Configuration absolue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
R S configuration.png

En stéréochimie, la configuration absolue est l'arrangement spatial des atomes d'une molécule chirale ainsi que sa description stéréochimique[1] (par exemple, R, S…). En cristallographie, la configuration absolue est une notion importante dans la détermination de structures non centrosymmétriques.

Dès 1949, Johannes Martin Bijvoet a utilisé pour la première fois en diffraction de rayons X la diffusion anomale afin de déterminer la configuration absolue de molécules[2],[3]. Cette technique, qui est devenue la principale méthode de détermination de la configuration absolue, est appelée diffusion inélastique résonante de rayons X (en).

Avant la publication de Bijvoet, il n'était pas possible d'obtenir la configuration absolue de composés chiraux[4]. Par exemple, il a été longtemps supposé que le D-glycéraldéhyde (+) est l'énantiomère R. La configuration d'autres composés chiraux était alors déduite de celle du D-glycéraldéhyde par des séquences de réactions chimiques (voir figure ci-dessous). Le D-glycéraldéhyde (1) était relié à l'acide glycérique (-) par oxydation avec l'oxyde de mercure (2), qui lui-même était relié à l'isosérine (+) par oxydation avec l'acide nitrique (3), au bromide (4) et à l'acide lactique (-) par réduction avec le zinc (5). Comme ces transformations chimiques ne changent pas l'asymétrie de l'atome de carbone, cette séquence démontrait que l'acide lactique (-) était aussi un énantiomère R. Les travaux de Bijvoet[3] sur la configuration absolue d'un tartrate de sodium et rubidium (+) ont permis de montrer que la supposition pour le glycéraldéhyde (+) était correcte.

Relative absolute configuration.svg

Lorsque sa configuration absolue est connue, le stéréoisomère est nommé selon la nomenclature Cahn-Ingold-Prelog.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Absolute configuration », IUPAC, Compendium of Chemical Terminology (« Gold Book »), 2e éd. (1997). Version corrigée en ligne:  (2006-).
  2. (en) Johannes Martin Bijvoet, « Phase determination in direct Fourier synthesis of crystal structures », Proc. K. Ned. Akad. Wet. B, vol. 52,‎ 1949, p. 313-314 (lire en ligne)
  3. a et b (en) Johannes Martin Bijvoet, A.F. Peerdeman et A.J. van Bommel, « Determination of the Absolute Configuration of Optically Active Compounds by Means of X-Rays », Nature, vol. 168,‎ 1951, p. 271-272 (DOI 10.1038/168271a0)
  4. (en) Paula Y. Bruice, Organic Chemistry, Prentice Hall International,‎ 2003, 4e éd. (ISBN 978-0131407480)