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques de Lyon, formation comprenant un stage de trois mois. Les conservateurs territoriaux effectuent toutefois la seconde partie de leur formation à l'Institut national des études territoriales (INET) Pendant cette formation, les lauréats du concours sont conservateurs stagiaires et rémunérés.

En outre, des bibliothécaires remplissant certaines conditions d'âge et d'ancienneté peuvent être promus conservateurs sans concours. Ils suivent une formation d'adaptation de six mois à l'École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques.

Le corps de conservateur comprend deux grades successifs :

  • Conservateur (2 échelons de stage puis 7 échelons)[1] ;
  • Conservateur en chef (6 échelons)[1].

Certains conservateurs d'État ayant atteint le grade de conservateurs en chef peuvent changer de corps pour être promus conservateur général des bibliothèques (4 échelons). C'est un corps à grade unique, comprenant 4 échelons[1]. C'est parmi les conservateurs généraux que sont recrutés les inspecteurs généraux des bibliothèques. Ce corps ne concerne que la fonction publique d'État : dans la fonction publique territoriale, il n’existe pas de cadre d'emplois correspondant.

Missions[modifier | modifier le code]

Les membres du corps des conservateurs des bibliothèques forment l'encadrement supérieur des bibliothèques. Ils pourvoient à l'encadrement des équipes, la gestion des services et des budgets, le pilotage des bibliothèques dont ils ont la charge.

Aux termes du décret, ils constituent, organisent, enrichissent, évaluent et exploitent les collections de toute nature des bibliothèques. Ils sont responsables de ce patrimoine. Ils organisent l'accès du public aux collections et la diffusion des documents à des fins de recherche, d'information ou de culture. Les catalogues des collections sont établis sous leur responsabilité. Ils peuvent participer à la formation des professionnels et du public dans les domaines des bibliothèques et de la documentation, ainsi qu'à l'information scientifique et technique en ces mêmes domaines. Les conservateurs en chef assument des responsabilités particulières en raison de l'importance des collections ou des missions scientifiques ou administratives qui leur sont confiées. Ils peuvent être chargés de fonctions d'encadrement et de coordination ainsi que d'études et de conseil comportant des responsabilités particulières. Ils peuvent se voir confier les missions mentionnées à l'article R. 241-17 du code de l'éducation.

Un certain nombre de bibliothèques territoriales (bibliothèques municipales, bibliothèques départementales de prêt) emploient également des conservateurs.

Historique[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, le titre de « conservateur » n'était reconnu que pour certains emplois des bibliothèques françaises, alors que d'autres personnes avaient le titre de « bibliothécaire » ou de « bibliothécaire en chef ».

En 1952, le décret no 52-554 du 16 mai organise un corps de bibliothécaires, dont les grades les plus élevés prennent le nom de « conservateur » et de « conservateur en chef ». Suite à la réforme statutaire intervenue par le décret no 69-1265 du 31 décembre 1969, le personnel scientifique est regroupé dans un corps de conservateurs comprenant trois grades (conservateur de 2e classe, conservateur de 1re classe et conservateur en chef).

La réforme de janvier 1992 maintient le corps de conservateurs mais crée au-dessus un corps de conservateurs généraux et en dessous un autre corps de catégorie A de « bibliothécaires ».

De 1991 (1992 pour les conservateurs d'État) à 2010, la carrière des conservateurs comportait trois grades : conservateur de 2e classe, conservateur de 1re classe, conservateur en chef. Les réformes de 2010 (janvier pour la territoriale, août pour l'État) ont fusionné les grades de conservateurs 2e classe et 1re classe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Décret n°92-26 du 9 janvier 1992 portant statut particulier du corps des conservateurs des bibliothèques et du corps des conservateurs généraux des bibliothèques, modifié par le décret n°2010-966 du 26 août 2010

Article connexe[modifier | modifier le code]