Congrégation de Windesheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

52° 27′ N 6° 08′ E / 52.45, 6.133 ()

L'ancienne brasserie est maintenant une église.

La Congrégation de Windesheim, ou chanoines réguliers de saint Augustin de et à Windesheim (Pays-Bas) a été fondée en 1386 par des disciples de Gérard Groote (1340-1384), diacre du diocèse d'Utrecht. Elle est située entre Zwolle et Deventer. Le prieur du couvent de Windesheim est le ministre général ou chef de la congrégation. Cette congrégation appartient au même mouvement spirituel que les Frères de la Vie commune, mais elle s'en distingue comme institution par un statut canonique différent. Ces fondations poursuivaient un but analogue : défendre le meilleur de l'acquis des ordres monastiques anciens en déclin, préserver l'application des constitutions de l'usure et du goût de la facilité, accorder une place prééminente à l'ascèse, à la prière, à la méditation et à la pénitence.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette importante congrégation fut fondée en 1386, après la mort de Gérard Groote, par quelques-uns des disciples[1].

En 1412, la congrégation de Groenendael fusionna avec celle de Windesheim.

En 1438, les chanoinesses du prieuré augustinien de Ter Cluysen s'affilièrent à la congrégation de Windesheim

En 1511, l'ordre monastique était à son apogée. À cette époque, il y avait une centaine[2] de monastères en Europe qui étaient devenus membres de la congrégation de Windesheim.

Les chanoines disparaissent à la suite de la Révolution française et de l'occupation française au début du XIXe siècle. La congrégation est reconstituée sous le pontificat de Pie XII, selon un vœu du pape, par l'abbé Carl Egger, latiniste officiel du Saint-Siège. Ses constitutions reçoivent l'approbation pontificale en 1961 sous le pontificat de Jean XXIII. Le premier prieuré est ouvert à Tor Lupara dans la périphérie de Rome le 25 mars 1963, jour de l'Annonciation, par l'abbé Egger.

La maison-généralice se trouve en Allemagne, au prieuré Saint-Michel de Paring, situé dans la commune de Langquaid, près de Ratisbonne.

La communauté compte une vingtaine de membres répartis dans trois maisons.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Rudolph Th. M. van Dijk, art. "Windesheim (chanoines réguliers de -; Frères de la Vie commune)", Dictionnaire de spiritualité, t. 16, Paris, 1994, col. 1457-1478.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Armes de Zwolle

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Congregations and Houses
  2. Les prieurés unis gagnèrent la protection constante de Rome, une vigueur et un attrait qui leur valut une expansion considérable.