Congrégation pour les Églises orientales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Congrégation pour les Églises orientales (en latin : Congregatio pro Ecclesiis Orientalibus) est l'une des neuf congrégations de la Curie romaine. Elle est compétente en tout ce qui concerne les Églises catholiques orientales. Elle a son siège au palais des "Convertendi". Une vingtaine de personnes y travaillent[1] ce qui la place au niveau de la Congrégation pour l'éducation catholique et au dernier rang des congrégations.

Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation, participe à la consécration épiscopale d'un évêque d'une Église orientale.

Historique[modifier | modifier le code]

Par la Constitution Apostolique Romani Pontifices du 6 janvier 1862, le pape Pie IX créé une section dédiée au Églises orientales au sein de la Congrégation De propaganda fide. Par le motu proprio Dei Providentis du 1er mai 1917, le pape Benoît XV rend autonome cette section sous le nom de Congrégation pour l’Église orientale pour "dissiper la crainte que ne fût pas accordée aux orientaux la considération qui leur est due par les Pontifes romains[2]". Par le motu proprio Sancta Dei Ecclesia du 25 mars 1938, le pape Pie XI étend les compétences de cette Congrégation.

Par la Constitution apostolique Regimini Ecclesiæ Universæ du 15 août 1967, le pape Paul VI lui donne son nom actuel de Congrégation pour les Églises orientales pour suivre le décret Orientalium Ecclesiarum du Concile Vatican II qui adoptait le pluriel. Ce décret affirme l'égale dignité des rites orientaux à côté du rite romain : "Ces Églises particulières, aussi bien d’Orient que d’Occident, diffèrent pour une part les unes des autres par leurs rites, c’est-à-dire leur liturgie, leur discipline ecclésiastique et leur patrimoine spirituel, mais elles sont toutes confiées de la même façon au gouvernement pastoral du Pontife romain. [...] Elles sont donc égales en dignité, de sorte qu’aucune d’entre elles ne l’emporte sur les autres en raison de son rite[3]." Par la Constitution apostolique Pastor Bonus du 29 juin 1988, le pape Jean-Paul II confirme les compétences de la Congrégation pour les Églises orientales[4].

Mission[modifier | modifier le code]

La Congrégation pour les Églises orientales exerce toutes les compétences dévolues à la Congrégation pour les évêques, à la Congrégation pour le Clergé, à la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique et à la Congrégation pour l'éducation catholique pour les Églises orientales. Elle a aussi autorité exclusive pour l'Albanie méridionale, la Bulgarie, Chypre, l'Égypte, l'Érythrée, l'Éthiopie du Nord, la Grèce, l'Irak, l'Iran, la Jordanie, le Liban, la Palestine, la Syrie et la Turquie.

Trois commissions d'experts sont rattachées à la Congrégation :

Pour aider financièrement les chrétiens d'Orient il existe la Réunion des Œuvres d’Aide aux Églises Orientales (ROACO), qui est présidée par le préfet de la Congrégation pour les Églises orientales et dont le vice-président est le secrétaire de même dicastère. Deux fois par an, la ROACO (Riunione Opere in Aiuto alle Chiese Orientali) rassemble une vingtaine d'organismes catholiques à Rome.

En visitant le siège de la Congrégation, le 9 juin 2007, le pape Benoît XVI a souligné l'importance des Églises orientales : "(Le pape) réaffirme la profonde considération envers les Églises orientales catholiques pour leur rôle singulier de témoins vivants des origines. Sans un rapport constant avec la tradition des origines, en effet, il n'y a pas d'avenir pour l’Église du Christ. Ce sont en particulier les Églises orientales qui conservent l'écho de la première annonce évangélique ; les plus antiques souvenirs des signes accomplis par le Seigneur; les premiers reflets de la lumière pascale et la réverbération du feu jamais éteint de la Pentecôte. Leur patrimoine spirituel enraciné dans l'enseignement des Apôtres et des Pères, a engendré de vénérables traditions liturgiques, théologiques et disciplinaires, en montrant la capacité de la "pensée du Christ" de féconder les cultures et l'histoire[5]."

Prélats supérieurs[modifier | modifier le code]

Préfet[modifier | modifier le code]

Depuis le 9 juin 2007, le préfet de la Congrégation pour les Églises orientales est le cardinal Leonardo Sandri.

Anciens préfets[modifier | modifier le code]

Secrétaires de la Sacrée Congrégation pour l’Église orientale[modifier | modifier le code]

Entre 1917 et 1967, le pape lui-même était préfet de cette Congrégation. Le plus haut responsable du dicastère portait alors le titre de secrétaire.

Secrétaire[modifier | modifier le code]

Depuis le 7 mai 2009, le secrétaire de la Congrégation pour les Églises orientales est Mgr Cyril Vasiľ (S.J.).

Anciens secrétaires :

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]