Conquête de l'île d'Elbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conquête de l'île d'Elbe
Localisation de l'île d'Elbe dans l'archipel Toscan, entre la Corse et l'Italie.
Localisation de l'île d'Elbe dans l'archipel Toscan, entre la Corse et l'Italie.
Informations générales
Date 17-19 juin 1944
Lieu île d'Elbe
Issue Victoire alliée.
Belligérants
Alliés :
Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Forces navales :
Drapeau du Royaume-Uni contre-amiral Thomas Hope Troubridge
Forces terrestres :
Drapeau de la France général Jean de Lattre de Tassigny
Drapeau de l'Allemagne Général Gall
Forces en présence
Britanniques :
Force navale N
Commandos de la Royal Navy
26 Vickers Wellington
Français :
9e DIC
Bataillon de choc
Commandos d'Afrique
2e GTM
Américains :
LCI, PT boats
87th Fighter Wing
57th Air Division
Allemands :
Deux bataillons d'infanterie
Batteries d'artillerie côtière
60 canons de moyen et gros calibre
Pertes
Britanniques :
38 morts et 9 blessés
Français :
252 morts et 635 blessés (pertes des forces navales inconnues)
Environ 500 morts et 2 000 prisonniers
Campagne d'Italie,
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Campagne d'Italie

Opération Corkscrew · Bataille de Lampedusa · Débarquement de Sicile · Massacre de Biscari · Opération Avalanche · Armistice de Cassibile · Défense manquée de Rome · Guerre civile italienne · Opération Slapstick · Libération de la Corse · Insurrection de Naples · Bombardement du Vatican · Campagne de la rivière Moro · Ligne Gustave · Bataille du mont Cassin · Massacre de Monchio, Susano et Costrignano · Attentat de Via Rasella · Massacre des Fosses ardéatines · Bataille du Garigliano · Opération Shingle · Conquête de l'île d'Elbe · Prise d'Ancône · Massacre de Sant'Anna di Stazzema · Ligne gothique (Gemmano · Rimini · San Marino · Montecieco) · Massacre de Marzabotto · Offensive de printemps 1945 · Prise de Bologne


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise

La conquête de l’île d’Elbe, aussi appelée opération Brassard, est une opération de la Seconde Guerre mondiale entreprise par les Alliés (troupes françaises, appui aéronaval anglais et américain) au cours de la campagne d'Italie pour s'emparer de l'île d'Elbe du 17 au 19 juin 1944..

Arrière-plan et contexte[modifier | modifier le code]

Sous le commandement du général Harold Alexander le 15e groupe d'armées allié s'empara de Rome le 4 juin 1944, contraignant les 14e et 10e armées allemandes à se retirer en Italie du Nord[1]. Ce succès fut suivi par la préparation du débarquement de Provence (opération Dragoon). C'est au 15e groupe d'armées qu'on demanda de fournir la majorité des troupes de débarquement. Cela réduisait la 5e armée américaine à cinq divisions. L'ensemble du 15e groupe d'armées ne comportait plus alors que 18 divisions et cette réduction des effectifs retardait les intentions d'Alexander d'atteindre la Ligne gothique, au nord de la péninsule italienne, en août 1944[1].

Une opération qu'on pouvait toujours réaliser était l'invasion de l'île d'Elbe (opération Brassard) ; elle avait été prévue à l'origine pour le 25 mai, en même temps que l'opération Diadem[2]. Les débarquements avaient ensuite été reportés en raison du manque de soutien aérien et pour laisser aux troupes françaises qui manquaient d'expérience plus de temps pour s'entraîner[2]. Les objectifs de l'invasion étaient d'empêcher les Allemands d'utiliser l'île comme un poste avancé et de permettre aux canons alliés d'interdire la circulation sur le canal de Piombino[1], détroit entre l'île d'Elbe et la Toscane. On ne sait pas si les Allemands avaient conscience des plans alliés, toujours est-il qu'Hitler « attachait une grande importance à rester le maître de l'île d'Elbe aussi longtemps que possible. » Le 12 juin le commandant allemand en Italie, le Feldmarschall Kesselring, fut informé que « l'île d'Elbe devait être défendue jusqu'au dernier homme et à la dernière cartouche ». Le 14 juin des renforts allemands partis de Pianosa commencèrent à arriver sur l'île. Cette décision de renforcer l'île d'Elbe n'était pas connue des Alliés qui croyaient que l'activité navale entre l'île et le continent était en fait une évacuation[3].

Planification et ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Goumiers de la 9e embarquent dans un Landing Craft en Corse pour l'invasion de l'Ile d'Elbe.

Le commandant des forces navales pour l'opération était le contre-amiral Thomas Hope Troubridge de la Royal Navy. Il était à la tête de la Force N, qui serait responsable du débarquement de la division d'assaut. La division qui avait été choisie était la 9e division française d'infanterie coloniale, comprenant le 4e et 13e régiments de tirailleurs sénégalais elle est renforcée par le bataillon de choc, les commandos d'Afrique, le 2e groupe de tabors marocains et 200 mulets[3],[4]. La faible profondeur des eaux interdisait d'employer de grands navires de transport. Le seul soutien de tir par l'artillerie navale devait être fourni par la force de débarquement « Hedgehogs » et deux canonnières légères, le HMS Aphis et le HMS Cockchafer[3].

La force navale devait comprendre trois groupes:

  • Le Groupe 1 était constitué de vedettes-torpilleurs et de torpilleurs légers. Ils devaient à l'origine opérer des diversions et le débarquement de commandos français sur la rive nord de l'île. Leur objectif devait être les batteries de canons qui s'y trouvaient[3].
  • Le Groupe 2 serait composé de cinq Landing Craft Infantry[5] et de huit embarcations légères chacune remorquant un Landing Craft Assault[5]. Leur objectif était quatre plages sur la côte sud[3].
  • Le Groupe 3 comprenait le plus gros de la force, dans neuf Landing Craft Infantry, quatre Landing Ship Tank, trois vedettes à moteur pour remorquer les Landing Craft Support (de taille moyenne). Les débarquements principaux devaient avoir lieu sur deux plages baptisées Kodak Amber et Kodak Green à 4 heures du matin. Ils seraient suivis à 4 heures et demie par 28 autres Landing Craft Infantry et, après l'aube, de 40 Landing Craft Tank, transportant l'équipement le plus lourd[3].

Dans ses dernières instructions avant le débarquement, l'amiral Troubridge disait s'attendre à ce que les batteries sur le rivage fussent réduites au silence par les bombardements aériens et les commandos. Il ajoutait que la garnison se composait d'environ 800 hommes parmi lesquels on comptait beaucoup de Polonais et d'autres non-Allemands : ils ne devraient guère opposer une grande résistance[3].

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Dans la journée du 16 juin 1944, à 11 heures, les Commandos d'Afrique, à bord de LCI et LCT appareillent vers leur objectif, l'île d'Elbe. Après un débarquement très tôt dans la matinée du 17 juin 1944] est rapidement conquise et les troupes allemandes demandent l'autorisation d'évacuer l'île le 19 juin 1944.

La garnison allemande est attaquée et vaincue par les troupes françaises du général de Lattre de Tassigny venues de Bastia comprenant la presque totalité des effectifs de la 9e division d'infanterie coloniale, des Tabors marocains, des tirailleurs sénégalais et un groupe de commandos s'y illustrèrent. Les combats entre les troupes sénégalaises et les troupes allemandes furent durs, l'infanterie coloniale française (13e RTS) utilisa des lance-flammes pour déloger les combattants allemands.

Certains militaires se livrèrent à des exactions sur les habitants[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Tomblin 2004, p. 379
  2. a et b Bimberg 1999, p. 36
  3. a, b, c, d, e, f et g Tomblin 2004, p. 380
  4. Tomblin 2004, p. 382.
  5. a et b Les navires spéciaux du D-Day

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick de Gmeline, Commandos d’Afrique : De l’Île d’Elbe au Danube, Paris, Presses de la Cité, coll. « Troupes de choc »,‎ mars 1980, 335 p. (ISBN 2-258-00685-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Edward L. Bimberg, The Moroccan Goums : Tribal Warriors in a Modern War, Greenwood Publishing Group,‎ 1999 (ISBN 0-313-30913-2)
  • (en) Wesley Frank Craven, The Army Air Forces in World War II, DIANE Publishing,‎ 1983 (ISBN 0-912799-03-X)
  • (en) Jean de Lattre de Tassigny, The History of the French First Army, George Allen and Unwin Ltd.,‎ 1952
  • (en) Barbara Tomblin, With Utmost Spirit : Allied Naval Operations in the Mediterranean, 1942—1945, University Press of Kentucky,‎ 2004 (ISBN 0-8131-2338-0)
  • (en) Spencer Tucker, Who's Who in Twentieth Century Warfare, Routledge,‎ 2001 (ISBN 0-415-23497-2)