Concours Lépine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lépine.
Concours Lépine
Image associée à la récompense
Logo du concours

Foire de Paris
Nom original Exposition des jouets et articles de Paris
Prix remis * médailles d'or, d'argent, de bronze
  • prix du Président de la République
Description concours d'inventions
Organisateur Association des inventeurs et fabricants français
Pays Drapeau de la France France
Date de création 1901
Site officiel concours-lepine.com

Le Concours Lépine est un concours français d'inventions créé en 1901 par Louis Lépine (1846-1933), alors préfet de police de l'ancien département de la Seine[1].

La manifestation porte en 1901 le nom d'« exposition des jouets et articles de Paris », elle est rebaptisée « concours Lépine » dès 1902[1].

Plusieurs inventions célèbres y ont été primées, on peut notamment citer l'aspirateur Birum en 1907, le moulin à légume manuel en 1931 à l'origine du succès de l'entreprise Moulinex[2], le jeu du Le Cochon qui rit (1934), le stylo à bille, le moteur à deux temps, le fer à repasser à vapeur, l'hélice à pas variable et les lentilles de contact[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis Lépine, créateur du concours
Affiche pour le 14e concours Lépine au Grand Palais d'Antin du 28 août au 4 octobre 1910[4]
Les stands du Concours Lépine au Grand Palais en 1912

En 1900, les petits fabricants de jouets et d'articles de Paris, pourtant réputés internationalement pour leur qualité et leur inventivité, souffrent de la concurrence étrangère, notamment allemande[2]. Cet « artisanat en chambre » se concentre essentiellement dans le quartier du Temple et ses fabricants indépendants se mettent alors à vendre à la sauvette différentes babioles dans les quartiers fréquentés de Paris, concurrençant les boutiquiers et provoquant l'intervention croissante des hirondelles, les agents de police en bicyclette de marque Hirondelle récemment créées par le préfet Louis Lépine[5].

Émile Laurent, préfet hors cadre, adjoint de Lépine et secrétaire général de la préfecture de police, est ainsi alerté par les troubles à l'ordre public de ces petits fabricants et met au courant son supérieur de leur marasme. Le préfet, plutôt que de multiplier les rondes de police, met en place en 1901 un concours-exposition de jouets et de bibelots pour mieux faire découvrir leur travail et par contre-coup réglementer le commerce de rue. Il en rédige le règlement[6], fait passer des annonces dans la presse et publie des affiches pour attirer de nombreux candidats en octobre 1901, en vain[5].

Émile Laurent a l'idée de faire bénéficier les concurrents d'une protection juridique de leur invention contre le plagiat : ce dépôt de brevet gratuit fait affluer les inscriptions : 370 candidats présentent pour la première édition le 23 novembre 1901 plus de 700 inventions dans le grand hall du tribunal de commerce[5].

L'exposition des jeux et jouets, quincaillerie, articles d'ameublement, de ménage, de sport, de mécanique, de T.S.F, de photographie, attire 125 000 personnes dont la femme du président de la république Émile Loubet[5].

À l'origine, un jury (élus municipaux, académiciens, scientifiques) distribue 50 médailles (or, vermeil, bronze) et récompense le premier prix de 7 000 francs en espèces l'inventeur d'un jeu de société, monsieur Challes[5].

Les années suivantes confirment ce succès. Le concours Lépine et la société des petits fabricants et inventeurs français (SPFIF, devenue l'AIFF, association des inventeurs et fabricants français) constituent une association de loi 1901 le 8 décembre 1901[7]. La SPFIF devient l'organisatrice du concours dès 1902.

Le 21 avril 1912, la SPFIF devient une association reconnue d'utilité publique[8].

Le concours se déroule malgré la Première Guerre mondiale. En 1917, il est organisé dans les salles du jeu de paume du jardin des Tuileries[9] et en 1918 au Petit Palais de Paris[10].

L'AIFF a l'idée de promouvoir le concours sur le modèle de la foire de Leipzig : la foire de Paris accueille le concours en 1929.

En 1936, le concours enregistre 650 000 entrées payantes[2].

En 1996, Gérard Dorey devient président du concours Lépine[11].

En 2005, Antoine Saucède et Matthieu Lapeyre, alors âgés de 14 ans, reçoivent le prix du président du jury. Ils sont les premiers mineurs à être récompensés par le concours Lépine pour leur « boîte aux lettres magique »[12].


En 2009, les organisateurs ont mis en place une « Avenue des femmes » afin de promouvoir les inventions créées par des femmes. Seules trois femmes (Florence Florit en 2001, Martine Losego en 2002 et Florence Poulet-Daumas en 2009) ont reçu à ce jour la plus haute distinction du concours depuis 1901. L'objectif est de montrer que l'invention n'est pas qu'une prérogative masculine et d'inciter les femmes à déposer les brevets à leur nom et non à celui de leur mari.

Organisation[modifier | modifier le code]

Technologies médicales au Concours Lépine de Strasbourg (2010)

La participation au concours est soumise à plusieurs conditions : un titre de propriété intellectuelle ou industrielle doit être déposé, l'invention doit être matérialisée par un prototype ou une maquette, l'inventeur doit être adhérent à l'association Concours Lépine / AIFF et louer un stand sur le site de la manifestation. Son objectif est de récompenser une invention originale[7].

En 2011, l'appellation « Concours Lépine » recouvre plusieurs manifestations[7] :

En moyenne, environ la moitié des inventions présentées sont primées. Ainsi en 2009 ont été attribués à Paris 242 prix, médailles ou récompenses, dont 29 médailles d'or, 39 médailles d'argent et 67 médailles de bronze[13], auxquels il faut ajouter les différents prix attribués dans d'autres salons en France.

Si toutes les inventions disposant d'un titre de propriété industrielle ou intellectuelle peuvent être présentées au concours Lépine (dans les limites de la légalité), elles ne peuvent toutes être retenues pour être exposées lors du concours. Les 500 inventions effectivement sélectionnées le sont sur différents critères, notamment leur utilité et leur viabilité économique.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Avec plus de 200 inventions et près de 100 récompenses, Claude Dumas est l'inventeur le plus récompensé par le concours Lépine.[réf. nécessaire]

Gagnants[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

En 1968, le sociologue et philosophe français Jean Baudrillard décrit le concours Lépine dans son ouvrage Le Système des objets : « C'est toute la bricole du concours Lépine, qui sans jamais innover et par simple combinatoire de stéréotypes techniques, met au point des objets d'une fonction extraordinairement spécifiée et parfaitement inutile »[16].

Dans son ouvrage « Galipettes et cabrioles à l'Élysée » paru en 2008, l'écrivain français Thierry Desjardins écrit à propos du président de la République Nicolas Sarkozy : « Arrêtez de sortir chaque jour de votre chapeau une idée nouvelle pour amuser la galerie. Vous n’êtes pas un bonimenteur du Concours Lépine »[17].

Le concours Lépine est nommé dans le 245e des 480 souvenirs cités par Georges Perec dans Je me souviens.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Le 27 avril 1991, La Poste française émet un timbre à l'occasion du 90e anniversaire de la création du concours[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau, Paris-banlieues, conflits et solidarités : historiographie, anthologie, chronologie, 1788-2006, Creaphis,‎ 2007, 475 p. (ISBN 978-2-913610-97-2, LCCN 2007435809, lire en ligne), p. 428-430
  2. a, b et c Quynh Delaunay et Jacques Marseille, Société industrielle et travail domestique : l'électroménager en France, XIXe-XXe siècle, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales : série sociologie de la connaissance »,‎ 2003, 443 p. (ISBN 978-2-7475-3997-5, LCCN 2005418683, lire en ligne), p. 339
  3. Liste des lauréats du concours Lépine
  4. « 14e Concours Lépine, Grand Palais (d'Antin), du 28 Août au 4 Octobre : affiche », sur gallica.bnf.fr, Association des petits fabricants et inventeurs français,‎ 1910 (consulté le 17 juin 2011)
  5. a, b, c, d et e Franck Ferrand, Jérôme Bonaldi, Sven Ortoli, « Au cœur de l'histoire ». La Foire aux inventions, sur www.europe1.fr, Europe 1,‎ 4 mai 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  6. Il faut pour pouvoir participer être français, présenter un article de Paris nouveau et d'un sou à 3 francs à la vente.
  7. a, b et c « Les 110 ans du concours Lépine », sur www.concours-lepine.fr, AIFF,‎ 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  8. « Liste des ARUP version mars 2011 », sur www.interieur.gouv.fr, Ministère français de l'Intérieur,‎ mars 2011 (consulté le 17 juin 2011)
  9. L. Lavis, « Le quinzième concours Lépine », La Science à la maison et l'industrie en chambre, no 90,‎ janvier 1918, p. 73-74 (lire en ligne)
  10. « Le seizième concours Lépine », La Science à la maison et l'industrie en chambre, no 99,‎ octobre 1918, p. 159-160 (lire en ligne)
  11. Christelle Fleury et Aurore Dohy, Trouver son idée de business, Paris, Groupe Express, coll. « 100 conseils de pros »,‎ 2007, 128 p. (ISBN 978-2-84343-475-4, lire en ligne), p. 124
  12. « LCONCOURS LÉPINE INTERNATIONAL PARIS 2005 », sur [1] (consulté le 25 Octobre 2012)
  13. Palmarès du concours de Paris 2009.
  14. Concours Lépine : Wind-Power l'emporte, Le Figaro, 7 mai 2012.
  15. AFP, « Société Concours Lépine: un musicien triomphe avec une trouvaille pour son saxo », Libération,‎ 11 mai 2013 (lire en ligne)
  16. Jean Baudrillard, Le système des objets, Gallimard,‎ 1968, 288 p. (lire en ligne)
  17. Thierry Desjardins, Galipettes et cabrioles à l'Élysée, Fayard,‎ 2008 (lire en ligne)
  18. « Concours Lépine 90ème anniversaire. Timbres de 1991 », sur www.phil-ouest.com,‎ 1991 (consulté le 17 juin 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]