Comté de Maurienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Comté de Maurienne

XIe siècle1416

Entités précédentes :

Entités suivantes :

berceau d'origine de la Maison de Savoie

Le comté de Maurienne - ou comitatus Maurianensis - est un comté issu de la partition de la Sapaudia et du Comté de Vienne aux Xe ‑ XIe siècle.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le comté de Maurienne s'étend le long de la vallée de l'Arc (correspondant approximativement à la province de Maurienne actuelle), mais aussi sur les vallées intra-alpine de qui comprenait alors la vallée de Suse et de Briançon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maurienne.

Entre 1043 et 1046, Humbert aux Blanches Mains obtient le titre de comte de Maurienne[1], sinon en possède des droits à partir de ses possessions (Châteaux de Charbonnières et d'Hermillon). Ce dernier semble déjà posséder le contrôle sur les comtés de Salmourenc, de Savoie en 1003, puis celui de Belley, de Nyon en 1018, enfin celui d’Aoste en 1024[1]. Il domine le nord du comté de Viennois avant 1025, puis celui de Sermorens. Il prête serment pour ces différents comtés au concile d'Anse de 1025[1]. Vers 1032, il obtient des droits en Chablais[2]. Ses successeurs, appelés les Humbertiens, porteront le titre de comte de Maurienne jusqu'à Amédée III de Savoie, qui deviendra le premier à porter officiellement le titre de comte de Savoie (1125)[3].

Listes de premiers comtes[modifier | modifier le code]

Les comtes de Maurienne portent aussi le titre de Comte de Chablais et du Piémont.

André Perret indique toutefois qu'il faut attendre les successeurs de Thomas Ier pour que les comtes substituent le titre de Savoie à celui de Maurienne[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. a, b et c Demotz 2000, p. 19-20.
  2. Ruth Mariotte Löber, Ville et seigneurie : Les chartes de franchises des comtes de Savoie, fin XIIe siècle-1343, Librairie Droz - Académie florimontane,‎ 1973, 266 p. (ISBN 978-2-60004-503-2), p. 4.
  3. in J.-J. Vernier, 1896, Études historiques et géographiques sur la Savoie, édition 1993, Res Universis, p.51.
  4. André Perret, « Des particularismes territoriaux à la notion de "patrie" savoyarde depuis le Moyen Âge », p.50, publié dans La Savoie, Identités et Influences, Actes du XXXe COngrès des Sociétés Savantes de Savoie, Le Bourget-du-Lac, 1985

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]