Concile de Troyes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Concile de Troyes est un concile de l'Église catholique, ouvert à Troyes le 13 janvier 1129[1], afin de reconnaître officiellement l'Ordre du Temple.

À l'automne 1127, Hugues de Payns voulut faire connaître son ordre, qui traversait une crise de croissance, et qu'il souhaitait étendre vers l'Occident.

Il partit pour Rome avec cinq compagnons (dont Geoffroy de St-Omer) afin de solliciter du pape Honorius II une reconnaissance officielle. Celui-ci accepta et convoqua un concile à Troyes. Le concile se tint sur le site de l'actuelle cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes, en présence de nombreuses personnalités religieuses dont le prologue de la règle primitive du Temple donne les noms[2].

L'Ordre fut créé, et doté de la règle du « moine soldat » : simplicité, pauvreté, chasteté et prières. Cette règle prenait pour base la règle de saint Benoît, avec quelques emprunts à la règle de saint Augustin, que suivaient les chanoines de l'ordre du Saint-Sépulcre aux côtés desquels vécurent les premiers Templiers. L'Ordre eut plusieurs noms : la milice des Pauvres Chevaliers de Christ, les Chevaliers de la Sainte Cité, les Chevaliers du Temple de Salomon de Jérusalem, la Sainte Milice hiérosolymitaine du Temple de Salomon. Avec le temps, le nom le plus commun fut celui de Templiers.

Liste des participants au concile[modifier | modifier le code]

Cette liste n'est certes pas exhaustive, mais elle est tout de même assez complète[3],[4].

  • Bénédictins :
  • Chanoines réguliers :
    • L'abbé de Reims, Ursion
    • L'abbé de Saint-Étienne de Dijon, Herbert (ou Humbert)
  • Templiers
    • Hugues de Payns, maître
    • Godefridus (=Gondemare ? (pt))
    • (Bernard) Rollandus (Marquisat de Provence, Vaucluse actuel)
    • Gaufridus Biso/Bisol = Geoffroy de Bossoit (Comté de Hainaut, Frameries, Belgique actuelle)
    • Paganus de monte Desiderii = Payen de Montdidier (dans la Somme, en Picardie)
    • Archembaudum de Sancto Amano = Archambaud de Saint-Amand (ou Saint-Amant)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Demurger 2008, p. 28 : « À partir d'une minutieuse analyse des documents existants, Rudolf Hiestand a proposé une autre date pour le concile de Troyes et, en conséquence, une autre date pour la fondation de l'ordre. Les chartes du nord-est de la France sont alors datées dans le style (florentin) de l'Annonciation, qui fait débuter l'année non pas le 1er janvier, comme dans notre actuel calendrier, mais le 25 mars. L'année 1129 commence donc le 25 mars de notre année 1129, mais jusqu'au 24 mars les hommes d'alors vivaient toujours en 1128. Le concile de Troyes, réuni le 13 janvier 1128 selon les textes de l'époque, s'est donc tenu le 13 janvier 1129 de notre actuel calendrier. […] La démonstration a convaincu et la correction de date proposée pour le concile de Troyes est désormais acceptée par les historiens. »
  2. Demurger, 2008, op. cit., p. 64
  3. Duuy, 1751, op. cit., p. 88-89
  4. Cerrini, 2007, op. cit., p. 110-114