Consac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Consac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Mirambeau
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Maire
Mandat
Marie-Hélène Vallier
2014-2020
Code postal 17150
Code commune 17116
Démographie
Gentilé Consacais
Population
municipale
235 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 07″ N 0° 35′ 38″ O / 45.4186111111, -0.59388888888945° 25′ 07″ Nord 0° 35′ 38″ Ouest / 45.4186111111, -0.593888888889  
Altitude Min. 30 m – Max. 102 m
Superficie 9,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Consac

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Consac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Consac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Consac

Consac est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Consacais et les Consacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Consac
Plassac Saint-Sigismond-de-Clermont
Saint-Ciers-du-Taillon Consac Nieul-le-Virouil
Semoussac Semillac Saint-Dizant-du-Bois

Histoire[modifier | modifier le code]

Consac pourrait être la ville gallo-romaine de Tamnum, station citée par l'Itinéraire d'Antonin, sur le trajet de Bordeaux à Autun, entre Burdigala, Blavia, Novioregum et Mediolanum Santonum. À noter la ressemblance du nom de Tamnum avec stannum, mot latin signifiant étain, alors que la Gironde est sous l'antiquité l'une des routes de l'étain, métal allié au cuivre dans le bronze.

Au XVIIe siècle, une borne impériale ou borne milliaire, a été découverte dans la commune[2], attestant de la position de la commune sur la grande voie romaine mentionnée dans l'Itinéraire d'Antonin et dans la Table de Peutinger. Cette antique voie impériale reliait Mediolanum Santonum à Burdigala et passait par Pontus (actuelle ville de Pons}.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Marie-Hélène Vallier    
2008 2014 Marie-Hélène Vallier    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 235 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
634 681 641 625 620 612 586 583 532
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
540 527 532 502 510 504 480 437 425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
426 407 397 340 354 371 343 306 324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
285 260 225 234 210 240 243 237 238
2011 - - - - - - - -
235 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église romane Saint-Pierre de Consac est une église du XIe siècle. Elle est inscrite pour sa totalité aux Monuments Historiques par arrêté du 23 juillet 2003. Cette église était environnée d’un cimetière définitivement fermé en 1876.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. in M. de la Torre, Guide de l'art et la nature - la Charente-Maritime, éditions Nathan - promotion culturelle - 1985, (monographie sur la commune de Consac).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :