Concerto pour piano nº 2 de Brahms

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Concerto pour piano et orchestre nº 2 en si bémol majeur, op. 83, de Johannes Brahms est un concerto pour piano composé de 1878 à 1881.

Il fut créé le 9 novembre 1881 à Budapest, par le compositeur au piano ; contrairement au Premier Concerto qui avait dérouté les auditeurs, celui-ci eut aussitôt un immense retentissement. La seconde audition eut lieu dès le 22 novembre à Stuttgart, suivie par une série d’exécutions.

Il comprend quatre mouvements. Brahms avait écrit dans une lettre à son ami Herzogenberg : « Je dois vous dire que j’ai écrit un petit concerto pour piano, avec un joli petit scherzo. » Ce scherzo, inhabituel dans une œuvre concertante, est repris de celui que Brahms avait projeté, puis abandonné, pour son Concerto pour violon en 1877.

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation du Concerto pour piano n° 2
Cordes
premiers violons, seconds violons,
altos, violoncelles, contrebasses
Bois
2 flûtes, 2 hautbois,
2 Clarinettes en si ♭, 2 bassons,
Cuivres
4 cors en ré et en si ♭, 2 trompettes en ré
Percussions
Timbales
Soliste
Piano

Durée moyenne d'exécution : 45–48 minutes.

Allegro non troppo[modifier | modifier le code]

Exposition du thème au cor

À l'inverse du Premier concerto qui débute par une longue introduction orchestrale, celui-ci fait entrer le soliste dès la seconde mesure du premier thème (calme et majestueux, énoncé par le cor). Les trois phrases du thème (cor, puis bois et cordes) sont suivies d'une cadence du piano en arpèges brefs, rythmés et bondissants, en accords et larges oppositions de registres. Ce n'est qu'ensuite que vient l'exposition orchestrale complète. Le premier thème, au tutti, est suivi d'une mélodie aux cordes au lyrisme empreint d'une certaine tension interne ; puis d'un troisième motif, soudainement impétueux. Un dernier et bref tutti précède la réapparition du soliste qui va revenir au premier thème, puis s'affirmer en accords puissants avant de marquer un évolution vers une technique plus fine, - cela dans un dialogue constant et étroit avec l'orchestre. De rapides et légères fusées d'arpèges divergents vont précéder la montée vers la culmination de la partie exposition ; elle est marquée par un changement d'armure en fa mineur et des rafales de traits aboutissant à un martèlement d'accords rapides et vigoureux, d'une considérable difficulté. Au début du développement, le premier thème est repris en fa mineur. Dans le développement, la vigueur, tout en gardant ses droits, affichera moins sa carrure, – au profit de la poésie, à partir surtout de la modulation en ré majeur. Après le retour dans le ton initial, une série de fusées d'arpèges aboutit à un miroitement quasi-impressionniste qui précède la réexposition, assez fortement condensée. La coda – longue comme souvent chez Brahms – est une récapitulation variée de tous les éléments du premier thème, où le soliste et l'orchestre sont souvent antagonistes.

Allegro appassionato ( mineur)[modifier | modifier le code]

C'est le scherzo, auquel on a parfois trouvé des accents "méphistophéliques". Le premier thème est impétueux, sombre et teinté de fantastique, proche du climat du Premier concerto. Le second thème, à l'unisson aux cordes, est au contraire anxieux et plaintif. L'un et l'autre seront développés, brassés, amplifiés dans la partie A, dont l'intensité va croissant jusqu'à un paroxysme soudain brisé par la partie B en majeur. Ici, les orages brahmsiens s'éclairent de quelques rayons où passent des réminiscences de musique pré-classique. Mais la sombre véhémence ne tarde pas à reprendre le dessus, avec le retour de la partie principale.

Andante[modifier | modifier le code]

L'idée musicale heureuse est ici l'adjonction d'un second soliste, – un violoncelle auquel est confié l'émouvante cantilène du thème principal, repris aussitôt par les violons. Après une entrée sereine, la partie pianistique alternera quelques crispations soudaines sur des trilles et des arpèges avec des passages en accords doucement échangés entre les deux mains. La partie centrale, en fa dièse majeur (Più Adagio), est un moment de contemplation pure. Au retour du thème au violoncelle solo se superpose bientôt la pianiste, – donnant la sensation, jusqu'à la fin du mouvement, d'un double concerto.

Allegretto grazioso[modifier | modifier le code]

C'est un rondo-sonate, qui conclut le concerto dans un climat plutôt aimable et dans un esprit manifestement classique. Le premier thème au piano est délicat et enjoué, les lignes sont fines, l'instrumentation légère (les timbales et trompettes sont ici absentes), quoique avec de brusques sursauts de vigueur. Une réponse thématique, toujours au piano, semble issue du thème initial. Le motif contrastant sera un air de tzigane, – avec son "swing" caractéristique. Un dernier élément thématique surgit dans la partie centrale, doux et lyrique. La technique pianistique, dans l'ensemble, est assez fluide; mais, vers la fin du mouvement, une énergie comparable à celle de l'Allegro initial va s'emparer du soliste et de l'orchestre, pour terminer sans lourdeur, mais avec entrain et optimisme.

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rosette, Penguin Guide
  2. « Un disque puissant, audacieux qui présente l'intérêt absolu de la conjonction de deux des plus grands artistes du XXe siècle, et nous livre un Brahms lumineux, d'une puissance poétique et expressive hallucinante ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont,‎ 1981 (ISBN 2-221-50233-7), p. 191.
  3. « L'accord entre Fischer et Furtwängler tient ici du miracle. Chef et soliste exaltent le caractère sombre et fantastique de l'œuvre. » Patrick Szersnovicz, Le Monde de la musique,‎ Décembre 2004, p. 67.
  4. BBC Building a Library, 15 septembre 2001 : « First choice »
  5. Grammy Award, Best Classical Performance - Concerto Or Instrumental Soloist, 1960
  6. GRammy Award, Best Classical Performance - Instrumental Soloist Or Soloists (With Orchestra), 1972
  7. Gramophone Classical 100: 100 Greatest Classical Recordings of All Time, 1995
  8. BBC Building a Library, 15 septembre 2001 : « Stereo choice »
  9. « Re-issue of the month », Gramophone Magazine, Award Issue 2010
  10. « Record of the Year », Gramophone Award, 2007 : « Outstanding performances of rare depth and humanity by a soloist and conductor, and an orchestra, with a deep tradition in this music »