Comte d'Est-Anglie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le titre de comte d'Est-Anglie fut créé après la mort du dernier roi danois d'Est-Anglie, Guthrum II, et la soumission du royaume à Édouard l'Ancien, en 917.

Ealdormen anglo-saxons (917-1016)[modifier | modifier le code]

En 917, les Danois d'Est-Anglie reconnurent Édouard comme roi. L'identité du successeur du Guthrum II n'est pas certaine, mais il est probable que ce territoire fut attribué à l'ealdorman du sud-est de la Mercie, Æthelfrith[1]. Il mourut vers 927, et son fils Athelstan Demi-Roi lui succéda. Il fut un seigneur très puissant, gouvernant un territoire étendu et apparaissant sur de nombreuses chartes à partir de 932[2].

En octobre 1016, Ulfcytel fut tué à la bataille d'Ashingdon contre les Danois.

Jarls danois (1017-1044)[modifier | modifier le code]

Les jarls d'Est-Anglie furent institués par Knut le Grand. Après avoir conquis l'Angleterre, il divisa le royaume en régions facilement gouvernables, et il nomma Thorkell le Grand jarl d'Est-Anglie en 1017. Knut le déclara hors-la-loi, lui et sa famille, en 1021, puis leur pardonna en 1023. Il est peu probable que Harald Thorkellson, le fils de Thorkell, ait succédé à son père, étant donné qu'il n'est décrit que comme otage ou fils adoptif du roi[3].

  • 1017-1021 : Thorkell Strut-Haraldsson
  •  ?
  • 1038-1044 : Thrui, peut-être en tant que « comte des peuples médians » (Earl of the middle people), dans l'est des Midlands[4]

Comtes anglo-danois et normands (1044-1107)[modifier | modifier le code]

La souveraineté anglo-saxonne sur l'Angleterre fut restaurée en 1042 avec l'avènement d'Édouard le Confesseur.

Gyrth fut tué aux côtés de son frère Harold à la bataille de Hastings, le 14 octobre 1066, et Guillaume le Conquérant nomma comte Ralph l'Écuyer.

À la suite de la révolte des comtes, à laquelle prit part Raoul, Guillaume découpa l'Est-Anglie en domaines plus petits, parmi lesquels le Norfolk, le Suffolk et Cambridge.

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ian W. Walker, Mercia and the Making of England, Sutton, 2000, p. 130
  2. Prosopography of Anglo Saxon England: Æthelstan Half-King
  3. Ryan Lavelle, « The Use and Abuse of Hostages in Later Anglo-Saxon England », Early Medieval Europe, vol. 14, n° 3, p. 269–296
  4. Malcolm Falkus, John Gillingham, Historical Atlas of Britain, Kingfisher, 1989, p. 52