Comte Zéro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comte Zéro
Auteur William Gibson
Genre Science-fiction
Cyberpunk
Version originale
Titre original Count Zero
Éditeur original Victor Gollancz Ltd
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale janvier 1986
ISBN original 0441117732
Version française
Traducteur Jean Bonnefoy
Lieu de parution Paris
Éditeur La Découverte
Collection Fictions
Date de parution septembre 1986
Type de média Livre papier
Nombre de pages 312
ISBN 2707116203
Série Trilogie de la cité tentaculaire
Chronologie
Précédent Neuromancien Mona Lisa s'éclate Suivant

Comte Zéro (titre original : Count Zero) est un roman de science-fiction écrit par William Gibson et publié pour la première fois en 1986.

C'est un représentant du genre cyberpunk, situé dans le même endroit que le précédent livre Neuromancien et est le deuxième volume de la trilogie de la cité tentaculaire, laquelle inclut Neuromancien, Comte Zéro, et Mona Lisa s'éclate.

Résumé[modifier | modifier le code]

Huit ans après les événements contés dans Neuromancien, de curieuses choses apparaissent dans la matrice, avec la prolifération de dieux Vaudou.

Deux très puissantes multinationales, Maas et Hosaka, sont engagées dans la bataille pour le contrôle d'une technologie surpuissante, la biopuce, en utilisant des hackers et des mercenaires.

Le titre du livre est le pseudonyme du héros Bobby Newmark, et est également un jeu de mots sur une technique de programmation: l'interruption Compte Zéro, qui se déclenche quand un compteur arrive à zéro.

Il y a plusieurs autres personnages principaux : Turner est un mercenaire engagé pour exfiltrer Mitchell, l'inventeur des biopuces, Marly, une responsable d'une galerie d'art, est engagée par Virek, un mécène phénoménalement riche, pour trouver le créateur des boîtes Joseph Cornell, et enfin Bobby, qui se retrouve en mort cérébrale alors qu'il teste une IA militaire à son insu.

Bibliographie[modifier | modifier le code]