Consensus de 1992

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Consensus de 1992 (en chinois 九二共識; littéralement, « Consensus de 92 ») désigne un accord affirmant que la Chine continentale et Taïwan appartiennent à une seule Chine, bien qu'il puisse y avoir interprétation quant à la signification de ce terme.

La République populaire de Chine (RPC) a indiqué que le soutien à ce consensus est un pré-requis pour toute entité désirant entamer des discussions avec elle. À Taïwan, ce consensus est soutenu par les partis appartenant à la Coalition pan-bleue, qui inclut le Kuomintang et le Qinmindang ou Parti populaire (PFP). En 2005, il fut la base de l'accord signé entre les chefs de ces partis (appartenant à l'opposition) en voyage en République populaire et le Parti communiste chinois. La Coalition pan-verte et les officiels du gouvernement de la République de Chine (Taïwan) (RC) contestent l'existence même de ce Consensus et affirment que le nom même est trompeur dans la mesure où aucun consensus ne fut jamais atteint en 1992 sur l'affirmation d'une seule Chine lors de rencontres entre la RPC et RC.

L'expérience montre toutefois que la République populaire de Chine prône la réunification sous couvert de ce consensus, ce qui est évidemment contraire à la liberté d'interprétation que chaque partie peut avoir de ce que peut être "une Chine". Le camp pan-bleue estime par ailleurs que la question de l'avenir de Taïwan doit être tranchée par voie de référendum par le peuple taïwanais; il n'existe à ce jour aucun parti politique à Taïwan qui soutienne la réunification avec la République populaire de Chine compte tenu notamment de la nature de son régime et de la volonté du peuple taïwanais attaché à une large majorité au statu quo.

Histoire de la rencontre Wang-Koo de 1992[modifier | modifier le code]

Le consensus de 1992 résulte d'une rencontre en novembre 1992 à Hong Kong entre une association de Chine continentale militant pour les relations entre les deux rives du détroit de Taïwan (ARATS, pour Association for Relations Across the Taiwan Straits) et une fondation taïwanaise de même but (SEF, pour Straits Exchange Foundation). Ces dernières étaient autorisées par leur gouvernement respectifs à négocier des solutions aux problèmes pratiques posés par l'augmentation sensible du commerce à travers le détroit. La conclusion atteinte était destinée à fournir un moyen pour éviter le conflit sur le statut politique de Taïwan. Lors de la rencontre, Hong Kong était sous gouvernement britannique et était considéré comme territoire neutre par les deux parties.

À la suite de cette rencontre, les présidents Wang Daohan pour ARATS et Koo Chenfu pour SEF se rendirent à Singapour le 27 avril 1993, lors de ce qui fut connu par la suite comme la rencontre Wang-Koo. Ils conclurent un accord sur l'authentification des documents, les transferts postaux et un calendrier pour de futures discussions ARATS-SEF.

Les discussions furent reportées lorsque les tensions augmentèrent lors de la Troisième crise du détroit de Taïwan, mais en octobre 1998 un second round de discussion entre Wang et Koo eut lieu à Shanghai. Ces derniers se mirent d'accord pour se voir à nouveau à Taïwan à l'automne 1999, mais la rencontre fut annulée par la Chine continentale lorsque le président de Taïwan Lee Teng-hui proposa sa Théorie des deux États pour laquelle chaque partie considérerait l'autre comme un État séparé. Les dirigeants de la République populaire de Chine ont toujours considéré cette position comme inacceptable.

Lors d'un discours le 10 octobre 2004, le président Chen Shui-bian exprima sa volonté de nouer un dialogue avec les dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) sur la base de la rencontre de 1992 à Hong Kong. Néanmoins cette formulation suppose qu'aucun accord sur une seule Chine ne fut obtenu lors de la rencontre de 1992, et le discours de Chen fut largement considéré comme un effort pour établir une base de dialogue avec le PCC sans accepter le principe d'une seule Chine.

Le consensus de 1992 fut invoqué à nouveau l'année suivante, lorsque Lien Chan et Song Chuyu effectuèrent des voyages en Chine continentale pour engager un dialogue de parti à parti entre le PCC et le Kuomintang (KMT), et entre le PCC et le Parti Populaire (PFP). Ces deux dirigeants reprirent à leur compte explicitement le consensus de 1992, en utilisant la même définition de ce terme que le PCC.

Controverse autour du Consensus de 1992[modifier | modifier le code]

Les partisans de la Coalition pan-verte ont affirmé que la rencontre de 1992 ne parvient à aucun accord sur le principe d'une seule Chine. Pour étayer cette affirmation, ils mirent en avant le fait que ni Hsu Hueiyu ni Koo Chenfu, qui y participèrent comme délégués du SEF, n'avait publiquement affirmé que la rencontre n'avait permis d'arriver à aucun accord sur ce point. Ils avaient à la place indiqué que les deux parties étaient d'accord pour organiser d'autres rencontres ultérieures sur la base de l'équité et du respect mutuel. Koo indiqua dans sa biographie que les deux parties de chaque côté du détroit avaient une interprétation différente de la rencontre de Hong Kong de 1992. Plutôt de le terme 'consensus', une meilleure désignation serait celle de 'compréhension' ou daccord' pour mieux refléter la réalité, évitant ainsi des applications erronées.

Le chef de la Commission des affaires continentales de la République de Chine indiqua de même qu'aucun consensus ne fut atteint à la suite de la rencontre de 1992 et que le terme de Consensus de 1992 fut seulement introduit par les media en 1992. Certains partisans de l'indépendance de Taïwan, comme l'ancien président Lee Tenghui, utilisent l'absence de document officiel pour affirmer que le consensus n'a jamais existé. Cependant, il est aussi vrai qu'en 1992, le gouvernement de République de Chine adhérait alors à la position d'une seule Chine, avec laquelle il prit ses distances seulement à la fin des années 1990.

Voir aussi[modifier | modifier le code]