Congrégation de l'Oratoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir oratoire.
Emblème de l'Oratoire de Saint Philippe Néri

L'Oratoire de l'Amour Divin ou Confédération des oratoriens de Saint Philippe Néri (en latin Confoederatio Oratorii Sancti Philippi Nerii) est une société de vie apostolique catholique fondée à Rome par saint Philippe Néri au XVIe siècle. Le petit oratoire du fondateur, où se réunissait le groupe d'origine, avait donné son nom à la société. Elle fut érigée de manière canonique par le pape Grégoire XIII le , en tant que société de prêtres séculiers, sans vœux, mais vivant en commun, dans le but de travailler à la sanctification de ses membres et à celle de son prochain par la prédication et l'enseignement. Sa règle fut approuvée par Paul V en 1612.

Quelques oratoriens célèbres[modifier | modifier le code]

Philippe Neri, Cesare Baronio, Francesco Maria Tarugi, John Henry Newman, Joseph Vaz, Antoine Grassi, Frederick William Faber.

En France[modifier | modifier le code]

Après plusieurs fondations en France au début du XVIe siècle (Cotignac, Avignon, Carpentras, Hyères,…) et au XIXe par le P. Jourdan de la Passardière (1841-1913, oratorien de Rome, devenu ensuite évêque auxiliaire de Rouen), de nouvelles maisons de l'Oratoire St Philippe Néri (toutes maisons sui juris) ont été fondées. Ainsi à Nancy où la basilique Saint-Epvre de Nancy est desservie par les pères oratoriens, dont la Congrégation a été érigée par rescrit du Saint-Siège le 21 décembre 1995. La Congrégation de Dijon, fondation de celle de Nancy, a été érigée le 15 juillet 2011. La Congrégation de Hyères a été érigée le 26 mai 2012.

La société française de l'Oratoire de Jésus, une société distincte et indépendante de l'Oratoire de Saint Philippe Néri, fut fondée à Paris par le futur cardinal Pierre de Bérulle en 1611.

Article détaillé : Société de l'oratoire de Jésus.

La paroisse catholique de Saint-Eustache à Paris (Les Halles) est desservie par les « Pères Oratoriens » de l'Oratoire français.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le conventionnel régicide Joseph Fouché, futur ministre de Napoléon, fut un oratorien à l'Oratoire de France (non confirmé) avant la dissolution de l'ordre en 1792, de même que Joseph Le Bon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]