Conseil général des Pyrénées-Orientales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Conseil général des Pyrénées-Orientales

{{{alternative textuelle}}}
upright={{{dimension}}}
Situation
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Siège Perpignan
Exécutif
Président Hermeline Malherbe-Laurent (DVG)


Groupes politiques
18 / 31
  •      PCF
3 / 31

Jean-Louis Alvarez
11 / 31

Jean Rigual
Budget
Budget total 565,6 M€
Budget d'investissement
Budget de fonctionnement
Site internet http://www.cg66.fr/

Le conseil général des Pyrénées-Orientales est l'assemblée délibérante du département français des Pyrénées-Orientales, collectivité territoriale décentralisée. Elle comprend 31 conseillers généraux issus des 31 cantons des Pyrénées-Orientales. Il est présidé par Hermeline Malherbe-Laurent depuis le 21 novembre 2010 et siège à Perpignan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le président du conseil général des Pyrénées-Orientales était Christian Bourquin jusqu'au 9 novembre 2010 (PS) réélu consécutivement depuis 1998, il succède à Georges Frêche au conseil régional de Languedoc-Roussillon. En attendant l'élection interne d'un nouveau Président, c'est son premier vice-président Jean-Jacques Lopez qui assure l'intérim[1]. Le 21 novembre 2010, Hermeline Malherbe-Laurent (PS) devient présidente du conseil général des Pyrénées-Orientales, en obtenant 24 voix sur 31 et sept abstentions, l'opposition départementale UMP et divers droite n'a pas présenté de candidat. Christian Bourquin est toutefois élu quatrième vice-président du conseil général. Jean-Jacques Lopez reste premier vice-président, après avoir assuré l'intérim de la présidence pendant une dizaine de jours.

Organisation du conseil général[modifier | modifier le code]

Le président[modifier | modifier le code]

Le président du conseil général des Pyrénées-Orientales est Hermeline Malherbe-Laurent (PS) depuis le 21 novembre 2010.


Anciens présidents du conseil général[modifier | modifier le code]

Les vice-présidents actuels[modifier | modifier le code]

Les conseillers généraux[modifier | modifier le code]

Le conseil général des Pyrénées-Orientales est composé de 31 conseillers généraux issus des 31 cantons des Pyrénées-Orientales. Le conseiller général est le représentant d'un canton élu au suffrage universel pour 6 ans.

Parti Sigle Élus
Majorité (21 sièges)
Parti socialiste PS 14
Divers gauche DVG 3
Parti communiste français PCF 3
Mouvement démocrate MoDem 1
Opposition (10 sièges)
Union pour un mouvement populaire UMP 4
Divers droite DVD 3
Parti radical PR 3
Présidente du conseil général
Hermeline Malherbe-Laurent (DVG)

Identité visuelle (Logotype)[modifier | modifier le code]


Les attributions du conseil général[modifier | modifier le code]

Le conseil général exerce les compétences fixées par les lois de décentralisation dans les domaines de l'action sociale, la voirie, l'éducation, le service départemental d'incendie et de secours[2], le développement économique, la gestion des musées, bibliothèques et archives départementales, la gestion des espaces naturels sensibles.

L'action sociale[modifier | modifier le code]

Les routes départementales et les transports publics[modifier | modifier le code]

L'éducation et le sport[modifier | modifier le code]

Le développement économique[modifier | modifier le code]

Le 1er département pour l'agriculture bio[modifier | modifier le code]

en partenariat avec l’ensemble des nombreux acteurs concernés[10].

La gestion de l'eau[modifier | modifier le code]

Le trafic de marchandises[modifier | modifier le code]

  • La "Plateforme multimodale Pyrénées Méditerranée"[13]
  • Le développement du port de commerce de Port-Vendres[14], avec la construction d'un troisième quai, en 2010[15].

Le tourisme dans les Pyrénées-Orientales[modifier | modifier le code]

Les énergies renouvelables et la recherche[modifier | modifier le code]

La culture et le patrimoine des Pyrénées-Orientales[modifier | modifier le code]

La protection de l'environnement et le développement durable[modifier | modifier le code]

L'Eurodistrict catalan[modifier | modifier le code]

Le conseil général mène une politique de coopération transfrontalière avec la Généralité de Catalogne, la province de Gérone, et l'Andorre, pour créer un eurodistrict catalan[29].

Le 27 juillet 2007, à Céret eut lieu la signature de l'accord cadre pour la mise en route du projet d'eurodistrict[30] Mise en place d'un fonds commun de soutien aux projets de coopération sur l’espace catalan transfrontalier[31], et d'un service commun d'aide au développement de projets transfrontaliers[32], au conseil général et à la Casa de la Generalitat de Catalunya à Perpignan[33].

À l’appui de cette démarche, il faut souligner le rôle de l’Union européenne qui, avec le programme INTERREG, dans le cadre de sa politique régionale soutient financièrement les projets transfrontaliers.

La Charte en faveur du catalan[modifier | modifier le code]

Lors de la session du 10 décembre 2007, le conseil général a approuvé une Charte en Faveur du catalan, par laquelle le département s’engage à veiller à la promotion, au développement et à la diffusion de la langue et de la culture catalanes. Celle-ci dit en préambule : « La langue catalane, née il y a plus de mille ans, constitue un des piliers de notre identité, du patrimoine et de la richesse du département des Pyrénées-Orientales (Catalunya Nord) ». Le terme Catalogne Nord obtient ainsi sa première reconnaissance officielle[34].

Les défibrillateurs automatiques[modifier | modifier le code]

Les Pyrénées-Orientales sont un département pilote dans l'installation de défibrillateurs automatiques. Le 2 avril 2007, le conseil général décide tout d'abord d'acheter des défibrillateurs pour 22 communes se situant à plus de 20 minutes d'un centre de secours[35]. Depuis mars 2008, et la pose d'un défibrillateur à Mosset, 141 communes se sont inscrites, avec l'objectif d'équiper les 226 communes du département et les 22 bâtiments du conseil général, avec 400 appareils.

L'intérêt suscité a décidé certaines communes à installer d'autres défibrillateurs dans les stades et des sites à forte fréquentation[36].

La présentation de cette initiative au salon des maires de France[37], a fait des Pyrénées-Orientales, un département pilote, pour d'autres villes, départements et régions françaises qui envisagent à leur tour l'installation de défibrillateurs automatiques[38].

Couverture numérique et géolocalisation des Pyrénées-Orientales[modifier | modifier le code]

La pose d'un appareil nécessite de la part des communes, une alimentation électrique, une ligne téléphonique et une connexion internet ADSL. À ce titre et par voie de conséquence, l'installation de ce dispositif a permis de développer la vie numérique dans certains villages et donc de réduire la fracture numérique.

La géolocalisation des défibrillateurs par GPS sur internet et les systèmes de navigation automobile, les téléphones mobiles et les PDA permet également d'améliorer le référencement électronique et la couverture numérique du département.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.midilibre.com/articles/2010/11/09/DERNIERE-MINUTE-P-O-Christian-Bourquin-demissionnera-de-son-poste-de-president-du-Conseil-general-ce-mardi-1446967.php5
  2. http://www.sdis66.fr/
  3. http://www.premier-ministre.gouv.fr/information/questions_reponses_484/est_revenu_solidarite_active_56861.html
  4. http://www.cg66.fr/solidarite/index.html
  5. http://www.lindependant.com/articles/2009/03/17/20090317-Perpignan-Le-conseil-general-prend-le-RSA-a-bras-le-corps.php5
  6. http://www.opac66.fr/
  7. http://www.cg66.fr/jeunesse_sports/colleges/index.html
  8. http://www.cg66.fr/jeunesse_sports/sports/index.html
  9. http://viewer.zmags.com/publication/436df2e8#/436df2e8/16
  10. http://www.cg66.fr/environnement/_agriculture/politique.html
  11. http://www.fructidor.fr/article/l-artichaut-du-roussillon-veut-son-a-o-c-6077.aspx
  12. http://www.midilibre.com/articles/2009/03/26/20090326-PERPIGNAN-L-39-artichaut-nouveau-fleur-de-Salanque-est-arrive-sur-le-marche.php5
  13. http://www.cg66.fr/economie/plateforme/index.html
  14. http://www.cg66.fr/economie/plateforme/port_vendres.html#4
  15. http://www.lindependant.com/articles/2009/04/15/20090415-Perpignan-Port-Vendres-le-troisieme-quai-est-lance.php5
  16. http://www.cdt-66.com/static/fr/master/index
  17. http://www.camp-lda.com/
  18. http://www.cg66.fr/culture/mediatheque/developpement/index.html
  19. http://www.cg66.fr/culture/mediatheque/index.html
  20. http://www.musee-ceret.com/
  21. http://www.cg66.fr/culture/patrimoine_catalanite/monuments/palais_majorque/index.html
  22. http://www.cg66.fr/culture/patrimoine_catalanite/monuments/chateau_royal/index.html
  23. http://www.cg66.fr/culture/patrimoine_catalanite/monuments/serrabone/index.html
  24. http://www.reseauculturel.fr/
  25. http://www.parc-pyrenees-catalanes.fr/
  26. http://www.grandsitedefrance.com/document.php?pagendx=67/
  27. http://www.cg66.fr/environnement/espaces_naturels/paulilles/index.html
  28. http://www.cg66.fr/environnement/espaces_naturels/reserve_marine/index.html
  29. http://www.cg66.fr/economie/coop_transfront/demarche.html
  30. http://www20.gencat.cat/docs/Departament_de_la_Presidencia/Secretaria%20d%27Afers%20Exteriors/Documents/Arxius/20070727_Declaracio_Eurodistricte.pdf
  31. http://www.cg66.fr/economie/coop_transfront/Appel_Projets_juillet08.pdf
  32. http://www.cg66.fr/economie/coop_transfront/doc/coop_transfr_outils.pdf
  33. http://www20.gencat.cat/portal/site/Departament-de-la-Vicepresidencia/menuitem.882a5356fd839916e8017010b0c0e1a0/?vgnextoid=3c19d0aad329d110VgnVCM1000008d0c1e0aRCRD&vgnextchannel=3c19d0aad329d110VgnVCM1000008d0c1e0aRCRD&vgnextfmt=default
  34. http://www.cg66.fr/culture/patrimoine_catalanite/catalanite/charte.html.
  35. http://www.cg66.fr/institution/session/2007/session_070730/deliberation/annexe_dlb11.pdf
  36. http://www.lindependant.com/articles/2009/03/23/20090323-Perpignan-Medical-Un-defibrillateur-automatise-au-parc-des-sports.php5
  37. http://salons.groupemoniteur.fr/salon_des_maires_et_des_collectivites_locales
  38. http://www.lindependant.com/articles/2009/03/31/20090331-INDEPENDANT-Les-P-O-departement-pilote.php5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]