Conseil de l'Arctique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Conseil arctique)
Aller à : navigation, rechercher
Conseil de l'Arctique
Carte de l'organisation
Carte des pays participants
  •      Membres permanents
  •      Observateurs

Région Arctique
Création 1996
Membre(s) En 2013 :
Site web http://www.arctic-council.org

Le Conseil de l'Arctique est un forum intergouvernemental traitant des problématiques rencontrées par les gouvernements arctiques et les peuples autochtones de la région.

Les premières ébauches de ce Conseil datent de 1991, lorsque huit pays arctiques s'engagèrent dans un traité de stratégie pour la protection de l’environnement arctique (SPEA). En 1996, la déclaration d'Ottawa conduisit à l'instauration du Conseil arctique pour promouvoir le développement durable dans la région dans les matières sociales, économiques et environnementales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier pas vers la formation du Conseil de l'Arctique est franchi en 1991 lorsque huit pays riverains signent la Stratégie de protection de l'environnement arctique (Arctic Environmental Protection Strategy, AEPS). La déclaration d'Ottawa, ratifiée en 1996, établit formellement le Conseil de l'Arctique en tant que forum intergouvernemental de haut niveau, visant à se donner les moyens de promouvoir la coopération, la coordination et les interactions entre les États signataires sur des sujets communs, notamment le développement durable et la protection de l'environnement dans l'Arctique. Cette déclaration prévoit la participation des différentes communautés autochtones et des autres habitants de l'Arctique. Les huit États signataires sont le Canada, la Russie, la Norvège, le Danemark, l'Islande, les États-Unis, la Suède et la Finlande.

Participants[modifier | modifier le code]

Logo de la présidence russe

États membres[modifier | modifier le code]

Les membres actuels du Conseil de l'Arctique sont :

La présidence du Conseil est tournante pour deux années : la Russie en 2004-2006 ; la Norvège pour 2006-2008 ; le Danemark pour 2008-2010 ; la Suède pour 2010-2012 et le Canada pour 2013-2015.

Participants permanents[modifier | modifier le code]

Six associations autochtones de la région arctique ont par ailleurs le statut de participants permanents au Conseil :

Observateurs[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Réunions du Conseil[modifier | modifier le code]

Le Conseil de l'Arctique se réunit environ tous les six mois dans une ville du pays ayant la présidence pour une réunion des hauts fonctionnaires de l'Arctique (Senior Arctic Officials, SAO). Les SAO sont des représentants de haut niveau des États membres, parfois des ambassadeurs et, plus souvent, des hauts fonctionnaires des ministères des Affaires étrangères. Des représentants des six participants permanents et des observateurs officiels sont également invités.

À la fin de sa période de deux ans, le pays ayant la présidence organise une conférence ministérielle qui représente le sommet des travaux du Conseil pour cette période. La plupart des États membres sont alors représentés par leurs ministres des Affaires étrangères, des Affaires nordiques ou de l'Environnement.

Une déclaration formelle, mais non contraignante, portant le nom de la ville où s'est tenue la Conférence, est adoptée à cette occasion. Elle résume en général les accomplissements passés du Conseil et donne les grandes perspectives pour le futur. Ces déclarations couvrent les principaux thèmes qui concernent le Conseil, à savoir notamment le changement climatique, le développement durable, le monitoring de l'Arctique, les polluants organiques persistants et autres polluants de l'Arctique, et le travail des cinq groupes de travail du Conseil.

Coordination du travail du Conseil[modifier | modifier le code]

Chaque nation qui préside le Conseil de l'Arctique accepte la responsabilité de créer un secrétariat qui s'occupe de coordonner l'ensemble des activités du Conseil. Il s'agit notamment d'organiser les séances semi-annuelles, d'héberger le site Internet et de distribuer les rapports et autres documents pertinents pour le travail du Conseil. La plupart des États souhaiteraient l'établissement d'un secrétariat permanent, mais cette idée a été systématiquement bloquée par les États-Unis.

Groupes de travail et programmes d'actions[modifier | modifier le code]

L'essentiel du travail du Conseil de l'Arctique a lieu de manière coopérative dans les six groupes de travail et les deux programmes et plans d'action.

Groupes de travail[modifier | modifier le code]

  • Programme de surveillance et d'évaluation de l'Arctique (Arctic Monitoring & Assessment Programme, AMAP)
  • Protection de la faune et de la flore arctiques (Conservation of Arctic Flora & Fauna, CAFF)
  • Prévention des urgences, préparation et réaction (Emergency Prevention, Preparedness & Response, EPPR)
  • Protection de l'environnement marin arctique (Protection of the Arctic Marine Environment, PAME)
  • Groupe de travail sur le développement durable (Sustainable Development Working Group, SDWG)
  • Programme d'action sur les polluants de l'Arctique (Arctic Contaminants Action Program, ACAP) (depuis 2006)

Programmes d'actions[modifier | modifier le code]

  • Évaluation du climat de l'Arctique (Arctic Climate Impact Assessment)
  • Rapport de développement humain de l'Arctique (Arctic Human Development Report)

Priorités[modifier | modifier le code]

Chaque nouvelle présidence établit ses priorités et ses groupes de travail.

Présidence du Canada (2013-2015)[modifier | modifier le code]

La ministre responsable du Conseil, Leona Aglukkaq, déclare avoir pour objectifs « une exploitation responsable des ressources de l’Arctique », la sécurité de la navigation et le développement de collectivités circumpolaires durables[1]. Ces priorités sont fort bien acceptées par la Russie, qui souhaite la mise en place de règles de navigation commerciale et un équilibre entre développement industriel et mode de vie traditionnel[2]. La Norvège et les États-Unis craignent que la recherche environnementale ne soit mise au second plan. La Norvège appuie toutefois les projets de développement industriel, alors que l'Islande est inquiète des effets négatifs sur l'environnement que pourrait entraîner l'ouverture à la navigation du passage du Nord-Ouest. Les populations Inuit partagent cette inquiétude. Plusieurs appuient fortement le projet d'un forum des entreprises du cercle polaire[2].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel du gouvernement canadien, Affaires internationales
  2. a et b (en) The Globe and Mail, 26 octobre 2013, What the U.S., Russia and other Arctic countries think about Canada

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]