Fadak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Conquête de Fidak)
Aller à : navigation, rechercher

Fadak est une terre de Khaybar qui fut dévolue au prophète de l'islam Mahomet en l'an 7 de l'hégire, après la victoire des musulmans contre les juifs qui y vivaient. Les juifs cédèrent la moitié de leurs récoltes, et le Prophète réserva les dépenses pour sa famille. Ce qui restait était transféré au Trésor Public[1].

Après la mort du prophète Fatima va demander à Abu Bakr de lui donner Fadak en héritage. Abu Bakr n'accepta pas le témoignage de cette dernière. Il cita les paroles prophétiques suivantes « Nous [Prophètes] n'héritons pas, pas plus que nous ne laissons d'héritage. Ce que nous laissons est aumône» [2]. »

« Certes les savants sont les héritiers des prophètes. Les prophètes n'ont laissé comme héritage ni dinar ni dirham. Leur héritage est le savoir. Celui qui le prend aura pris un bien abondant. »[3]

Aïcha à rapporté que Fatima est colère contre Abu Bakr et elle n'adressa plus la parole à Abu Bakr jusqu'à sa mort. Mais beaucoup de oulémas pensent que Aïcha n'était pas au courant d'une réconciliation entre Fatima et Abu bakr. Un hadith rapporté par plusieurs imams et sa chaîne de transmission est jugée bonne (hassan) et les imams Ibn Kathir et Ibn Hajar juge qu'il s'agit d'un récit authentique[4],[5].

La conquête[modifier | modifier le code]

La conquête de Fadak [6],[7],[8] (ou Fidk), se déroula en mai 628, 2e mois de 7AH du calendrier Islamique[8],[9].

Les gens de Fadak se rendirent sans le moindre combat, et implorèrent pour un traité de paix en échange pour avoir abandonné la moitié de leurs terres et richesses à Mahomet[10].

Fadak devint la propriété privée de Mahomet (un Fai), puisqu’il n’eut aucun combattant musulman impliqué à Fadak avec qui partager le butin. Mahomet donna la richesse aux orphelins et l’utilisa également pour financer le mariage de jeunes hommes indigents[11],[12],[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Muhammad Hamidullah, "Le Prophète de l'Islam" Tome2, éd.El-Najah, 1998, p. 886
  2. Sahih Bukhari, English Version, Vol. 5, Book 59, Al Maghaazi, Hadith 546, narrated 'Aïcha.
  3. ce hadith est rapporté par les imams Abou Dawoud, At-Tirmidhi, Ibn Maja et le cheikh Mohammed Al-Albani le juge authentique (Sahih) dans sa correction de Sounan Abou Daoud
  4. http://www.chiite.fr/fadak.html
  5. Bayhaqi dans Sunan al Kubra (6:300-301) et Dala’il al-Nubuwwa (7:273-281) qui a dit  : “ La chaîne de transmission est bonne (hasan). ” Muhibb al Din al-Tabari le cite dans al Riyad Al Nadira (2:96-97 #534) et Dhahabi dans Siyar (Ibid). Ibn Kathir juge qu'il s'agit d'un récit Sahih dans son Al Bidayah et Ibn Hajar dans son Al-Fath'ul Bâri
  6. Helmut Gatje, The Qurʼān and its exegesis, Oneworld Publications,‎ 1996 (ISBN 978-1-85168-118-1, lire en ligne), p. 81 Note : L’auteur dit « comme la Conquête de Khaibar et Fadak », alors l’écrivain accepte le nom « Conquête de Fadak »
  7. Monique Bernards, Patronate and patronage in early and classical Islam, Brill,‎ 15 octobre 2005 (ISBN 978-90-04-14480-4, lire en ligne), p. 61 Note : voir la section des notes où l’écrivain dit « Kister (330) lia la conquête de Fadak au déclin du pouvoir des Juifs », alors l’écrivain accepte cet évènement comme la « Conquête de Fadak »
  8. a et b Shawqi Abu Khalil, Atlas of the Prophet's biography: places, nations, landmarks, Dar-us-Salam,‎ 1er mars 2004 (ISBN 978-9960-897-71-4, lire en ligne), p. 180
  9. Dr. Mosab Hawarey, The Journey of Prophecy; Days of Peace and War (Arabic), Islamic Book Trust,‎ 2010 (lire en ligne)Note : Le livre contient une liste des batailles de Mahomet en arabe, la traduction anglaise est disponible ici et les archives de la page
  10. When The Moon Split, By Safi ur Rahman Al Mubarakpuri, Pg 237
  11. Atlas of the Prophet's biography: places, nations, landmarks, By Shawqī Abū Khalīl, pg 180
  12. The Life of Muhammad, By Muhammad Husayn Haykal, Published: Islamic Book Trust, Pg 398
  13. The Origins of the Islamic State (Kitab Futuh Al-Buldan), By Abu Al-Abbas Ahmad Bin Jab Al-Baladhuri,Pg 50