Conseil d'État pour la paix et le développement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

Le Conseil d’État pour la paix et le développement, en birman နိုင်ငံတော်အေးချမ်းသာယာရေးနှင့်ဖွံ့ဖြိုးရေးကောင်စီ, avant 1997 Conseil d’État pour la restauration de la loi et de l’ordre, est le nom adopté par la dictature militaire birmane pour désigner l’organe dirigeant de la Birmanie après le coup d’État du (démission du général Ne Win, suspension de la Constitution de 1974 et répression des manifestations pro-démocratiques). Le président du Conseil d’État pour la paix et le développement a été le chef de l’État birman jusqu’au 4 février 2011, date de l’élection par le Parlement d’un nouveau président de la République en la personne du Premier ministre Thein Sein[1][réf. incomplète].

Présidents ou Secrétaires généraux :

En 2011, il comptait 14 membres, tous militaires de haut rang.

Le Conseil d’État pour la paix et le développement a été officiellement dissous le , jour de l’investiture de Thein Sein comme président de la République[2][réf. incomplète]. Des observateurs occidentaux ont dénoncé à cette occasion une « mascarade » destinée à légitimer le pouvoir des militaires birmans en leur donnant l’apparence d’un transfert d’autorité à un pouvoir civil[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rulers, February 2011.
  2. La junte birmane a été dissoute, Le Monde, 30 mars 2011.
  3. Birmanie : la junte est dissoute, ses pouvoirs transférés à un nouveau président, rtl.be, 30 mars 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]