Conduit (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conduit.

Dans la musique médiévale, le conduit est un chant latin, sur un texte à caractère généralement paraliturgique, ou simplement moralisateur. Il s'agit en fait d'un chant de « conduite », essentiellement en vogue aux XIIe et XIIIe siècles. Les musiciens de l'École de Notre-Dame (Léonin, Pérotin, etc...) ont écrit un certain nombre de conduits.

Technique[modifier | modifier le code]

Le conduit peut être écrit à une ou plusieurs voix. Dans cette seconde hypothèse, il s'apparente à l'organum parallèle ou au déchant, mais il se distingue de ces deux procédés par sa mélodie principale — vox principalis, ou cantus firmus, ou ténor — qui est presque toujours une composition originale aussi bien du point de vue de la musique que de celui du texte latin, tandis que l'organum et le déchant reposent sur l'amplification d'une mélodie préexistante, tirée du plain-chant. La musique du conduit est dite homophone, c'est-à-dire que les différentes voix ont le même texte et le même rythme, note contre note.

Avec le déchant, le conduit constitue un premier pas vers une plus grande inventivité, et permet au musicien de se démarquer un peu du conservatisme du répertoire liturgique traditionnel — le chant grégorien — qui n'autorisait aucune créativité musicale. Au XIIIe siècle, le conduit utilise le procédé de l'organum fleuri : de cette combinaison, naît un nouveau genre, le motet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]