Conférence de Nyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La conférence de Nyon, qui s'est tenue en septembre 1937 à Nyon en Suisse, concernait la piraterie internationale en mer Méditerranée. Bien que l'accord final de la conférence n'accuse pas directement l'Italie, la conférence a été convoquée en partie parce que ce pays avait mené une guerre sous-marine à outrance, en particulier destinée à faire pression sur la politique de « non-intervention » dans la guerre d'Espagne de certaines nations, notamment le Royaume-Uni et la France. Cela constituait donc des actes de piraterie car l'Italie n'était pas officiellement en guerre et n'identifiait pas ses sous-marins.

Le Royaume-Uni et la France animèrent la conférence qui a été également était suivie par des représentants de la Bulgarie, de l'Égypte, de la Grèce, de Roumanie, de Turquie, d'Union des républiques socialistes soviétiques et de Yougoslavie.

Le premier accord, signé le 14 septembre 1937, comportait des plans pour contre-attaquer ces sous-marins pirates. Des patrouilles navales ont été mises en place : le Royaume-Uni et la France patrouillant dans l'ensemble de la mer Méditerranée, notamment à l'ouest, et les autres signataires patrouillant dans leurs propres eaux. L'Italie était autorisée à adhérer à l'accord à patrouiller en mer Tyrrhénienne si elle le souhaitait. Trois jours plus tard, un second accord a suivi, avec l'application de dispositions similaires pour les navires de surface.

Notes et références[modifier | modifier le code]