Conflit de Caprivi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conflit de Caprivi
Escorte militaire à travers la Bande de Caprivi
Escorte militaire à travers la Bande de Caprivi
Informations générales
Date 1994-1999
Lieu bande de Caprivi
Issue Victoire du gouvernement namibien
Belligérants
Drapeau de la Namibie Namibie Caprivi Liberation Army
Commandants
Mishake Muyongo

Le conflit de Caprivi est un conflit armé qui opposa le gouvernement namibien au Caprivi Liberation Army, un groupe de rebelles voulant l'indépendance de la bande de Caprivi[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

La bande de Caprivi est située au nord-est de la Namibie et est principalement habitée par les Lozis. Les pays limitrophes que sont la Zambie, l'Angola et le Botswana sont également habités par le même peuple.

Le gouvernement namibien accuse le groupe séparatiste CLA d'être un allié du mouvement rebelle angolais UNITA. Ce dernier est très impopulaire en Namibie, car il a aidé l'Afrique du Sud à combattre la SWAPO lors de la guerre civile angolaise et est donc considéré comme un ennemi d'État[2].

Une des causes du conflit est surement une ancienne lutte de pouvoir entre Mishake Muyongo, le meneur du CLA, et les dirigeant du Swapo durant son exil en Angola. En juillet 1980, Muyongo est évincé du poste de vice-président du Swapo au prétexte d'être impliqué dans des activités illégales et d'être en faveur de l'indépendance de la région. Il est donc détenu en Zambie et en Tanzanie. Une purge contre les habitants de la Caprivi est également effectuée par le Swapo[3].

Après son retour en Namibie en 1985 Muyongo forme le United Democratic Party (UDP, parti démocratique uni) qui rejoint l'Alliance démocratique de la Turnhalle (DTA). Il est le président de la DTA de 1991 à 1998, quand il est exclu à cause de son soutien aux séparatistes[4].

Déroulement du conflit[modifier | modifier le code]

La Caprivi Liberation Army est formée en 1994. Son but est l'indépendance de la bande de Caprivi.

En octobre 1998, la force de défense namibienne avec le soutien des Special Field Force (en) découvrent et attaque un camp d'entraînement de la CLA. Plus de 100 membres armés de la CLA et 2 500 civils fuient en direction du Botswana. Parmi les réfugiés, on retrouve les meneurs de la CLA, à savoir Mishake Muyongo et Mafwe Chief Boniface Mamili. Les deux se voient garantir le droit d'asile au Danemark. La Namibie demande alors en vain le rapatriement des rebelles. Le président Nujoma déclare que les rebelles sont des « traîtres et des meurtriers » et demande qu'ils soient punis pour leurs crimes[5].

Le 2 août 1999 la CLA lance une attaque surprise contre une base de l'armée, un poste de frontière et le poste de police de Katima Mulilo, le chef-lieu de la région de Caprivi. Elle occupe aussi la radio d'État locale. Les combats font 14 morts. L'état d'urgence est déclarée par dans la province, le gouvernement arrête tous les partisans de la CLA[6] Mishake Muyongo déclare alors que la rébellion est juste à son commencement. Cependant la réaction du gouvernement met rapidement fin aux combats.

Les droits de l'homme ont été violés à de nombreuses reprises durant le conflit. À la fois les forces angolaises, namibiennes et l'UNITA sont accusés de telles violations dans la bande de Caprivi.

Suites[modifier | modifier le code]

En 1999, 132 participants supposés sont arrêtés et poursuivis pour haute trahison, meurtre ainsi que toutes une listes de délits divers. Le tribunal exceptionnel créé pour l'occasion n'a en 2010, toujours pas délivré sa sentence. Amnesty International a à de multiples reprises manifesté sont désaccord avec cette situation[7].

Le 7 octobre 2002, la nation Itengese[Quoi ?] coupe ses liens avec la Namibie et se déclare indépendante[8]. Cette nation n'est cependant pas reconnu par les autres gouvernements.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Caprivi Liberation Front » (consulté le 7 novembre 2012)
  2. (en) Colin Leys et John S. Saul, « Liberation without Democracy? The Swapo Crisis of 1976 », Journal of Southern African Studies, no 20,‎ 1994
  3. (de) Justine Hunter, Die Politik der Erinnerung und des Vergessens in Namibia, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang,‎ 2008
  4. (en) Graham Hopwood, Guide to Namibian Politics, Windhoek (NID),‎ 2008, p. 214-215
  5. (en) « Namibia calls on Botswana to hand over rebels », BBC,‎ 8 novembre 1998 (consulté le 7 novembre 2012)
  6. (en) Guy Lamb, « Civil supremacy of the military in Namibia: A retrospective case study », NamibWeb,‎ octobre 1999 (consulté le 7 novembre 2012)
  7. (en) « Namibia: Justice delayed is justice denied. The Caprivi treason trial », Amnesty International (consulté le 7 novembre 2012)
  8. (en) « Caprivi Liberation Front/Caprivi Liberation Movement », Global Security (consulté le 2009-06-19)