Conrad Ansorge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Conrad Ansorge

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Conrad Ansorge par Lovis Corinth, 1903

Nom de naissance Conrad Eduard Reinhold Ansorge
Naissance 15 octobre 1862
Bukówka, Drapeau de la Pologne Pologne
Décès 13 février 1930 (à 67 ans)
Berlin, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Compositeur
Formation Conservatoire de Leipzig
Maîtres Franz Liszt
Enseignement Deutschen Akademie für Musik und Darstellende Kunst à Prague
Élèves Selim Palmgren, Eduard Erdmann, James Simon, Alice Herz-Sommer, Wilhelm Furtwängler

Conrad Eduard Reinhold Ansorge[1] est un pédagogue, pianiste et compositeur allemand, né à Buchwald (Silésie) aujourd'hui Bukówka en Pologne, le 15 octobre 1862 et mort à Berlin le 13 février 1930. Son fils Joachim (1893-1947), issu de son mariage avec la pianiste Margarete Wegelin, est également pianiste et enseignant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ansorge étudie au Conservatoire de Leipzig entre 1880 et 1882 avec Franz Liszt puis voyage à travers l'Europe et aux États-Unis. Il est connu pour ses interprétations de Beethoven[2].

Le 15 avril 1890, sa symphonie Orpheus est créée au Steinway Hall à New York sous la direction de Theodore Thomas[3]. Il enseigne le pianoforte à Weimar en 1893. De 1898 à 1903, il enseigne à Berlin au Conservatoire Klindworth-Scharwenka.

En 1920, il détient la chaire d'enseignement du piano à la Deutschen Akademie für Musik und Darstellende Kunst à Prague. Parmi ses étudiants, on compte Selim Palmgren[4], Eduard Erdmann[5], James Simon, Alice Herz-Sommer[6] et Wilhelm Furtwängler[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il a écrit un requiem, deux symphonies, un concerto pour piano, trois sonates pour pianos, deux quatuors à cordes.

Liste d'œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour piano no 1, opus 1 ;
  • Traumbilder, opus 8 ;
  • Huit lieder, opus 10 ;
  • Sept mélodies, opus 11 ;
  • Vigilien, opus 12
  • Quatuor à cordes, opus 13
  • Cinq mélodies, opus 14 ;
  • Cinq lieder, opus 15 ;
  • Cinq lieder, opus 17 ;
  • Sonate pour piano no 2, opus 21 ;
  • Sonate pour piano no 3, opus 23 ;
  • Sonate pour violoncelle, opus 24.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionnary of Musicians »], t. 1, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1995 (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-06510-7), p. 99

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Conrad Eduard Reinhold Ansorge », sur Requiemsurvey.org (consulté le 11 octobre 2010)
  2. « Conrad Ansorge », sur University of Maryland (consulté le 11 octobre 2010)
  3. « AMUSEMENTS », sur The New York Times (consulté le 11 octobre 2010)
  4. « Selim Palmgren (1878 - 1951) », sur Piano Society (consulté le 11 octobre 2010)
  5. « Monday, March 12, 2007 », sur ANABlog (consulté le 11 octobre 2010)
  6. « 'Life is beautiful' », sur guardian.co.uk (consulté le 11 octobre 2010)
  7. « Emil Orlik: Portrait of Conrad Ansorge », sur www.orlikprints.com (consulté le 11 octobre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]