Condate Riedonum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Condate Redonum)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condate.
Condate Riedonum
Condate
Stèle de 135 ap. J.-C. évoquant Titus Flavius Postuminus (musée de Bretagne).
Stèle de 135 ap. J.-C. évoquant Titus Flavius Postuminus (musée de Bretagne).
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Type Ville
Coordonnées 48° 06′ 42″ N 1° 41′ 03″ O / 48.111572, -1.68414848° 06′ 42″ Nord 1° 41′ 03″ Ouest / 48.111572, -1.684148  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Condate Riedonum
Condate Riedonum
Époque Empire romain

Condate Riedonum est le nom gallo-romain de l’actuelle Rennes. Elle était la principale ville et la capitale de la civitas Riedonum.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Condate est un toponyme d'origine gauloise désignant une confluence. Ce nom était utilisé seul à l’époque gauloise. De nombreuses autres villes ont porté le nom de Condate.

Riedonum vient du peuple des Riedones dont Condate était la capitale. Cet épithète n’est utilisé qu’après la conquête romaine. Les attestations de l’époque gallo-romaine utilisent toutes la graphie Riedonum avec un « i ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Peu de choses sont connues sur Condate avant l’arrivée des Romains. Quelques enclos ont été découverts (en 1993 à Beaurade ou en 2004 au collège de l’Adoration) mais l’existence d’une véritable agglomération reste incertaine.

Fouilles[modifier | modifier le code]

Il y a eu de nombreuses fouilles, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. Celles-ci sont surtout concentrées dans le quartier Centre.

Des découvertes importantes ont été faites lors de construction des quais de la Vilaine ou lors du creusement du métro. Des fouilles préventives ont eu lieu sur plusieurs sites (par ordre chronologique) :

  • le site situé rue de Dinan comprenant le collège Échange et l’église du Théâtre du Vieux Saint-Étienne en 1977 où a été trouvé un établissement thermal[1] ;
  • place Hoche (construction du parking souterrain) ;
  • la Visitation (construction d’un centre commercial en 2004)[2] ;
Fondation du temple dans la cour nord du couvent des Jacobins.
  • le couvent des Jacobins, fouillé de décembre 2011 à la mi-2014 d’abord dans le cloître et les cours extérieures puis à l'intérieur des bâtiments[3], ces fouilles ont notamment montré l’évolution et les remaniements des voies et bâtiments et ont mis au jour un temple quadrangulaire de 9 mètres de côté. Un plafond peint antique effondré a également été trouvé.
  • etc.

En 1847, Adolphe Toulmouche écrit l’Histoire archéologique de l’époque gallo-romaine de la ville de Rennes[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sanquer 1981, p. 304-306
  2. La visitation, un quartier de la ville antique de Rennes sur le site de l’Inrap, juillet/octobre 2009.
  3. Couvent des Jacobins, code opération : DB05019102 sur le site de l’Inrap, vendredi 19 octobre 2012.
  4. Disponible en ligne sur Wikisource : Histoire archéologique de l’époque gallo-romaine de la ville de Rennes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Sanquer, « Circonscription de Bretagne », Gallia, vol. 39, no 2,‎ 1981, p. 299-331
  • Anne-Marie Rouanet-Lisenfelt, André Chastagnol, Patrick Galliou, Loïc Langouët et Pascal Aumasson, La civilisation des Riedones, Brest, coll. « 2e supplément à « Archéologie en Bretagne » »,‎ 1980, 297 p. (ISBN 2-903399-01-8)
    Texte issu d’un mémoire de DES présenté à l’Université de Rennes.