Congrès celtique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Congrès celtique (Celtic Congress) est une organisation culturelle qui a pour but promouvoir les langues celtiques des nations : l'Irlande, l'Écosse, le pays de Galles, la Bretagne, les Cornouailles et l'île de Man. Il est juridiquement né en 1920, mais il est héritier d'une histoire remontant au XIXe siècle, celle du mouvement des idées panceltiques ou interceltiques.
Le Congrès celtique, qui se veut apolitique, ne doit pas être confondu avec une organisation similaire, la Ligue Celtique dont les buts sont clairement politiques.

Objectifs et organisation[modifier | modifier le code]

L'objet indiqué dans ses statuts (en : constitutions) de 1949, amendés en 1994, est « … perpétuer la culture, les idéaux, et les langues des peuples celtiques, et (de) maintenir un contact intellectuel et étroit, (ainsi que) la collaboration entre les communautés celtiques respectives ».
En hommage à l'Eire, le congrès de 1949 a décidé que la langue de référence pour les statuts est l'irlandais.

Les six sections nationales (national branches) sont gérées de manière autonome, mais reconnaissent l'autorité du comité international composé d'un président, d'un vice-président, d'un secrétaire et d'un trésorier. Leurs statuts doivent être approuvés par le comité international.

L'essentiel de l'activité consiste en l'organisation de "congrès celtiques internationaux" annuels et qui se tiennent, dans la mesure du possible, successivement dans chacun des 6 pays concernés.
L'organisation et le financement sont assurés exclusivement par la section qui accueille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Congrès celtique est l'héritier moral de l’Association celtique (1901) et du Congrès pan-celtique qui avaient le même objectif de réunir les représentants des peuples celtes pour la promotion de leurs langues et de leurs cultures.
Le premier congrès celtique a été celui de Saint-Brieuc en 1867 et la pareille fut rendue en 1879, à l’Eisteddfod de Cardiff, auquel vint une délégation de Bretons.
De manière plus organisée, l'Association celtique, basée près de Dublin, invite dans cette ville des personnes de Galles, Écosse et Bretagne en 1901 et réitère l'organisation d'un congrès celtique en 1904, 1906 et 1907.
Le relais est pris par une première Union celtique basée en Belgique et qui organise des congrès pan-celtiques à Namur et à Louvain.

Un parlementaire et industriel gallois, Edward T. John crée une deuxième Union celtique avec l'appui logistique de l'Union des Sociétés galloises qu'il préside.
En 1917, un congrès celtique est convoqué à Birkenhead, à l'occasion de l'Eisteddfod et il est le premier d'une série inimterrompue, sauf lors de la guerre de 1939-1945.
En 1920, une organisation dénommée "Congrès celtique" se détache de l'Union celtique et ses premiers statuts sont adoptés à Édimbourg en 1920. La Cornouailles britannique y est alors admise, mais la demande de participation de la Galice exprimée en 1933 sera rejetée.

Le Congrès celtique est resté constamment une organisation apolitique, bien que dans les années 1920, le National Party of Scotland (le précurseur du moderne Scottish National Party) ait cherché à accentuer sa participation, et que le nationaliste irlandais, Éamon de Valera fut pressenti pour être le directeur du congrès dans les années 1930.

Liste des congrès organisés par le Congrès celtique[1][modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Liste sur le site du Comité international du Congrès celtique (en anglais)
  2. Il est cependant mentionné, ainsi que la désapprobation, dans la liste officielle des congrès sur le site Internet du Comité international.