Conseil régional de défense d'Aragon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Conseil régional de défense d'Aragon
Consejo Regional de Defensa de Aragón

19361937

Drapeau
Drapeau
Blason
Blason

Hymne : A las barricadas

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le Conseil régional de défense d'Aragon durant la guerre d'Espagne

Informations générales
Statut Communisme libertaire
Capitale Caspe¹
Langue Espagnol (De facto)
Aragonais
Catalan
Religion Aucune (athéisme)
Monnaie Peseta
Systèmes de bons d'achat sans monnaie
Histoire et événements
6 octobre 1936 Création du Conseil régional de défense d'Aragon
23 décembre 1936 Reconnaissance officielle par les autorités de la République
10 août 1937 Suppression par les autorités de la République
Président
1936-1937 Joaquín Ascaso

Entités précédentes :

Entités suivantes :

¹ Capitale administrative seulement, sans caractère officiel

Le Conseil régional de défense d'Aragon (Consejo Regional de Defensa de Aragón), plus couramment appelé Conseil d'Aragon (Consejo de Aragón) est une entité administrative créée en Aragon, en septembre 1936, durant la Seconde République espagnole, dans le contexte de la Révolution sociale espagnole de 1936, qui fait suite à la tentative de coup d'État militaire qui débouche sur la guerre d'Espagne. Elle fut dissoute par les autorités de la république le 10 août 1937.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Sous l'influence des milices libertaires des anarchistes de la CNT et de la FAI ou des communistes du POUM, arrivées de Valence et Barcelone depuis le 24 juillet 1936, la majorité de l'Aragon est effectivement gagnée par le « communisme libertaire ». Elles ont déjà, à la fin du mois de septembre, formé plus de 450 collectivités rurales, la plupart d'entre elles se trouvant entre les mains de la CNT, et une vingtaine dans celles de l'UGT.

Le 15 septembre 1936, l'Assemblée plénière nationale des organisations régionales (Pleno Nacional de Regionales) de la CNT propose à ses membres politiques et syndicaux la formation de multiples Conseils régionaux de défense (Consejos Regionales de Defensa), unis par un lien fédéral dans un Conseil national de défense (Consejo Nacional de Defensa) auquel seraient dévolues les fonctions du gouvernement central[1]. Une assemblée, composée de délégations des villages aragonais et des colonnes confédérales, est convoquée à Bujaraloz à la fin du mois de septembre par le Comité régional de la CNT. Cette assemblée décide la création du Conseil régional de défense d'Aragon.

L'originalité de ce Conseil de défense régional, par comparaison avec les autres, tient dans le rôle que jouèrent les anarchistes. Ceux-ci furent rapidement partisans de se distinguer de l'expérience communiste soviétique. Ils prétendirent au contraire être une « Ukraine espagnole », en référence aux expériences anarchistes ukrainiennes de 1919-1921.

Activité[modifier | modifier le code]

Le Conseil est reconnu le 6 octobre par décret du gouvernement, malgré l'hostilité de son président aux visées anarchistes et révolutionnaires. Le Conseil célèbre donc sa première réunion officielle le 15 octobre, et se choisit pour principal responsable Joaquín Ascaso, membre de la CNT et cousin de Francisco Ascaso. Le 28 octobre, le Conseil se dote d'un organe de diffusion et publie son propre bulletin officiel, d'abord à Fraga, puis à Caspe à partir du mois de décembre[2]. Cette ville devient la capitale administrative de l'Aragon républicain, puisque le Conseil de défense s'y installe définitivement, dans les murs du palais Piazuelo Barberán.

Mais Ascaso cherche à faire reconnaître le plus rapidement possible la légalité du Conseil aragonais. Le 30 octobre, il se rend à Barcelone afin de rencontrer le président de la République, Manuel Azaña, et le président du gouvernement catalan, Lluís Companys[3]. Au début du mois de novembre, Ascaso se rend à Madrid. Il y rencontre le président du gouvernement de la République, afin d'obtenir la légalisation complète du Conseil de défense et l'approbation d'un statut d'autonomie, sur les modèles des statuts catalan et basque[4].

La reconnaissance définitive intervient finalement le 23 décembre et Ascaso reçoit le titre officiel de délégué gouvernemental du Conseil le 19 janvier 1937. Vers le milieu du mois de février est réuni à Caspe, qui sert de « capitale politique » au Conseil, un congrès, auquel participent 500 délégués représentant les quelque 80 000 communautés collectivistes de l'Aragon libertaire. On y propose de créer une Fédération des collectivités (Federación de Colectividades) pour la région. Le Conseil se dote également d'un organe de presse quotidienne, Nuevo Aragón, publié sur 8 pages à Caspe à partir du 20 janvier 1937, comme « porte-parole du Conseil régional de défense d'Aragon »[5]. Enfin, le Conseil se dote d'un blason et d'un drapeau particuliers. Leurs trois couleurs sont celles des trois composantes du Conseil : noir des anarchistes, rouge des communistes, violet des républicains[6].

Mais le gouvernement de la République obtient des concessions de la part du Conseil et de son président. Des membres du Front populaire, favorables au gouvernement républicain, intègre le Conseil, en particulier le Parti communiste, la Gauche unie et le syndicat UGT. Sous l'influence de ces nouveaux membres du parti gouvernemental, dont le nombre croît au fur et à mesure du temps, le caractère révolutionnaire du Conseil est peu à peu réduit. En janvier, les écoles primaires, encore supervisées par des commissions anarcho-syndicalistes, passent sous le contrôle du gouvernement républicain[7].

Disparition du Conseil[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de Juan Negrín est cependant de moins en moins favorable aux expériences anarchistes sur le territoire républicain. La personnalité même du président du Conseil aragonais, Joaquin Ascaso, indispose les gouvernements républicain et catalan : il est considéré comme un anarchiste violent et sans scrupules.

La sortie des anarchistes du gouvernement donne les mains libres à Negrin. Le 4 août 1937, il ordonne aux troupes de la 11e division de l'armée républicaine, commandée par Enrique Líster, d'occuper l'Aragon, sous prétexte de manœuvres militaires. Le 10 août, le Conseil régional de défense de l'Aragon est dissous, Joaquín Ascaso, les autres responsables du Conseil et 700 autres anarchistes emprisonnés sous divers motifs, comme la contrebande de bijoux[8]. Le gouvernement nomme alors José Ignacio Mantecón au poste de gouverneur général, chargé de l'administration de l'Aragon[8].

Composition[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 1937 le gouvernement du Consejo de Aragón avait déjà changé de nombreuses fois depuis octobre 1936. LA présence de représentant de la Gauche républicaine, de l'UGT et du PCE était un moyen pour le gouvernement républicain de rentrer dans le conseil et de surveiller les débats et les décisions qui y étaient prises.

Fonction Nom
Président Joaquín Ascaso CNT
Conseiller à l'Ordre public Adolfo Ballano CNT
Conseiller à l'Information et à la Propagande Evaristo Viñuales CNT
Conseiller à l'Agriculture Adolfo Arnal CNT
Conseiller au Travail Miguel Chueca CNT
Conseiller aux Transports et aux Communications Luis Montoliu CNT
Conseiller à l'Économie et à l'Approvisionnement Evelio Martínez CNT
Conseiller à la Justice José Ignacio Mantecón IR
Conseiller aux Finances Jesús Gracia IR
Conseiller à la Culture Manuel Latorre Salas UGT
Conseiller aux Travaux publics José Ruiz Borao UGT
Conseiller à la Santé et à l'Assistance José Duque PCE
Conseiller à l'Industrie et au Commerce Custodio Peñarrocha PCE
Secrétaire général Benito Pavón

Organisation militaire[modifier | modifier le code]

Rôle des milices[modifier | modifier le code]

Territoire administré dans le Conseil régional de défense d'Aragon.
Article détaillé : Milices confédérales.

Les opérations militaires en Aragon furent confiées à différentes colonnes et milices anarchistes, communistes et républicaines.

Au nord des territoires contrôlés par le Conseil régional de défense, dans la province de Huesca :

  1. colonne « Bueno » ou « Pirenaica », composée d'environ 1 500 républicains catalans. Son délégué général est Mariano Bueno ;
  2. colonne « Lenin », composée de 2 000 miliciens du POUM. Son délégué général est José Rovira. Elle s'unit finalement aux colonnes « Villalba » et « Maurín » ;
  3. colonne « Carlos Marx » , composée d'environ 2 000 socialistes catalans du PSUC et de l'UGT. Son délégué général est José del Barrio, son commandant militaire Enrique Sacanell. Elle forme la base de la 27e division de l'Armée populaire de la République ;
  4. colonne « Aguiluchos », composée de plus de 2 000 anarchistes de la CNT-FAI. Son délégué général est García Vivancos. Elle s'unit finalement aux colonnes « Roja y Negra » et « Ascaso ». Elle forme la base de la 28e division de l'Armée populaire de la République ;
  5. colonne « Ascaso », composée d'anarchistes de la CNT-FAI, elle intègre les forces militaires stationnées à Barbastro. Son délégué général est Domingo Ascaso, son commandant militaire Gregorio Jover ;

Au centre des territoires contrôlés par le Conseil régional de défense, dans la province de Saragosse :

  1. colonne « Roja y Negra » ou « Sur-Ebro », composée d'anarchistes de la CNT-FAI. Son délégué général est García Prada. Elle s'unit finalement aux colonnes « Aguiluchos » et « Ascaso » ;
  2. colonne « Peñalver », composée d'environ 600 ouvriers et soldats orginaires de Tarragone. Son délégué général est le colonel Martínez Peñalver. Elle est finalement absorbée par la colonne « Sur-Ebro » ;
  3. colonne « Villalba », composée d'environ 4 500 hommes : un millier de soldats, isssus des rangs de l'armée espagnole, unis à des miliciens du POUM originaires de Huesca et des volontaires internationaux. Son délégué général est le colonel Villalba, qui établit son quartier général à Barbastro. Elle s'unit finalement aux colonnes « Lenin » et « Maurín ». Elle forme la base des 25e et 28e divisions de l'Armée populaire de la République ;
  4. colonne « Maurín », composée de communistes du POUM, pour la plupart des ouvriers originaires de Lérida. Son délégué général est José Rovira. Elle s'unit finalement aux colonnes « Villalba » et « Lenin » ;
  5. colonne « Durruti », composée de plus de 6 000 anarchistes de la CNT-FAI. Son délégué général est Buenaventura Durruti. Elle forme la base de la 26e division de l'Armée populaire de la République ; ;
  6. colonne « Ortiz », composée d'anarchistes de la CNT-FAI. Son délégué général est Antonio Ortíz ;
  7. colonne « Carod-Ferrer », composée d'une centaine d'anarchistes de la CNT-FAI. Son délégué général est Saturnino Carod Lerín. Elle est finalement absorbée par la colonne « Ortiz » ;
  8. colonne « Maciá-Companys », composée d'un millier d'anarchistes de la CNT-FAI. Son délégué général est le lieutenant-colonel Jesús Pérez Salas.

Au sud des territoires contrôlés par le Conseil régional de défense, dans la province de Teruel :

  1. colonne « Mena », composée d'ouvriers de Tarragone. Son délégué général est Mena. Elle est finalement absorbée par la colonne « Maciá-Companys » ;
  2. colonne « de Fer », composée d'anarchistes de la CNT-FAI. Son délégué général est José Pellicer ;
  3. colonne « Uribe », composée d'anarchistes de la CNT-FAI ;

Batailles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BURILLO GIL Rafael, Consejo de Defensa y movimiento colectivista de Aragón, 1936-1939, Centro de Estudios Comarcales del Bajo Aragón, Caspe, 2007 (ISBN 978-84-7820-929-3)
  • CASANOVA RUIZ Julián, Anarquismo y revolución en la sociedad rural aragonesa, 1936-1938, Ed. Siglo XXI de España, Madrid, 1985 (ISBN 84-323-0512-X)
  • CASANOVA RUIZ Julián, El Consejo Regional de Defensa de Aragón y las colectividades agrarias durante la guerra civil española, Estudios de Historia de España : homenaje a Manuel Tuñón de Lara, Universidad Internacional Menéndez Pelayo, Santander, 1981 (ISBN 84-500-4520-7).
  • BEEVOR Antony, La guerre d'Espagne, Calmann-Lévy, Paris, 2006 (ISBN 2-7021-3719-9)
  • THOMAS Hugh, La guerre d'Espagne, Robert Laffont, Paris, 1997 (ISBN 2-221-08559-0)

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]