Conquête de la Mecque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conquête de La Mecque
Informations générales
Date janvier, 630
Lieu La Mecque, en Arabie saoudite
Issue Victoire des musulmans
Belligérants
Muhammadseal2.jpgMusulmans Quraychite
Commandants
Muhammadseal2.jpgMahomet,
Muhammadseal2.jpgKhalid ibn al-Walid,
Zubayr ibn al-Awwam,
Muhammadseal2.jpgAbu Ubayda ibn al-Djarrah,
Muhammadseal2.jpgSa'd ibn Ubadah,
Muhammadseal2.jpgQu'ais ibn Said
Souhail Ibn Amr,
Safwan ibn Oumawwa,
Ikrimah Ibn Abi Jahl,
Abu Sufyan ibn Harb
Forces en présence
10000 hommes Inconnues
Pertes
2 hommes 12 hommes
Guerres entre Mahomet et Quraychite

La Mecque fut conquise par Mahomet et ses partisans le 1er ou le 11 (?) janvier 630 (le 10 de Ramadan, en l'an 8 après l'hégire), après que le traité d'al-Houdaybiyya fut brisé par la trahison des Quraych, lorsque la tribu des Banu Bakr, allié des Quaraych, attaquèrent les Banu Khuza'a, allié de Mahomet alors que le traité stipulait que « Toute agression contre une tribu se joignant à l'une ou à l'autre partie serait considérée comme visant cette dernière[1]. ». Suite à cette violation du traité Mahomet rassembla une armée d'environ 10 000 hommes et marcha vers La Mecque[1]. Cet événement est également appelé Fatah al-`Adhim (la grande victoire). Les 10 000 hommes marchèrent sur la ville, et aux portes de la Mecque, ils allumèrent des milliers de flambeaux. La population locale fut terrifiée. Le négociateur envoyé par la ville, Abou Sofyan, au lieu de négocier avec les assaillants se convertit à l'Islam. Il revint annoncer les conditions du prophète : la cité ne risque rien si elle accueille sans difficulté les vainqueurs. Les musulmans investissent donc la ville et ne font que très peu de victimes[2].

La religion du prophète a reconduit les cérémonies du hadj pré-islamique en supprimant toutes pratiques païennes. Et afin de se démarquer du pélerinage païen du passé, le prophète le libère de tout lien avec le mouvement des saisons en entérinant définitivement le comput lunaire. (Coran : 9; 36sqq.) [3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saifiyyu ar-Rahman al-Mubarakfuri. ar-Rahiq al-Makhtum (Le Nectar Cacheté), Université Islamique de Médine, Éditions Darussalam (en) ISBN 1-59144-071-8
  • Tabari (trad. Hermann Zotenberg), Chronique de Tabari - Histoire des prophètes des rois, vol. II, Actes-Sud/Sinbad, coll. « Thésaurus », 2001 (ISBN 978-2-7427-3318-7), « Mohammed, sceau des prophètes »
  • Le Prophète de l'islam, sa vie, son œuvre (en 2 tomes), Éditions Association des Étudiants Islamiques en France, ASIN 2711681017
  • Muhammad Hamidullah, Les champs de batailles au temps du Prophète édité en 1939[4].

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Saifi ar-Rahman al-Mubarakfuri, Muhammad l’ultime joyau de la prophétie Éditions Maison d’Ennour (2002) (en)ISBN 2-910891-44-5. Titre original : ar-Rahiq al-Makhtum (Le Nectar Cacheté) page 561.
  2. La vie quotidienne à la Mecque de Mahomet à nos jours - Slimane Zhegidour - Éd. Hachette - ISBN 2-01-013947-X - pages 113 - 114
  3. La vie quotidienne à la Mecque de Mahomet à nos jours - Slimane Zhegidour - Éd. Hachette - ISBN 2-01-013947-X - page121
  4. (en) Maulana Wahid Khan, Muhammad: a prophet for all humanity, Goodword,‎ 2002 (lire en ligne), p. 327–333