Congrès socialiste (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Congrès du PS)
Aller à : navigation, rechercher
Dépouillement du vote des adhérents en vue du Congrès socialiste de 2008

Le congrès est la plus haute instance de la Section française de l'Internationale ouvrière de 1905 à 1969 puis du Parti socialiste depuis 1969. Le rôle du congrès est de fixer la ligne politique du parti et d'élire sa direction.

Certains congrès ont marqué profondément les socialistes français :

Section française de l'Internationale ouvrière (1905-1969)[modifier | modifier le code]

Année Lieu Notes
1er 1905 Le Globe « Congrès de l'unité » : fondation de la SFIO par la fusion du Parti socialiste français de Jean Jaurès et du Parti socialiste de France de Jules Guesde
2e 1905 Chalon-sur-Saône
3e 1906 Limoges
4e 1907 Nancy
5e 1908 Toulouse
6e 1909 Saint-Étienne
7e 1910 Nîmes
Paris Seconde session du 7e congrès
8e 1911 Saint-Quentin-en-Yvelines
Paris Seconde session du 8e congrès
9e 1912 Lyon
Paris Seconde session du 9e congrès
10e 1913 Brest
11e 1914 Amiens
Paris Seconde session du 11e congrès
12e 1915 Paris
13e 1916 Paris
14e 1917 Bordeaux
15e 1918 Paris
Paris Seconde session du 15e congrès
16e 1919 Paris
17e 1920 Strasbourg La SFIO se retire de la Deuxième Internationale, sans toutefois adhérer à la Troisième Internationale.
18e 1920 Tours La majorité rejoint l'Internationale communiste et créent la Section française de l'Internationale communiste (SFIC) alors que les minoritaires maintiennent la « Vieille maison » SFIO autour de Léon Blum
19e 1921 Paris
20e 1923 Lille
21e 1924 Marseille
22e 1925 Grenoble
23e 1926 Clermont-Ferrand
24e 1927 Lyon
25e 1928 Toulouse
26e 1929 Nancy
1930 Paris Seconde session du 26e congrès
27e 1930 Bordeaux
1931 Paris Seconde session du 28e congrès
29e 1932 Paris
Avignon Seconde session du 29e congrès
30e 1933 Paris
31e 1934 Toulouse
32e 1935 Mulhouse
Limoges Seconde session du 32e congrès
1936 Boulogne-Billancourt Troisième session du 32e congrès
33e 1936 Paris
34e 1937 Marseille
35e 1938 Royan
Montrouge Seconde session du 35e congrès
36e 1939 Nantes
* 1944 Paris Congrès national extraordinaire des cadres des fédérations socialistes reconstituées dans la Résistance
37e 1944 Paris
38e 1946 Paris Guy Mollet met en minorité la direction sortante de Daniel Meyer et Léon Blum.
39e 1947 Lyon
40e 1948 Paris
41e 1949 Paris
Paris Seconde session du 41e congrès
42e 1950 Paris
43e 1951 Paris
Paris Seconde session du 43e congrès
44e 1952 Montrouge
45e 1953 Asnières
Puteaux Seconde session du 45e congrès
46e 1954 Asnières
Suresnes Seconde session du 46e congrès
1955 Puteaux Troisième session du 46e congrès
47e 1955 Asnières
48e 1956 Lille
49e 1957 Toulouse
50e 1958 Issy-les-Moulineaux
51e 1959 Puteaux
52e 1960 Issy-les-Moulineaux
Paris Seconde session du 52e congrès
53e 1961 Issy-les-Moulineaux
1962 Paris Seconde session du 53e congrès
54e 1963 Issy-les-Moulineaux
1964 Paris Seconde session du 54e congrès
55e 1965 Clichy
Paris Seconde session du 55e congrès
1966 Paris Troisième session du 55e congrès
56e 1967 Suresnes
1968 Paris Seconde session du 56e congrès
Puteaux Troisième session du 56e congrès

Parti socialiste (depuis 1969)[modifier | modifier le code]

Organisation du congrès[modifier | modifier le code]

Depuis 2010[1], un congrès est organisé dans les six mois qui suivent une élection présidentielle et à mi-mandat du quinquennat (auparavant un congrès avait lieu tous les trois ans). Un congrès extraordinaire peut être convoqué à tout moment.

Le congrès s'organisent autour de plusieurs textes d'orientation déposés par les différentes sensibilités du parti. Tout d'abord des contributions puis des motions constitutives des courants du PS. Un conseil national du parti, dit « de synthèse », se réunit dans l'objectif de mettre à plat les différences et d'arriver à une motion unique. Si plusieurs motions se maintiennent, celles-ci sont soumises au vote des adhérents du parti.

Dans chaque section, les adhérents vote pour la motion de leur choix à bulletin secret : ce vote détermine à la proportionnelle la représentation de chacun des courants dans toutes les instances du parti : section locale, fédération départementale, délégués au congrès, conseil national, bureau national. Cette répartition à la proportionnelle, atypique dans les partis socialistes et sociaux-démocrates, est issue de l'histoire du parti, fusion de différentes organisations en 1969.

Lors de la réunion du congrès national, une synthèse entre les différentes motions peut avoir lieu afin de dégager une majorité : synthèse générale si toutes les motions y participent, synthèse partielle si seulement une partie d'entre elle en font partie. Après le congrès, la composition du secrétariat national, l'exécutif du parti, est proposé par le premier secrétaire : le secrétariat national est issu de la motion ou de la synthèse majoritaire et n'est pas tenue par la règle de la représentation proportionnelle.

Le mode d'élection du premier secrétaire a varié au cours du temps. Jusqu'en 1995, le premier secrétaire était élu après le congrès par le comité directeur. Après 1995, le premier secrétaire est élu par les adhérents au suffrage uninominal à deux tours quelques jours après le congrès. À partir de 2012, l'élection se fera avant le congrès et le vote est couplé avec celui sur les motions : les premiers signataires des deux motions arrivées en tête sont candidats pour l'élection du premier secrétaire.

Liste des congrès[modifier | modifier le code]

Année Lieu Premier-e secrétaire élu-e Notes
* Mai 1969 Alfortville Alain Savary Congrès fondateur du Nouveau Parti socialiste. Gaston Defferre est désigné candidat pour l'élection présidentielle de 1969.
57e Juil. 1969 Issy-les-Moulineaux Alain Savary La SFIO se fond dans le Parti socialiste.
58e 1971 Épinay François Mitterrand « Congrès d'unification des socialistes ». Adoption du mode de désignation proportionnel pour les instances du parti.
59e 1973 Grenoble François Mitterrand
60e 1975 Pau François Mitterrand Le PS se dit prêt à appliquer seul le programme commun dans le cas d'une rupture de l'union de la gauche par le PCF.
61e 1977 Nantes François Mitterrand
62e 1979 Metz François Mitterrand
* Jan. 1981 Créteil Lionel Jospin Congrès extraordinaire. François Mitterrand est désigné candidat pour l'élection présidentielle de 1981.
63e Oct. 1981 Valence Lionel Jospin
64e 1983 Bourg-en-Bresse Lionel Jospin
65e 1985 Toulouse Lionel Jospin
66e 1987 Lille Lionel Jospin
67e 1990 Rennes Pierre Mauroy Affrontement entre Lionel Jospin et Laurent Fabius. Aucune majorité ne parvient à se former.
68e 1991 L'Arche Laurent Fabius Motion unique.
* 1992 Bordeaux Pas de vote sur les motions.
69e 1993 Le Bourget Michel Rocard
70e 1994 Liévin Henri Emmanuelli
71e 1997 Brest François Hollande
72e 2000 Grenoble François Hollande
73e 2003 Dijon François Hollande
74e 2005 Le Mans François Hollande Synthèse générale.
75e 2008 Reims Martine Aubry Affrontement entre Ségolène Royal, Bertrand Delanoë, Martine Aubry et Benoît Hamon. Aucune majorité ne parvient à se former.
76e 2012 Toulouse Harlem Désir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]