Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo CPCCAF

La Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones, ou CPCCAF, est un réseau solidaire de coopération économique et institutionnelle au service du secteur privé africain et francophone.

Un acteur de la coopération économique africaine et francophone[modifier | modifier le code]

La CPCCAF a été créée en 1973 à l'initiative des présidents Georges Pompidou, Léopold Sédar Senghor et Félix Houphouët-Boigny, pour maintenir des liens de coopération économique et institutionnelle entre la France, les pays d'Afrique francophone et Madagascar. Exclusivement centrée sur les relations entre la France, l'Afrique subsaharienne et Madagascar, la CPCCAF a accompagné la mondialisation des échanges en s'ouvrant ensuite plus largement au Maghreb et au monde de l'hémisphère nord.

« La création d’une conférence permanente des compagnies consulaires africaines, malgaches et françaises pourraient ouvrir la voie à des échanges entre les États africains, comme entre ceux-ci et la France, aboutissant à la mise en place d’établissements de formation capables de favoriser l’accès de nos élites aux postes-clés de l’économie. » Léopold Sedar Senghor, président de la République du Sénégal, 10-11 mai 1973 à Dakar.

Aujourd'hui, la CPCCAF compte :

Missions de la CPCCAF[modifier | modifier le code]

L'appui au secteur privé des économies des pays en développement est aujourd'hui une préoccupation internationale majeure. Depuis sa création, la CPCCAF, par l'intermédiaire des chambres consulaires qui la compose, se veut un promoteur et un acteur de cette approche du développement qui favorise les activités des entreprises en Afrique pour catalyser l'investissement privé et favoriser localement la création d'emploi et la croissance. Dans cette perspective, la vocation première de la CPCCAF est de susciter et d’organiser entre les organisations consulaires représentatives du secteur privé des pays membres, une coopération bilatérale ou multilatérale dans tous les domaines liés au développement du monde entrepreneurial :

  • la formation professionnelle et technique ;
  • l’appui aux entreprises : conseils, création, reprise et transmission ;
  • la promotion des échanges en général ;
  • l’information économique ;
  • la représentation vis-à-vis des instances politiques et bailleurs de fonds ;
  • la création et la gestion des équipements publics et para-publics nécessaires à l’activité économique, comme les ports ou parcs d’exposition.

Objectifs de la CPCCAF[modifier | modifier le code]

  1. Renforcer les capacités des chambres de commerce, d’agriculture et d’artisanat africaines afin qu’elles jouent au mieux leur rôle d’intermédiaire, d’accompagnateur et d’appui des entreprises locales.
  2. Favoriser les occasions d’échanges et de rencontres pour permettre l’établissement de partenariats économiques et commerciaux entre les entreprises issues des ressorts territoriaux des chambres consulaires.
  3. Représenter les intérêts du secteur privé africain auprès des institutions nationales, régionales et internationales.

Par ailleurs, en contribuant au développement du secteur privé africain, la CPCCAF s’inscrit parfaitement dans les axes des Objectifs du millénaire pour le développement fixés à Cotonou en 2000.

La CPPCAF en chiffres[modifier | modifier le code]

  • 54 membres de plein droit
  • 5 membres associés
  • 30 pays couverts par le réseau, dont 26 africains sur les 53 du continent
  • 568 organisations intermédiaires représentées au travers du réseau
  • 224 projets développés entre 1986 et 2010
  • 3 M€ de subventions gérés depuis 1986 pour 7,5 M€ de projets réalisés

Liens externes[modifier | modifier le code]