Syndrome confusionnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Confusion mentale)
Aller à : navigation, rechercher
Syndrome confusionnel
Classification et ressources externes
CIM-10 F05
CIM-9 293.0
DiseasesDB 29284
MedlinePlus 000740
eMedicine med/3006 
MeSH D003693
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le syndrome confusionnel, confusion mentale ou « état confusionnel », comprend un ensemble de troubles des fonctions supérieures, et correspond à une atteinte aiguë et globale des fonctions mentales, se caractérisant essentiellement par un trouble de la conscience. Lorsqu'un onirisme peut lui être associé, on parle alors de syndrome confuso-onirique. (dans les pays anglophones il peut encore être appelé « encéphalopathie métabolique » ou « delirium ».

Aspects historiques[modifier | modifier le code]

Le terme de « confusion mentale » a été employé pour la première fois à la fin du XIXe siècle par un psychiatre français, Philippe Chaslin (1895), qui le définissait comme « une affection aiguë constituée par une forme d'affaiblissement et de dissociation intellectuels, qui peut être accompagnée ou non de délire, d'agitation ou d'inertie ».

Description[modifier | modifier le code]

Le syndrome confusionnel s'installe le plus souvent en quelques jours. Le début est marqué par l'apparition d'un trouble comportemental traduisant une rupture avec l'état antérieur ; le patient est envahi d'un sentiment d'étrangeté, d'une perplexité anxieuse, devient irritable et insomniaque.

À la phase d'état, les éléments essentiels sont représentés par l'association d'un trouble de la vigilance, de troubles perceptifs, d'une désorientation temporo-spatiale et d'une altération globale des fonctions cognitives. Le patient est incapable d'appréhender pleinement l'environnement (obnubilation) ; les troubles de l'attention lui interdisent d'intégrer correctement les perceptions sensorielles ; il en résulte distorsion et obscurcissement de la réalité, avec apparition de productions délirantes à type d'illusions ou d'hallucinations (le plus souvent visuelles, parfois auditives) et d'un vécu onirique. Le sujet adhère totalement à cette production mal systématisée, intense et génératrice d'anxiété et de peur.

Des comportements inadaptés, voire dangereux pour le patient et son entourage peuvent en résulter. La présentation est toujours incohérente et le comportement inadapté ; le patient peut être prostré, hébété, apathique, aboulique, somnolent lors de l'examen, indifférent vis-à-vis de son état ou de son entourage, ou au contraire agité, anxieux, hyperkinétique, logorrhéique. Ces troubles comportementaux sont très variables et sont en général majorés en période nocturne.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Les critères diagnostiques sont les suivants :

  • diminution de la capacité à maintenir l'attention envers les stimulations externes : par exemple, les questions doivent être répétées, car l'attention ne se fixe pas. Diminution également de la capacité à s'intéresser de façon appropriée à de nouvelles stimulations externes : le patient persévère à répondre à une question posée antérieurement ;
  • désorganisation de la pensée, comme le montrent des propos décousus, inappropriés ou incohérents ;
  • au moins deux des manifestations suivantes :
    • obnubilation de la conscience, par exemple difficultés à rester éveillé pendant l'examen,
    • anomalies de la perception : erreurs d'interprétations, illusions ou hallucinations,
    • perturbation du rythme veille sommeil, avec insomnie ou somnolence diurne,
    • augmentation ou diminution de l'activité psychomotrice,
    • désorientation temporo-spatiale, non reconnaissance des personnes de l'entourage,
    • troubles mnésiques, par exemple impossibilité de retenir des éléments nouveaux comme une liste de plusieurs objets sans liens entre eux énoncés 5 minutes avant ou de se souvenir des faits passés, comme ceux caractérisant l'épisode pathologique en cours.

Causes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Métabolique[modifier | modifier le code]

Anomalie du ionogramme (déshydratation, hyperhydratation), du bilan hépatique, hypoglycémie.

Infection[modifier | modifier le code]

Surtout infection urinaire (pyélonéphrite) et infection pulmonaire(pneumopathie). Il faut toujours évoquer de principe une méningite devant une confusion fébrile en l'absence d'autre cause retrouvée.

Iatrogène[modifier | modifier le code]

Surdosage en médicaments, interactions médicamenteuses, prise de toxiques (drogues, plantes, intoxication médicamenteuse volontaire).

Douleur[modifier | modifier le code]

globe urinaire, fécalome.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

  • Démence
  • État de mal épileptique

Traitement et prise en charge[modifier | modifier le code]

Lors d'une confusion mentale, l'hospitalisation est souvent nécessaire[1],[2],[3].

  • Traitement symptomatique qui correspond à l'installation du patient en chambre isolée et bien éclairée. Il ne faut pas oublier de prévenir le risque de fugues et d'aménager la chambre en y incorporant des repères personnels (type photos... ) ;
  • Traitement de la cause, étant donné que la confusion mentale a généralement une origine non psychiatrique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]